Abdou Latif Coulibaly invité du JT de 20 H de la RTS : Pour casser de l’opposant ?

Thiesvision.com - Qui n’a pas été surpris de voir Abdou Latif Coulibaly au 20 h de la RTS de ce 12 novembre 2012 ?


Abdou Latif Coulibaly invité du JT de 20 H de la RTS : Pour casser de l’opposant ?
En effet, le 20 h de la RTS a toujours été la tribune officielle de l’Etat pour casser de l’opposant. Djibo Leity Ka, Abdou Rahmane Sow, Aïssata Tall Sall, Cheikh Tidjane Sy, Ousmane Ngom, Serigne Mbacké Ndiaye ne nous démentiront pas.

Nous avons été surpris, parce que Abdou Latif est un spécialiste de la communication, mais aussi et surtout un produit des écoles nord-américaines, en particulier canadiennes. Nul ne doute donc de sa parfaite maîtrise des techniques de communication.

Mais qu’est ce que donc cet homme était parti dire à la RTS ?

Il faut le dire, dans des contextes de cette nature, se prononcer est souvent synonyme de verser dans la surenchère. N’est ce pas, c’est la justice qui doit parler et elle seule ?

Un ministre en charge de la promotion de la bonne gouvernance, y compris la gouvernance des droits de la minorité, peut-il vraiment se permettre de verser dans la surenchère politicienne ?

Pour être simple, disons Latif était donc parti, à la RTS, pour dire aux Sénégalais : le PDS a tort, l’Etat a raison.

Exactement comme le faisaient Serigne Mbacké Ndiaye, Aïssata Tall Sall et autres.

Mais où est donc la rupture ?

Le journaliste Tidjane Barry, témoin privilégié de l’histoire politique récente sénégalaise, devrait rire sous cape, en se disant voilà encore un officiel qui s’auto-invite au 20 H pour ne rien dire.

Diable, pourquoi Latif ne s’est-il pas appliqué les règles de sagesse qu’il a conseillées aux libéraux. Latif dit aux libéraux : arrêter de « s’agiter » si vous n’avez rien à vous reprocher, la justice fera son travail et vous ne serez pas inquiétés.

Mais alors pourquoi l’Etat se met-il lui aussi à « s’agiter » s’il n’a rien à se reprocher ou à reprocher aux libéraux dans leurs dernières déclarations? Soit l’Etat reproche quelque chose aux libéraux dans leurs dernières déclarations, dans ce cas l’Etat n’a qu’à saisir la justice et la laisser faire son travail et arrêter les menaces, soit l’Etat n’a rien à reprocher aux libéraux dans leurs dernières déclarations, alors il faut les laisser « hâbler». C’est aussi simple que cela.

Entendons-nous bien, si au 20 H, Latif avait dit aux Sénégalais que le gouvernement avait noté dans les dernières déclarations des libéraux des propos susceptibles de porter atteintes à la sécurité de l’Etat et il avait demandé au procureur d’ouvrir une information judiciaire contre leurs auteurs, on aurait compris.

Mais s’auto-inviter au 20 H de la chaîne publique pour menacer, intimider et mettre en garde des opposants, des adultes, n’est pas trop loin des méthodes d’un Etat fasciste que Latif a toujours dénoncées et combattues.

Disons le très net, l’Etat n’est pas le conseiller politique de l’opposition. Et l’opposant n’est pas non plus censé ignorer la loi.

Enfin, il faut le dire, comme la DIC d’alors de Abdoulaye Wade, la justice à ce rythme sera bientôt démystifiée.

En définitive si ce n’est le mythe de la puissance publique, l’Etat ne peut pas grand-chose contre les gens. Tout ce que l’Etat peut faire c’est les mettre en prison et croyez moi, il y en a beaucoup qui n’ont pas peur de la prison, et plus grave, quand on sait qu’on peut finir ses jours en prison, on n’a plus grand-chose à perdre.

Or les nouvelles autorités pour un oui ou un non, elles convoquent la justice, la prison, comme Wade avec sa fameuse DIC.

La justice doit rester un mythe pour le bien de ce pays. Abdoulaye Wade ne dira pas le contraire, lui qui a vu les Sénégalais démystifier la puissance publique un certain 23 juin 2011.

Sadikh DIOP

Administrateur de l’observatoire de l’information et des médias

Site : limedia.org info@limedia.org
Rédigé par le Mercredi 14 Novembre 2012 à 18:13 | Lu 183 fois


CONTRIBUTION | Article recommandé


ACTU REGION

Thiès/Tenues contrefaites de l’ASP : le film de l’arrestation de Cheikh Sèye, DG de l'entreprise Cochese

Thiès : Pour une affaire de 1,04 million de F, le président par intérim des retraités du Sénégal devant le procureur

Thiès : une femme à la tête du Commissariat du 1er arrondissement

Thiès - Alioune Sarr, maire de Notto Diobass : « Nous allons nous battre pour mette fin à la violence dans les stades »

THIES- Insécurité alimentaire – Le retard dans la distribution fait souffrir les ménages

PEOPLE

L'animatrice Ndèye Ndack: «On m’a tellement collé de relations amoureuses que je m’y perds moi-même»

[CARNET ROSE] Coépouse du mannequin Marème Sy: Marie Mercky dans les filets d’Ablaye Ndoye

Omar Pène: ‘’Je joue le 30 pour faire taire les rumeurs’’

Omar Pène : «Moi amputé, du n’importe quoi ! »

Portrait de Samuel Sarr: L’aventure ambiguë d’un «Golden boy»

CULTURE

Magal de Serigne Abdou Ahad : les organisateurs satisfaits des services publics

Israël : un mariage entre un musulman et une juive convertie attise les tensions

Pèlerinage : Serigne Bass Abdou Khadre offre des billets pour la Mecque au Président des oulémas de la Mauritanie

INTERVIEW - Tariq Ramadan: «L'ignorance et la foi ne vont pas ensemble»

Vers l'inscription des "Bukut" dans l'agenda culturel national

Inscrivez-vous à la newsletter