Aminata Touré, ministre de la Justice, femme de l’année 2012

Elle est sans conteste l’une des femmes qui auront marqué l’année 2012. Depuis sa nomination à la tête du ministère régalien de la Justice, Aminata Touré est de loin la personnalité politique féminine la plus active, la plus médiatisée, au point de voler la vedette au président Macky Sall, arrivé au pouvoir en avril de la même année.


Aminata Touré, ministre de la Justice, femme de l’année 2012
Aminata dite Mimi Touré est sur tous les fronts. Elle n’est pas porte-parole du gouvernement mais agit comme tel. Très sollicitée par les médias, elle monte au créneau pour fixer la ligne de conduite. Objet à la fois de fascination et de critiques, sa position dans l’attelage gouvernemental n’est pas sans rapport avec le déclenchement des audits et enquêtes dans le cadre de l’opération de récupération des biens mal acquis entamée par l’Etat du Sénégal. L’ouverture de nombreux dossiers judiciaires, notamment les affaires Cheikh Béthio Thioune, Cheikh Yérim Seck, Tamsir Jupiter Niane, la réactivation de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), les auditions de responsables du Pds par les enquêteurs de la Crei, la mise en place de la Haute Cour de justice et l’ouverture à Dakar du procès de Hissène Habré, entre autres évènements, n'ont pas fini de la propulser sur le devant de la scène.
Aminata Touré, c’est aussi un parcours de militante des droits de l’homme, ex-fonctionnaire à la tête du département Droit humain du Fonds des nations unies pour la population (FNUAP), devenue ministre de la Justice Garde des Sceaux. Le militantisme associatif l’aura aussi préparée à cette charge qui pèse très lourd sur ses épaules, au point de cristalliser aujourd’hui toutes les attentions, objet de critiques mais aussi d'encouragements de ses pairs et d’une frange de la population sénégalaise.
« La politique, dit-elle, ne doit pas être une spécialité, un métier, mais une volonté de changer les choses ». Touré n’a cessé de le rappeler, pressentie qu’elle est, pour jouer un rôle plus important en cas de démission d’Abdoul Mbaye, le Premier ministre impliqué dans le dossier Habré, dont le procès s’ouvre incessamment à Dakar.
Seneweb, avec Thiesvision
Rédigé par le Dimanche 30 Décembre 2012 à 12:38 | Lu 99 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


PEOPLE

Election de Miss Algérie: La «gaffe» de Geneviève de Fontenay gâche un peu la fête

Tiken Jah Fakoly, artiste-chanteur : «Ne mettez pas la famille dans la politique»

Gayet, Royal, la rupture : ce que Valérie Trierweiler révèle dans son livre

Concert du lead vocal du Super diamono : Pène d’hommages

L'animatrice Ndèye Ndack: «On m’a tellement collé de relations amoureuses que je m’y perds moi-même»

CULTURE

Il refuse de prêter serment devant Dieu, l'US Air Force le renvoie

[EN IMAGES] Magal des 2 rakas de Saint-Louis: La foire aux bonnes affaires

Adjia Sy: «Mon objectif est de faire de la Place du Souvenir un site touristique»

Ahmadou Tidiane Dia sur le Haj 2014 : "Les pèlerins non encadrés sont interdits"

Mosquée Massalikoul Djinane : un dignitaire mouride exprime sa satisfaction

Dernières vidéos
POLITIQUE
Thiesvision.com | 02/07/2014 | 223 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Inscrivez-vous à la newsletter