Abdou Latif Coulibaly: "Je n’ai jamais prononcé les propos qui m’ont été prêtés à l’endroit de la Justice"

Ma pensée !


Abdou Latif Coulibaly: "Je n’ai jamais prononcé les propos qui m’ont été prêtés à l’endroit de la Justice"

Suite à la diffusion d’articles de presse rapportant des propos que j’aurai tenus à l’endroit de la Justice, il m’a semblé opportun d’apporter les éclairages suivants : Le 15 décembre 2012, l’Amicale des Cadres de l’Agence de Régulation des Télécommunications et Poste (ARTP) a organisé au Radisson Blu une table ronde consacrée au thème «Autorité de régulation : indépendance, éthique et régulation et bonne gouvernance». En ma qualité de Ministre chargé de la Promotion de la Bonne Gouvernance, j’ai été désigné par le Monsieur le Premier Ministre aux fins de présider en son nom, les travaux qui ont porté essentiellement sur la problématique d’une meilleure gouvernance de notre République.

La principale raison d’être, du département nouvellement crée, de la Promotion de la Bonne Gouvernance, est de s’atteler à mettre en forme la vision stratégique de Monsieur le Président de la République, visant à placer la logique de performance et d’intégrité au coeur de l’action de l’Etat. Dès lors, m’a-t-il paru opportun, devant un public de cadres, de partager cette phase préliminaire de diagnostic, exercice difficile et sensible mais sans lequel, l’on ne saurait envisager un quelconque remède, en vue de corriger notre trajectoire d’avenir. J’ai toujours affirmé que notre principal challenge, à nous tous, était d’empêcher la reproduction ou la reconduction de ce qui a été notre quotidien au cours des douze années de gestion de l’ancien régime, et pour cela, tous les citoyens soucieux de notre devenir commun, doivent envisager de passer en revue nos comportements, nos manquements et nos disfonctionnements passés, en vue de marquer la rupture et de parfaire notre République de valeurs et de progrès. Dans ce sillage, et toujours attaché à l’idée de diagnostic sans complaisance, j’ai relevé quelques anomalies sur le fonctionnement de la Justice dans le temps. En effet, j’ai fait observer que plusieurs faits faisant l’objet de procédures aujourd’hui, ont été portés à la connaissance du service public de la Justice antérieurement, sans qu’aucune réaction appropriée n’ait été enregistrée pour les élucider. Des rapports d’audits ont été finalisés sans que des informations judiciaires n’aient été ouvertes pour permettre aux Sénégalais d’y voir clair.
Ce qui faisait que plusieurs personnes ont été reconnues coupables de diffamation et condamnées par la Justice pour des révélations faites sur des actes de mauvaise gestion. Or aujourd’hui, avec le temps, la même Justice met en cause des personnes à qui, elle avait alloué auparavant des dommages et intérêts à la charge de leurs accusateurs-citoyens. Voilà le fond de ma pensée : Le décalage dans le temps de l’action de la Justice. En tenant ces propos, mon seul objectif était d’engager le débat pour l’intérêt général. Je n’ai jamais prononcé les propos qui m’ont été prêtés à l’endroit de la Justice. Je ne l’ai jamais fait par le passé et ce n’est pas maintenant que je commencerai. Je reconnais cependant avoir toujours exercé mon droit citoyen de critique sur le fonctionnement des services publics, quels qu’ils soient, y compris la Justice. Ces critiques n’ont jamais porté sur les hommes mais sur les actes posées dans l’accomplissement d’une mission de service public. La preuve, j’ai choisi
mon Directeur de Cabinet, parmi les Magistrats de l’ordre judiciaire.

Fait le 18 décembre 2012
Abdou Latif COULIBALY,
Ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, Porte Parole du Gouvernement
Abdou Latif COULIBALY
Publié dans Le Populaire
Rédigé par le Mardi 25 Décembre 2012 à 11:43 | Lu 108 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


PEOPLE

Banqueroute frauduleuse : Me Ndèye Maty Djigueul réclame 150 millions à Ahmed Khalifa Niass

Gambie : Le message touchant de Zineb Jammeh à son époux sur Twitter

[ Carnet Rose ] Tounkara ca kanam: L'animateur choisit sa Niarél* parmi les journalistes d' El Hadji Ndiaye

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Baptême : Souleymane Faye donne le nom de son fils à Macky

Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015