Abdou Latif Coulibaly invité du JT de 20 H de la RTS : Pour casser de l’opposant ?

Thiesvision.com - Qui n’a pas été surpris de voir Abdou Latif Coulibaly au 20 h de la RTS de ce 12 novembre 2012 ?


Abdou Latif Coulibaly invité du JT de 20 H de la RTS : Pour casser de l’opposant ?
En effet, le 20 h de la RTS a toujours été la tribune officielle de l’Etat pour casser de l’opposant. Djibo Leity Ka, Abdou Rahmane Sow, Aïssata Tall Sall, Cheikh Tidjane Sy, Ousmane Ngom, Serigne Mbacké Ndiaye ne nous démentiront pas.

Nous avons été surpris, parce que Abdou Latif est un spécialiste de la communication, mais aussi et surtout un produit des écoles nord-américaines, en particulier canadiennes. Nul ne doute donc de sa parfaite maîtrise des techniques de communication.

Mais qu’est ce que donc cet homme était parti dire à la RTS ?

Il faut le dire, dans des contextes de cette nature, se prononcer est souvent synonyme de verser dans la surenchère. N’est ce pas, c’est la justice qui doit parler et elle seule ?

Un ministre en charge de la promotion de la bonne gouvernance, y compris la gouvernance des droits de la minorité, peut-il vraiment se permettre de verser dans la surenchère politicienne ?

Pour être simple, disons Latif était donc parti, à la RTS, pour dire aux Sénégalais : le PDS a tort, l’Etat a raison.

Exactement comme le faisaient Serigne Mbacké Ndiaye, Aïssata Tall Sall et autres.

Mais où est donc la rupture ?

Le journaliste Tidjane Barry, témoin privilégié de l’histoire politique récente sénégalaise, devrait rire sous cape, en se disant voilà encore un officiel qui s’auto-invite au 20 H pour ne rien dire.

Diable, pourquoi Latif ne s’est-il pas appliqué les règles de sagesse qu’il a conseillées aux libéraux. Latif dit aux libéraux : arrêter de « s’agiter » si vous n’avez rien à vous reprocher, la justice fera son travail et vous ne serez pas inquiétés.

Mais alors pourquoi l’Etat se met-il lui aussi à « s’agiter » s’il n’a rien à se reprocher ou à reprocher aux libéraux dans leurs dernières déclarations? Soit l’Etat reproche quelque chose aux libéraux dans leurs dernières déclarations, dans ce cas l’Etat n’a qu’à saisir la justice et la laisser faire son travail et arrêter les menaces, soit l’Etat n’a rien à reprocher aux libéraux dans leurs dernières déclarations, alors il faut les laisser « hâbler». C’est aussi simple que cela.

Entendons-nous bien, si au 20 H, Latif avait dit aux Sénégalais que le gouvernement avait noté dans les dernières déclarations des libéraux des propos susceptibles de porter atteintes à la sécurité de l’Etat et il avait demandé au procureur d’ouvrir une information judiciaire contre leurs auteurs, on aurait compris.

Mais s’auto-inviter au 20 H de la chaîne publique pour menacer, intimider et mettre en garde des opposants, des adultes, n’est pas trop loin des méthodes d’un Etat fasciste que Latif a toujours dénoncées et combattues.

Disons le très net, l’Etat n’est pas le conseiller politique de l’opposition. Et l’opposant n’est pas non plus censé ignorer la loi.

Enfin, il faut le dire, comme la DIC d’alors de Abdoulaye Wade, la justice à ce rythme sera bientôt démystifiée.

En définitive si ce n’est le mythe de la puissance publique, l’Etat ne peut pas grand-chose contre les gens. Tout ce que l’Etat peut faire c’est les mettre en prison et croyez moi, il y en a beaucoup qui n’ont pas peur de la prison, et plus grave, quand on sait qu’on peut finir ses jours en prison, on n’a plus grand-chose à perdre.

Or les nouvelles autorités pour un oui ou un non, elles convoquent la justice, la prison, comme Wade avec sa fameuse DIC.

La justice doit rester un mythe pour le bien de ce pays. Abdoulaye Wade ne dira pas le contraire, lui qui a vu les Sénégalais démystifier la puissance publique un certain 23 juin 2011.

Sadikh DIOP

Administrateur de l’observatoire de l’information et des médias

Site : limedia.org info@limedia.org
Rédigé par le Mercredi 14 Novembre 2012 à 18:13 | Lu 180 fois


CONTRIBUTION | Article recommandé


CULTURE

Le Cardinal Sarr dénonce 'les esclavages du mal'

[CINÉMA] Sénégal - «Le défi, c’était de filmer Mory et Magaye en même temps»

Décès du prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez

Pr Omar Sankharé invité de l'émission Entretien : "Abdoul Aziz Sy Dabakh était convaincu que Platon était un prophète"

Dakaa de Médina Gounas : les dispositions sécuritaires et sanitaires renforcées

Inscrivez-vous à la newsletter
Vidéos Populaires
FAITS-DIVERS
Thiesvision.com | 31/08/2011 | 13760 vues
00000  (0 vote)
Vidéo à la Une
Thiesvision.com | 21/09/2011 | 12746 vues
00000  (0 vote)
1 sur 399