Farba Senghor, Wade, Junior et les rebelles de Casamance (Par Momar Mbaye)

Thiesvision.com - La révélation est de Junior même. Serigne Abdoul Aziz Sy dit al Amine, vient d’avouer publiquement, sans gêne aucune, avoir soutenu les rebelles de Casamance. Des aveux qui semblent n’avoir ému aucune autorité de l’Etat. Pas même les organisations engagées en faveur de la paix en Casamance.


Farba Senghor, Wade, Junior et les rebelles de Casamance (Par Momar Mbaye)
Lorsqu’en son temps, Farba Senghor, le chargé de propagande du Pds, et Abdoulaye Wade, alors président, avaient révélé avoir soutenu et entretenu les rebelles de Casamance, le tollé était général, les condamnations multiples, l’indignation, commune. Les propos de Junior, par contre sont passés comme lettre à la poste. Pas de quoi fouetter un chat.

Noyés dans la ferveur du Gamou, une occasion inopportune pour faire de tels aveux loin d’honorer nos guides religieux. Mais nous sommes bien au Sénégal où l’indignation est toujours sélective. « J’ai aidé financièrement Salif Sadio. Les rebelles avaient besoin de vivre, parce qu’ils étaient encerclés et qu’ils n’avaient rien à manger », a osé avouer Serigne Abdoul Aziz Sy, un « Junior » que l’on estimait avoir grandi suffisamment pour ne pas s’amuser à soutenir financièrement une rébellion. Serait-il animé d’une bonne intention, des raisons humanitaires, rien au monde ne justifie un soutien à l’ennemi, une sorte de « collaboration » coupable qui ne dit pas son nom.

Par conséquent, aujourd’hui, si les rebelles fidèles à Salif Sadio ne sont morts de faim, s’ils tiennent encore debout le flambeau de l’indépendance de la Casamance et de la résistance armée, c’est parce qu’ils ont bénéficié, en partie, du soutien financier de Junior. C’est donc ce dernier qu’il faudra interpeller, et lui imputer si nécessaire, les crimes odieux commis par les fidèles du chef maquisard, les braquages et prises d’otages, entre autres forfaitures qui portent la signature des rebelles de Salif Sadio.

D’un guide religieux digne de ce nom, le Sénégal et sa population attendent des conseils et des prières, tout, excepté de nourrir les ennemis du Sénégal, les rebelles de Casamance, ceux-là même qui remettent en cause l’intégrité du territoire national, s’en prennent à nos militaires, violentent les populations, tuent et braquent à satiété.A ceux qui ne souffrent pas d’amnésie sélective, un journaliste et directeur général d’une chaîne de télévision locale a fait l’objet d’une convocation à la direction de la surveillance du territoire, pour avoir diffusé des images de rebelles casamançais.Une correspondante d’une radio étrangère, expulsée de Dakar pour un traitement « tendancieux » de la rébellion indépendantiste en Casamance.

Alors qu’un guide religieux affirme, ouvertement, avoir soutenu financièrement les rebelles, et l’autorité ne bronche pas. Demain, un soutien aux rebelles viendra de personnes et de milieux jusqu’ici insoupçonnés. La Casamance, devenue un fonds de commerce où chacun s’autorise à mettre son grain de sel pour ensuite s’arroger des privilèges.Si l’on ignore à combien s’élève le montant de ce soutien financier en faveur des rebelles, il reste évident que la préservation de la sécurité intérieure du pays, exige de Serigne Abdoul Aziz Sy, qu’il soit convoqué et entendu dans les plus brefs délais. C’est du moins, ce que ferait tout Etat responsable.
Rédigé par le Vendredi 25 Janvier 2013 à 17:12 | Lu 56 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE


CULTURE

Décès du prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez

Pr Omar Sankharé invité de l'émission Entretien : "Abdoul Aziz Sy Dabakh était convaincu que Platon était un prophète"

Dakaa de Médina Gounas : les dispositions sécuritaires et sanitaires renforcées

Touba : Le khalife général réitère les 14 interdictions contre les manifestations politiques, le vice, les tenues indécentes, etc.

Umberto Eco: "Un monde où on ne peut mentir serait un enfer"

Dernières vidéos
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 23/08/2012 | 379 vues
00000  (0 vote)
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 28/02/2012 | 1415 vues
00000  (0 vote)
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 29/11/2011 | 581 vues
00000  (0 vote)
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 02/09/2011 | 594 vues
00000  (0 vote)
Inscrivez-vous à la newsletter
Vidéos Populaires
FAITS-DIVERS
Thiesvision.com | 31/08/2011 | 13731 vues
00000  (0 vote)
Vidéo à la Une
Thiesvision.com | 21/09/2011 | 12722 vues
00000  (0 vote)
1 sur 399