Depardieu : n’en déplaise à l'acteur, la Russie de Poutine n'est pas une démocratie

LE PLUS. Aussitôt son passeport russe en poche, Gérard Depardieu s'est empressé de remercier Vladimir Poutine et de saluer la Russie, qu'il définit comme "une très grande démocratie". Les défenseurs des droits de l'Homme sont indignés. Témoignage de Maxime Filandrov, cofondateur de l'association française Russie-Libertés.


V. Poutine et G. Depardieu en visite au musée d'histoire de l'État russe à St-Petersbourg, le 11 décembre 2010 (LASKI/SIPA).
V. Poutine et G. Depardieu en visite au musée d'histoire de l'État russe à St-Petersbourg, le 11 décembre 2010 (LASKI/SIPA).
Quand il est question de réaction aveugle, de haine du libéralisme ou de guerre sanguinaire au Caucase, Vladimir Poutine est parfois comparé à Nicolas Ier, empereur de Russie, roi de Pologne et grand-duc de Finlande entre 1825 et 1855, dont la politique suivait les principes énoncés en 1833 par son ministre de l’Éducation Sergueï Ouvarov : "autocratie, orthodoxie et génie national".

Élections falsifiées et persécutions politiques

Tout comme Gérard Depardieu, Honoré de Balzac voulait devenir russe, mais il n’était pas assez fortuné pour y parvenir. Amoureux de la richissime comtesse Évelyne Hańska, l’écrivain était prêt en 1843 à devenir sujet de l’Empire russe afin de contourner l’interdiction faite à la comtesse par Nicolas Ier d’épouser cet étranger en qui il n’avait point confiance.

Pourtant, lorsque Balzac demanda un visa, le chargé d’affaires russes à Paris proposa à son gouvernement "d’aller au-devant des besoins d’argent de Monsieur de Balzac et de mettre à profit la plume de cet auteur, qui garde encore une certaine popularité ici (...) pour écrire une réfutation du livre calomniateur de Monsieur de Custine". Mais les motivations de propagande d’État ne suffirent pas à convaincre l’Empereur.

Le parallèle historique a ses limites : en effet, une des différences fondamentales entre l’Empereur autocrate et le président autoproclamé réside dans l’absence de légitimité de ce dernier qui a l’obligation de respecter une constitution démocratique et des engagements internationaux auprès du Conseil de l’Europe et de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Vladimir Poutine ne se maintient au pouvoir que par des élections falsifiées, une absence totale de justice et d’État de droit, une législation ultra répressive et des persécutions politiques maintenant généralisées.

Un moyen de rappeler la caractère criminel du régime

N’en déplaise à Gérard Depardieu, la Russie actuelle est tout sauf une démocratie.

Il le sait fort bien, et s'il a choisi d'aimer Poutine, c’est justement pour choquer en niant publiquement les horreurs de son régime, depuis les centaines de milliers de civils assassinés ou torturés au Caucase, jusqu'à la corruption géante de son clan issu d’une organisation criminelle, le KGB, dont Depardieu est maintenant un fidèle allié par sa propagande révisionniste.

En fin de compte, chacun est libre de choisir son lieu de résidence et sa citoyenneté selon sa situation et ses affinités, mais ce n’est pas l’admiration de quelques célébrités, fortement aidées par des cachets de plusieurs millions d’euros, qui maintiendront les tyrans au pouvoir. Comme vient de le rappeler Vladimir Boukovski, le plus célèbre des dissidents russes, "l'effondrement du système pourrait intervenir très bientôt".

Après les Pussy Riot, merci à Gérard Depardieu de nous ouvrir une scène médiatique mondiale pour rappeler le caractère criminel du régime de Poutine.
Le Plus Nouvel Obs
Rédigé par le Lundi 7 Janvier 2013 à 13:54 | Lu 79 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE


CULTURE

Pr Omar Sankharé invité de l'émission Entretien : "Abdoul Aziz Sy Dabakh était convaincu que Platon était un prophète"

Dakaa de Médina Gounas : les dispositions sécuritaires et sanitaires renforcées

Touba : Le khalife général réitère les 14 interdictions contre les manifestations politiques, le vice, les tenues indécentes, etc.

Umberto Eco: "Un monde où on ne peut mentir serait un enfer"

Gabriel Garcia Marquez hospitalisé à Mexico

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter
Vidéos Populaires
FAITS-DIVERS
Thiesvision.com | 31/08/2011 | 13724 vues
00000  (0 vote)
Vidéo à la Une
Thiesvision.com | 21/09/2011 | 12717 vues
00000  (0 vote)
1 sur 398