Page

« 21.164 agents ont été recrutés depuis 2012 »

Le projet de budget du Ministère de la Fonction Publique, de la rationalisation des effectifs et du renouveau du service public pour l’exercice 2017 a été unanimement adopté, hier. Avec une hausse de 440.073.980 FCFA, il s’élève à 2.268.709.340 FCFA en 2017 contre 1.828.635.360 en 2016. A cette occasion, le ministre de la Fonction Publique, Viviane Bampassy, affirme qu’on doit aller vers une dématérialisation des procédures administratives pour plus de diligence.






Le ministre a tenu à souligner que le Forum National de l’Administration a été un moment phare de concertation entre le Président de la République et les différents acteurs, notamment les directeurs nationaux de l’administration pour amorcer des réformes majeures en rapport avec le Plan Sénégal Emergent (Pse). Le schéma de modernisation de l’administration, la Charte de la déconcentration fondant, dit-elle, les bases d’une répartition entre l’échelon central et l’échelon décentralisé, le nouveau droit de la fonction publique et le Code de déontologie constituent autant d’outils d’évaluation des réformes envisagées pour bâtir une administration performante.
Par rapport aux lenteurs administratives qui font partie des préoccupations des députés, le Viviane Bampassy a indiqué « qu’on ne peut pas nier qu’il y’a des lenteurs par rapport aux avancements des fonctionnaires de l’Etat. Il faut qu’il y’ait plus de diligences dans la gestion des actes des agents. Certains agents ont souffert de cette situation. Mais ce qui est le plus important c’est la dématérialisation des procédures administratives». A l’en croire, l’administration recrute selon ses besoins, d’où la difficulté d’intégrer des agents qui ont subi des formations et obtenus des diplômes à travers des filières non reconnu à l’état actuel de la réglementation. « Pour ce qui est du cas spécifique du reclassement des contrôleurs de la coopération, leur dossier a été soumis au Conseil supérieur de la Fonction publique », explique-t-elle. Poursuivant, elle met en évidence les efforts réalisés par le gouvernement avec l’intégration de 10.000 agents en 2016 sur instruction du Président de la République.
Revenant sur la question récurrente des députés sur l’harmonisation du système de rémunérations. A ce titre, assure-t-elle « l’ensemble des engagements vont être pris en charge et connaisse une évolution. Nous avons mené une étude sur les systèmes de rémunérations. Cette étude de revalorisation des rémunérations est un impératif pare qu’il y’a un déficit criant dans des corps de métier particulièrement les médecins, les ingénieurs agronomes, les inspecteurs de travail». De l’avis du Ministre de la fonction publique, quand on parle de Sénégal émergent, c’est ces secteurs qui sont les axes prioritaires donc la question relative à l’harmonisation des rémunérations sera étudiée davantage afin d’asseoir une grille plus juste et plus équilibrée d’autant que notre système de rémunération est déséquilibré, parce que des indemnités sont données à tort et à travers. «Le Chef de l’Etat nous a demandé de voir concrètement comment le système doit être compensé pour fidéliser nos agents. Parce que le secteur privé est notre concurrent et il est en train de recruter nos agents. Il faut repenser ce système qui date depuis 1961. «La formation des agents aussi est important. Il faut un plan de formation de nos agents. L’audit du profil des agents a été fait pour voir s’ils ont besoin d’avantage d’une formation. C’est pour cela nous avons mis en place la stratégie nationale de formation des agents de l’Etat en partenariat avec le Canada qui a une expérience sur la formation des agents de l’Etat. Concernant le dialogue social évoqué par l’honorable député Cheikh Seck, les engagements de l’Etat sont en train d’être réalisés. Des discussions ont été organisées avec les syndicats et on est tombés d’accord sur les grandes lignes des modifications des dispositions. Par contre, certaines revendications n’ont pas été honorées, parce que la masse salariale de l’Etat ne peut pas soutenir certaines charges. A ce jour, 21.164 agents ont été recruté depuis 2012 notamment dans les secteurs qui porte le plan Sénégal Emergent (Pse). Et, sur instruction du chef de l’Etat nous étions tenu de renforcer le secteur de l’agriculture, de la pêche, de la santé entres autres», explique-t-elle. Interpellée par Zator Mbaye sur le nom respect des agents de l’administration des heures de travail, le Ministre de la fonction publique affirme : « Je suis Ministre et j’administre les fonctionnaires de l’Etat. Il faudrait que l’on soit ferme sur certaines décisions les chefs de services doivent prendre des mesures et leur responsabilité. Il faut amener les agents de l’Etat à mieux respecter les horaires de travail. Le responsable de la structure doit suivre la procédure pour les agents qui ne respectent pas leur travail.»

Seydina Omar GUEYE (L'AS)
Par Le Lundi 5 Décembre 2016 à 07:31 | Lu 57 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES