[Entretien - Vidéo ] Ami Collé Dieng : «Ils m'ont fait passer pour une folle. Jusqu’ici j’ai tout supporté (...), ce qui se trame contre ma personne»

C’est une Ami Collé Dieng très en forme qui a reçu l’équipe de Seneweb News ce week-end. L’artiste chanteuse a désormais décidé de ne plus rester aphone devant les attaques dont elle continue de faire l’objet de la part d’artistes sénégalais concurrents.


« J’adore les tout-petits et ils me le rendent bien »

Son nouveau single « Xalé » dédié à l’enfance est le signe d’un engagement aux côtés des enfants dont elle souhaite améliorer le quotidien. L’enfance pour Ami Collé, « c’est le symbole de l’innocence ». D’où la nécessité pour la chanteuse de se faire leur porte-voix, contre les violences faites aux enfants. « Il faut les surveiller, les protéger, ils représentent l’avenir. De nos jours les parents n’ont plus le temps de s’occuper de leurs enfants convenablement, ils courent à gauche et à droite pour les nourrir », a constaté l’artiste Ami Collé Dieng, qui dénonce par ailleurs la cherté de la vie, le coût du loyer, la criminalité excessive dans le pays. « J’adore les tout-petits et ils me le rendent bien, ils sont mes amis, je chanterai d’autres tubes pour eux. Échanger avec eux est très enrichissant », a laissé entendre la chanteuse, qui se félicite du travail abattu par l’Unicef et autres organismes de défense et de protection des droits de l’Enfant. Une protection que la chanteuse veut aussi pour sa propre personne contre ses détracteurs.

« Ils ont dit que j’étais folle. Jusqu’ici j’ai tout supporté à cause de mes fans ; il est temps que je parle »

Mais c’est aussi une Ami Collé très combative, droit dans ses bottes qui s’est exprimée dans le Grand Entretien de Seneweb News. La chanteuse a sévèrement mis en garde ceux qui dans le monde du showbiz, souhaitent la fin de sa carrière musicale. «L’art est un univers inépuisable. Je n’ai de différend avec aucun artiste. Dans ce milieu de l’art, il y a des jaloux. Tous ceux qui aiment la chanson et la bonne musique m’adorent. C’est Dieu qui en a décidé ainsi. Mais, ceux avec qui je partage le milieu me font la guerre, ils paient des personnes pour me salir, pour me nuire, mais c’est peine perdue. Qu’on me laisse tranquille», conseille-t-elle.

Réfutant certaines informations diffusées dans les médias, Ami Collé n’est pas loin de dénoncer une machination. Si de telles rumeurs la faisaient rire au début, plus maintenant ! « Ils m'ont fait passer pour une folle, ce sont mes ennemis qui sont à l’origine de ces rumeurs, tout a été forgé », a réfuté celle qui tient à rassurer son public, ses fans.

« Je veux que mes fans soient informés de ce qui se trame contre ma personne »

Quid de son voyage au Mali, objet de toutes les polémiques ? « Je suis une personne libre, je peux aller où je veux, je vaque à mes occupations, je peux aller au Mali ou ailleurs », a martelé Ami Collé. Parce que, dit-elle, « il est temps que je parle. Jusqu’ici j’ai tout supporté à cause de mes fans », insiste la chanteuse. Non sans rappeler que le prophète de l’islam, a été contraint à l’exil, parce qu’il dérangeait. « Quand je suis sollicité pour jouer quelque part, ici ou à l’étranger, certains artistes manœuvrent en coulisses pour faire intervenir quelqu’un d’autre à ma place, dans le seul but de me mettre hors course. Parfois je suis recommandée à des « prestataires », mais ces derniers font appel à d’autres artistes », a renchéri Ami Collé, persuadée qu'« il est temps, de dire ce qui se passe dans ce milieu du showbiz ».

« Je veux que les Sénégalais comprennent, que mes fans soient informés de ce qui se trame contre ma personne. Ils ont dit que je n’avais plus de voix, ils ont tout essayé et tout fait pour me nuire mais ils ne pourront pas m’atteindre. Oui, je dérange et je sais que je dérange. Ils m’ont causé beaucoup de tort, mes rivaux. J’en connais, je peux même citer des noms, mais je préfère les taire pour le moment. Ce sont des personnes insoupçonnées et j’ai les preuves de ce que j’avance. Mais, qu’ils soient avertis, je ne me laisserai plus faire », peste-t-elle.

Le showbiz, un milieu pourri ? Collé n’est pas loin de répondre par l’affirmative. « Maintenant, je dévoile tout, je ne cacherai plus rien. Dans la vie, il faut être modeste. Et lorsque vous faites preuve de modestie, certains le prennent pour un signe de faiblesse, ils vous manquent de respect. Je sais qui je suis et ce que je vaux. Désormais, je ne me laisserai plus faire ! ». Sévère mise en garde de Ami Collé Dieng, l’enfant de Thiès qui prépare hâtivement son retour dans les bacs, son come-back sur le devant de la scène, avec deux albums, national et international.

Seneweb, avec Thiesvision
Rédigé par le Lundi 21 Janvier 2013 à 20:39 | Lu 128 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


PEOPLE

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Baptême : Souleymane Faye donne le nom de son fils à Macky

Prix Kéba Mbaye pour l’Ethique : Lilian Thuram, l’heureux élu

Quand un milliardaire américain avoue par mégarde des meurtres

Montres, fortunes et préjugés: Quand Samuel Eto'o fustige le racisme ordinaire

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015