[Contribution] Il demeure Al Makhtoum. Par Ameth Guissé

« Quoi qu’il en soit, il y a sur la terre des hommes – sont-ce des hommes ? – qui aperçoivent distinctement au fond des horizons du rêve les hauteurs de l’absolu, et qui ont la vision terrible de la montagne infinie », écrivait Victor Hugo dans Les Misérables, s’interrogeant sur Monseigneur Bienvenu, évêque de Digne. Al Makhtoum n’est-il pas de cette race ? C’est peut-être cette même vision qui l’habite et qui le détache de ce bas monde.


[Contribution] Il demeure Al Makhtoum. Par Ameth Guissé
Il est Khalife et pourtant il demeure Al Makhtoum, un homme mystérieux devenu un mythe parce que invisible. Chez lui comme chez ceux de sa « race » la recherche permanente des connaissances pour percer les mystères de notre monde est un sacerdoce, mais aussi un prégnant et exaltant voyage qui les plonge dans un monde autre que le nôtre et entretenant un contact permanent avec le spirituel. L’exigence que leur impose cette mission les détache de tout.
Khalife, il l’a toujours été pour certains et le demeure. Il l’est devenu pour tous.
De la confrérie éponyme de son nom, il est à penser que la Tidjania est codifiée dans ses gênes, faisant de lui un guide hors pair et lui assignant une mission permanente et intemporelle. Son silence paraît comme un murmure que certainement ne peuvent entendre que ceux qui œuvrent pour élever leur âme vers la lumière divine, c’est-à-dire ceux qui cherchent à transcender et l’espace et le temps. Son silence est éloquent parce que nous renvoie à l’essentiel qui est sur le chemin de Allah et de son prophète Mohamed (PSL). Autrement, il était et y demeure et nous l’y avons tous trouvé. Rien n’a alors changé sous les cieux. Dès lors, pouvons-nous ne pas comprendre que son silence est une invite dans cette voie de recherche permanente du salut parce que cette terre n’est pas notre promesse.
Son Khalifat s’exercera sûrement sous le sceau du mystique pour arriver à cette communion avec Allah de manière à ce que « pour notre avenir, Dieu puisse nous consulter » comme le rappelait le Professeur Souleymane Bachir Diagne reprenant Mouhamed Iqbal à propos de la Prédestination.
Champs des Courses a été un amphithéâtre des années durant où l’essentiel de son message y a déjà été distillé. Allant de la création du monde « ce passage miraculeux qu’est le saut de zéro à un » pour parler prosaïquement comme Jean d’Ormesson, au péché originel qu’il dépoussière pour notre entendement en passant par les retentissements ici-bas des enjeux intervenus des millénaires avant notre ère, à la vie continuée que la mort n’interrompt point parce que glissant seulement un voile à l’épaisseur d’une mousseline entre nous et nos disparus, le rappel de notre promesse qu’est le Paradis qui doit être mérité, Al Makhtoum n’a jamais cessé de nous signifier le sens de notre vie, héritée de notre prophète Mohamed (PSL).
L’homme, dans toute sa complexité demeure une obsession pour lui parce qu’étant au centre de la création. Et s’inspirant du prophète Mohamed (PSL) qui, sa vie durant a cherché à parfaire l’homme de par ses enseignements soit en relayant la parole de Dieu, soit en usant de son expérience pour formuler des Hadith, lui aussi cherche à parfaire l’homme de son temps en usant des mêmes enseignements tout en sachant que les résistances propres à la tradition embrouillent la perception des uns et obscurcissent la raison chez d’autres. Il demeure dans cette entreprise que nul temps ne saurait émousser quoique cette tradition l’ait rattrapé lui aussi. Des relais s’exerceront à transmettre ses messages sous diverses formes à chaque fois que les circonstances l’exigent.
Finalement, ne dirons-nous pas qu’il est un des derniers résistants, ceux qui, imprégnés de leur foi, acceptent tous les sacrifices et supportent toutes les incompréhensions parce que se sachant en communion avec Dieu.
L’élégance dans son acception la plus noble, doit demeurer à tout moment et en tout lieu, nous-avait-t-il rappelé. Cette élégance faite de courtoisie et de délicatesse, forge le mystique en tout être avons-nous compris. Elle est plus actuelle encore….
Ameth GUISSE
Rufisque
Email : amathguisse@yahoo.fr
Auteur du roman Femmes dévouées, femmes aimantes.
Editions : L’Harmattan Sénégal – Octobre 2011
Rédigé par le Jeudi 24 Janvier 2013 à 15:00 | Lu 55 fois


Tags : Al makhtoum

CONTRIBUTION | Article recommandé


THIES - Actu région

Exécution du budget de la ville de Thiès : Bras de fer entre Talla Sylla et le percepteur municipal

Sit-in ce matin à Thiès : Talla Sylla mène la fronde contre le Receveur municipal

Rejet de ses parents biologiques supposés : Des tests Adn pour établir la paternité d’un talibé disparu, retrouvé à Thiès

Cheikh Kanté rappelle la "grande ambition" du président Sall pour Thiès

Pout : Dangote annonce la commercialisation prochaine de ses premiers sacs de ciment

CULTURE

Jean Felix Paganon, ambassadeur de France au Sénégal sur le XVeme sommet de la francophonie: «La France n'a pas de candidat»

Il refuse de prêter serment devant Dieu, l'US Air Force le renvoie

[EN IMAGES] Magal des 2 rakas de Saint-Louis: La foire aux bonnes affaires

Adjia Sy: «Mon objectif est de faire de la Place du Souvenir un site touristique»

Ahmadou Tidiane Dia sur le Haj 2014 : "Les pèlerins non encadrés sont interdits"

Inscrivez-vous à la newsletter