Audio - Birahim Camara, secrétaire général du PS en France: «La coalition Bennoo était un fourre-tout. On ne connaît pas le poids électoral du PS, je ne vois pas Ibrahima Fall président en 2012»

Thiesvision.com - Des problèmes de personne entre Niasse et Tanor «qui depuis 1996 ne regardent pas dans la même direction» : c’est la lecture qu’inspire à Birahim Camara la désignation de Moustapha Niasse comme candidat de la coalition Bennoo Siggil Senegaal en vue de l’élection de février 2012. Invité de l’émission «ça fait débat» sur TVM, le secrétaire général de la coordination PS en France s’est dit opposé à toute idée de coalition comme le suggère le tête de fil des socialistes Ousmane Tanor Dieng. Birahim Camara s’est également prononcé sur la candidature de Ibrahima Fall. Il répondait aux questions de Momar Mbaye


Birahim Camara, secrétaire général de la coordination PS en France
Birahim Camara, secrétaire général de la coordination PS en France
[Ecouter ou télécharger l'entretien]

ibrahim_camara__ps__entretien_tvm.mp3 Ibrahim camara- PS. entretien TVM.mp3  (12.81 Mo)


Plus que de la déception, de l'indignation même, mais l'heure n'est pas aux règlements de compte entre camarades de parti. Le ton grave, le socialiste, d’emblée, a souligné que «c’est au nom du consensus que le PS a accepté le principe d’un régime parlementaire. Personnellement, je l’ai décrié», rappelle Birahim Camara, qui estime que le divorce Niasse-Tanor est « une rupture malheureuse, car beaucoup de Sénégalais espéraient que les deux s’entendraient». De quoi amener le Ps, qui a claqué la porte, à préparer «une réunion pour évaluer la nouvelle donne ».
En tant que militant, dira-t-il, «j’ai toujours pensé que Bennoo était un fourre-tout, j’avais dès le début attiré l’attention du parti sur le fonctionnement de Bennoo, qui a accueilli tous les partis virés du gouvernement de l’alternance, ce qui ne devrait pas être », regrette-t-il. « Ils sont venus se refaire une virginité, n’importe qui pouvait entrer à Benno, y avait pas de sélection », a-t-il constaté. Selon Birahim Camara toujours, « le Ps ne peut pas être absent d’une consultation nationale comme l’élection présidentielle ».
Qu’en est-il des blocages au sein de Bennoo ? « Des problèmes de personne entre Niasse et Tanor », qui tous les deux se réclament de Senghor, « mais n’arrivent pas à s’entendre sur les intérêts supérieurs du Sénégal, pour des problèmes d’égo ». Après la désignation de Moustapha Niasse, « le PS a pris ses responsabilités en claquant la porte », a martelé le socialiste, qui en revanche se dit « contre toute idée de formation d’une nouvelle coalition », comme annoncé par Ousmane Tanor Dieng. En tout état de cause, le clash « Niasse-Tanor » met le parti dans une position inconfortable : « d’aucuns sont déçus, d’autres amers, beaucoup appellent pour savoir ce qui se passe. » , révèle-t-il.

« Khalifa a été poussé par des militants de l’intérieur et de l’extérieur, mais il n’a pas osé prendre ses responsabilités »

La primaire socialiste, Birahim Camara en garde un souvenir amer, car un seul candidat était en lice, Ousmane Tanor Dieng, qui manifestement, tient d'une main de fer la formation politique senghorienne. L'invité de TVM se demande « pourquoi Khalifa et Aïssata Sall ne se sont pas présentés alors que tout le monde les y attendait ? » Beaucoup de réserve sur cette question, non sans indexer les principaux concernés: le maire de Dakar Khalifa Sall, et la maire de Podor et porte-parole du Parti, l'avocate Me Aïssata Tall Sall. « Khalifa a été poussé par des militants de l’intérieur et de l’extérieur, mais il n’a pas osé prendre ses responsabilités, il ne l’a pas fait », regrette le socialiste, convaincu que le parti doit avoir le courage d’aller affronter les suffrages des Sénégalais, car « aujourd’hui on ne connaît pas le poids électoral du PS ». Mais c’est au sujet de la candidature de Wade que Birahim Camara s'est montré plus critique, avec la venue récente à Dakar de juristes et constitutionnalistes étrangers favorables à un troisième mandat du président sénégalais. « Ce séminaire est une insulte aux constitutionnalistes sénégalais; c’est Wade lui-même avait avoué qu’il ne pouvait pas être candidat ». On prépare l’opinion à une candidature de Wade validée par le Conseil constitutionnel, pense-t-il tout en se demandant «comment un homme de la trempe d’Abdoulaye Wade peut accorder si peu d’importance à sa parole, à la constitution du Sénégal que lui-même a initiée ». Le socialiste de poursuivre: « il a épuisé ses mandats, il faudrait qu’il s’en aille ». Autrement, « j’appelle le peuple de prendre ses responsabilités », a prévenu le socialiste, qui s'est aussi épanché sur les chances du candidat indépendant Ibrahima Fall à faire la différence. « Je ne le vois pas président en 2012» , dira Birahim Camara, très élogieux tout de même devant le parcours du leader de «Taxaw Temm» dont bon nombre d'analystes politiques prédisent qu'il pourrait créer la surprise au soir du 26 février 2012. En attendant d'en savoir plus sur les composantes de la nouvelle coalition socialiste annoncée par Tanor Dieng, et les chances du parti de se retrouver au second tour de l'élection présidentielle.
Propos recueillis par Momar Mbaye pour TVM
Thiesvision.com
Rédigé par le Samedi 3 Décembre 2011 à 13:00 | Lu 1163 fois


PRESIDENTIELLE 2012


PEOPLE

Exit le Ramadan, bonsoir les boîtes de nuit

Vidéo. Mbagnick Ndiaye avoue: "Si Macky nous a nommés dans le gouvernement, c'est grâce à Marième faye"

Le Colonel Aziz Ndao fusille Yaya Jammeh : «Il était planton dans mon secrétariat, chaque matin je l’envoyais m’acheter des cigarettes»

Gackou: «Je ne fais partie d’aucun lobby maçonnique ni homosexuel»

Souleymane Keita inhumé au cimetière de Yoff

CULTURE

Une partie de la communauté musulmane va célébrer la Korité mardi, selon la CNOCL

Lamine Ndiaye, artiste comédien sur les sketches de ramadan: «Si toutes les télés continuent à faire la même chose, nous aurons un peuple médiocre»

La Korité fêtée (encore) dans la confusion : Lunes de fiel

"Safinatoul amane" décidé à faire respecter le "ndiguel" du Khalif général des mourides

Sénégal : Touba hors la loi ?

Inscrivez-vous à la newsletter