Page

Audition du maire de Dakar: Comment les avocats comptent “arracher Khalifa Sall des griffes de l’Etat”


«Arracher Khalifa Sall des griffes de l’Etat», c'est l'objectif des avocats du maire de Dakar. Me Ciré Clédor Ly, coordonnateur du pool d'avocats de Khalifa Sall, interrogé par Seneweb, soutient qu'ils sont conscients que l'Etat a un objectif clair : casser Khalifa Sall et le freiner dans ses ambitions politiques. « L'Etat a voulu porter atteinte à son honneur et à sa considération avec des inculpations avilissantes et déshonorantes». L'objectif est «matériellement de l’empêcher de pouvoir s’épanouir politiquement en décourageant ses militants et en provoquant des défections dans ses rangs».
Nullité de la procédure
Devant le Doyen des juges du tribunal de grande instance de Dakar qui doit entendre Khalifa Sall ce vendredi dans le fond du dossier, ils comptent, donc, défendre crânement leur client. Ils vont formuler “des contestations sérieuses”, comme soutenait Me Aïssata Tall Sall.
Les avocats comptent “démonter” les accusations d'association de malfaiteurs, de détournement de derniers publics, d'escroquerie portant sur des biens publics, faux et usages de faux sur des documents administratifs pour lesquelles Khalifa Sall est poursuivi. Interrogé par Seneweb, Me Ciré Clédor Ly note que dans tous les cas, ils ont une panoplie d'arguments. Ils vont déposer une requête pour obtenir la nullité de la procédure et par conséquent anéantir toutes les accusations portées à l'encontre de leur client.
Une demande de liberté provisoire e dès ce vendredi
Aussi, lors de l'audition de Khalifa Sall, le 07 mars, suivie de son inculpation et de son placement sous mandat de dépôt, le Doyen des juges avait refusé la liberté provisoire déposée par les avocats. Mais ces derniers ne comptent pas s'avouer vaincus. Dès son audition dans le fond, ce vendredi, ils comptent introduire une demande de mise en liberté provisoire. Demande qui a des chances d'aboutir, à moins que le Procureur ne s'y oppose farouchement, notent des sources judiciaires.
L'internationalisation de la lutte
Les avocats soutiennent avoir également noté des violations des droits de Khalifa Sall sur le plan national. «C'est pourquoi nous allons porter l'affaire sur le plan international parce qu’il y a des éléments que l’on pourrait tirer du dossier actuellement. Nous avons plusieurs pistes sur lesquelles nous comptons nous engager. En ayant à l’esprit qu’on se bat contre un Etat qui a un objectif qu’il veut atteindre coute que coute», soutient Me Ciré Clédor Ly.
«Nous avons des contestations sérieuses à formuler. Nous allons déposer un mémoire auprès du Doyen des juges et éventuellement saisir la chambre d'accusation et la Cour de justice de la Cedeao pour que la détention de Khalifa Sall cesse», ajoute Me Aïssata Tall Sall.
En effet, fait remarquer Me Ciré Clédor Ly, la bataille sur le plan national pourrait ne pas être suffisante. Elle devrait donc nécessairement être abordée sur le plan international. «Khalifa a des responsabilités sur le plan international. Il est le secrétaire général de l’AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) et le président de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA). Il représente au niveau africain le Réseau parlementaire sur la Banque mondiale et l’Association des Parlementaires Européens pour l’Afrique. C'est suffisant pour internationaliser la lutte», souffle Ciré Clédor Ly. “Ça ne sera pas une bataille de tout repos, mais il faudra arracher Khalifa Sall des griffes de l’Etat», conclut-il.
Chamsidine SANE
Seneweb.com
Par Le Vendredi 17 Mars 2017 à 08:34 | Lu 36 fois


ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE