[Contribution] Il demeure Al Makhtoum. Par Ameth Guissé

« Quoi qu’il en soit, il y a sur la terre des hommes – sont-ce des hommes ? – qui aperçoivent distinctement au fond des horizons du rêve les hauteurs de l’absolu, et qui ont la vision terrible de la montagne infinie », écrivait Victor Hugo dans Les Misérables, s’interrogeant sur Monseigneur Bienvenu, évêque de Digne. Al Makhtoum n’est-il pas de cette race ? C’est peut-être cette même vision qui l’habite et qui le détache de ce bas monde.


[Contribution] Il demeure Al Makhtoum. Par Ameth Guissé
Il est Khalife et pourtant il demeure Al Makhtoum, un homme mystérieux devenu un mythe parce que invisible. Chez lui comme chez ceux de sa « race » la recherche permanente des connaissances pour percer les mystères de notre monde est un sacerdoce, mais aussi un prégnant et exaltant voyage qui les plonge dans un monde autre que le nôtre et entretenant un contact permanent avec le spirituel. L’exigence que leur impose cette mission les détache de tout.
Khalife, il l’a toujours été pour certains et le demeure. Il l’est devenu pour tous.
De la confrérie éponyme de son nom, il est à penser que la Tidjania est codifiée dans ses gênes, faisant de lui un guide hors pair et lui assignant une mission permanente et intemporelle. Son silence paraît comme un murmure que certainement ne peuvent entendre que ceux qui œuvrent pour élever leur âme vers la lumière divine, c’est-à-dire ceux qui cherchent à transcender et l’espace et le temps. Son silence est éloquent parce que nous renvoie à l’essentiel qui est sur le chemin de Allah et de son prophète Mohamed (PSL). Autrement, il était et y demeure et nous l’y avons tous trouvé. Rien n’a alors changé sous les cieux. Dès lors, pouvons-nous ne pas comprendre que son silence est une invite dans cette voie de recherche permanente du salut parce que cette terre n’est pas notre promesse.
Son Khalifat s’exercera sûrement sous le sceau du mystique pour arriver à cette communion avec Allah de manière à ce que « pour notre avenir, Dieu puisse nous consulter » comme le rappelait le Professeur Souleymane Bachir Diagne reprenant Mouhamed Iqbal à propos de la Prédestination.
Champs des Courses a été un amphithéâtre des années durant où l’essentiel de son message y a déjà été distillé. Allant de la création du monde « ce passage miraculeux qu’est le saut de zéro à un » pour parler prosaïquement comme Jean d’Ormesson, au péché originel qu’il dépoussière pour notre entendement en passant par les retentissements ici-bas des enjeux intervenus des millénaires avant notre ère, à la vie continuée que la mort n’interrompt point parce que glissant seulement un voile à l’épaisseur d’une mousseline entre nous et nos disparus, le rappel de notre promesse qu’est le Paradis qui doit être mérité, Al Makhtoum n’a jamais cessé de nous signifier le sens de notre vie, héritée de notre prophète Mohamed (PSL).
L’homme, dans toute sa complexité demeure une obsession pour lui parce qu’étant au centre de la création. Et s’inspirant du prophète Mohamed (PSL) qui, sa vie durant a cherché à parfaire l’homme de par ses enseignements soit en relayant la parole de Dieu, soit en usant de son expérience pour formuler des Hadith, lui aussi cherche à parfaire l’homme de son temps en usant des mêmes enseignements tout en sachant que les résistances propres à la tradition embrouillent la perception des uns et obscurcissent la raison chez d’autres. Il demeure dans cette entreprise que nul temps ne saurait émousser quoique cette tradition l’ait rattrapé lui aussi. Des relais s’exerceront à transmettre ses messages sous diverses formes à chaque fois que les circonstances l’exigent.
Finalement, ne dirons-nous pas qu’il est un des derniers résistants, ceux qui, imprégnés de leur foi, acceptent tous les sacrifices et supportent toutes les incompréhensions parce que se sachant en communion avec Dieu.
L’élégance dans son acception la plus noble, doit demeurer à tout moment et en tout lieu, nous-avait-t-il rappelé. Cette élégance faite de courtoisie et de délicatesse, forge le mystique en tout être avons-nous compris. Elle est plus actuelle encore….
Ameth GUISSE
Rufisque
Email : amathguisse@yahoo.fr
Auteur du roman Femmes dévouées, femmes aimantes.
Editions : L’Harmattan Sénégal – Octobre 2011
Rédigé par le Jeudi 24 Janvier 2013 à 15:00 | Lu 55 fois


Tags : Al makhtoum

CONTRIBUTION | Article recommandé


ACTU REGION

Le cours magistral du "Professeur" Idrissa Seck sur l’éducation: « Les échecs scolaires d’aujourd’hui, les échecs économiques de demain » (vidéo)

Avortement médicalisé, prostitution, homosexualité : Réécouter l’intégral du sermon de imam Babacar Ndiour de Thiès

[EDUCATION] Ouagadougou: La belle moisson de l’Université de Thiès à la 36ème session du CAMES

Passation de témoin entre Idrissa Seck et Talla Sylla, aujourd'hui

[Audio] Thiès : Des membres de la communauté tidiane ont célébré la korité ce dimanche

PEOPLE

Le jeune réalisateur malien Bakary Diallo, mort dans le crash du vol d'Air Algérie

Aliou-Sall, Des salles de rédaction à la mairie

Exit le Ramadan, bonsoir les boîtes de nuit

Vidéo. Mbagnick Ndiaye avoue: "Si Macky nous a nommés dans le gouvernement, c'est grâce à Marième faye"

Le Colonel Aziz Ndao fusille Yaya Jammeh : «Il était planton dans mon secrétariat, chaque matin je l’envoyais m’acheter des cigarettes»

CULTURE

Fêtes de l'aid: le sévère réquisitoire de Jammeh contre le "ndiguel"

Thiès/ Imam Mbaye Sèye Guèye : «C’est parce que le monde musulman est désuni qu’Israël peut tout se permettre»

Une partie de la communauté musulmane va célébrer la Korité mardi, selon la CNOCL

Lamine Ndiaye, artiste comédien sur les sketches de ramadan: «Si toutes les télés continuent à faire la même chose, nous aurons un peuple médiocre»

La Korité fêtée (encore) dans la confusion : Lunes de fiel

Inscrivez-vous à la newsletter