Gestion autoritaire peu équitable et la nécessité d’un exercice synodal inter confrérique.

Thiesvision.com - Certes, il est beau de faire le tour du monde pour magnifier l’œuvre et l’action titanesques de Cheikh Amadou Bamba, dont les exploits surhumains, les démarches chevaleresques, et l’engagement épique, sont gravés sur les frontons du temple de l’éternité.


Gestion  autoritaire peu équitable et la nécessité d’un exercice synodal inter confrérique.
Mais, tant que le mouridisme continuera de se prêter à des pratiques hérétiques bannies par l’islam et proscritespar le cheikh ;les quelles pratiques, qui défigurent la voie soufie du Cheikh ; nous serons loin des comptes, d’un soufisme sunnite prôné par le cheikh.
A mon sens, les grandes rencontres, dites soufies dans lesquelles des discours ex cathedra se prononcent, des chants de khassaides, se déclament, sans qu’il y ait pour autant, une véritable auto- évaluation des mourides par rapport à l’enseignement du Cheikh, ces démarches me semblent farfelues, contre productives et une fuite en avant. Un exercice synodale inter confrérique se pose avec acuité.
A Touba, il ya un mauvais ciblage des œuvres de développement.Les voix autorisées invoquent toujours la densité démographique, pour faire appelaux services régaliens, sans pour autant s’évertuer à y associer la population souveraine, la première concernée.
Pour conclure, je diraiqu’aucun NDIGËL ou appel, qui ne ferontpas l’économie des conditions de vie difficiles des talibés etde la dégradation des mœurs, ne sauraient nullement faire valoir d’argumentaire religieux.

S’agissant du remaniement du gouvernement d’Abdoul Mbaye, MackySall a déroulé une stratégie très fine et à s’y méprendre,on peut penser que Macky a sacrifié tout, pour se conformer aux exigences des Assises nationales.Que non ! Parce que, par le truchement de Mor Ngome, très introduit auprès de Serigne Bass Abdoul Khadre, qui estlui aussi en parfaite harmonie avec Cheikh MbackeSakho, l’œil de MackySall dans le milieu mouride, ils peuvent tous les deux, non seulement être, le viseur de Macky, mais aussi, une fenêtre secrète, pour la main maraboutique. Pour ne pas dire l’échelle courte pour des manœuvres politico-religieuses.
En outre, même si nous sommestant soit peu satisfaitsdu départ de certains ministres incompétents, nous n’en restons pas moins inquiets, quant aunon-respect des engagements majeurspris lors de la campagne électorale du candidat MackySall. C’est la raison pour laquelle, nous nourrissons des craintes, que la réduction du mandat ne devienne pas ainsi l’objet de WAXWAXEET demain.
Ce qui semble expliquercette frilosité de la présidence, d’une psychose du complot national, qui frise le délire.
Même si toutefois, le prophète a formellement interdit la détermination du sort, ou la prévision des pluies à partir des couchers héliaques des mansions,ces mansions de la Lune qui constituent un système de vingt-huit groupes d'étoiles ou astérismes, nous ne manquerons pas pour autant, de relever ici une imagerie populaire, bien sénégalaise, qui sonne comme un conte de fée. C’est-à-dire, à chaque fois que le jour de Tabaski coïnciderait à un vendredi, ça aura comme conséquence directe : la chute du pouvoir temporel ou par défaut la chute du celui du spirituel.
Dans cette optique, force est de constater que, en l’an 2000 le jour de la Tabaski coïncida vendredi 17 mars deux jours avant la première alternance démocratique.
2007 le jour de la Tabaski avait coïncidé le vendredi 21 décembre 2007, une semaine avant la disparition de CHEIKH SaliouMbacke, qui s’est rappelé à DIEU vendredi 28 décembre,à peine une semaine après.
Il faut remarquer que Wade en fin mage (boukhaba) avait fuit le terrain sénégalais, en allant prier chez les musulmans de Paris, auprès de DalilBoubakeur, le recteur de la grande mosquée de Paris.
On a même assisté après,a une folle rumeur, donnant la mort a Serigne Mansour SY.
Maintenant bis repetita le tabaski de 2012 correspond le vendredi.
C’est la deuxième fois consécutive que les Thiantas ratent la communication envers l’opinion publique sénégalaise. Tout d’abord et en premier lieu, lors des manifestations préélectorales, en lieu et place d’un discours argumenté, un graal non négligeable pour un soutien populaire, les Thiantas s’étaient montrés très violents par le port de gourdin. Et en second lieu, récemment lors de la manifestation pour exiger l’élargissement de Bethio, ils se sont livrés à des actes de vandalisme, en lieu et place d’une procession sur fond de déclamation des khassaides.
Mais tout de même, force est constater que Bethio est victime de ceux qui l’ont toujours laissé déifier publiquement Serigne SaliouMbacke, en le proclamant toujours comme DIEU, pendant tout ce temps, sans être corrigé ni réprimandé. Et ce d’autant plus que, personne ne saurait faire l’économie d’un rayonnement culturel, islamique du mouridisme, sans s’interroger un instant, sur la nature de la flexibilité dogmatique qui, à force de macération, de profanes de pratiques païennes, a fini d’altérer, de gauchir voire de travestir la pensée et le message de CHEIKH AHMADOU BAMBA.
Le silence de Touba s’explique à priori, par le fait que Touba est rattrapé par sa complaisance au régime de Wade. Parce que, lorsque BethioThioune pompait l’air et tenait toute la population de Touba, en émoi, il n’y avait eu aucune réaction rigoureuse de la part des autorités religieuses. Secundo Bethio devient la victime collatérale voire même expiatoire de ce mea-culpa maraboutique, qui vaudrait qu’un Bethio, presque asocial, hors du commun, en cessation de paiement, et très encombrant, devrait être relâché pour sauver les soldats Cheikh Amar et Moustapha Yassine Gueye, parce que Paris vaut bien une messe.

Serigne Fallou Bousso Dieng, maître soufi.
Rédigé par le Vendredi 9 Novembre 2012 à 15:41 | Lu 175 fois


CONTRIBUTION | Article recommandé


PEOPLE

Exit le Ramadan, bonsoir les boîtes de nuit

Vidéo. Mbagnick Ndiaye avoue: "Si Macky nous a nommés dans le gouvernement, c'est grâce à Marième faye"

Le Colonel Aziz Ndao fusille Yaya Jammeh : «Il était planton dans mon secrétariat, chaque matin je l’envoyais m’acheter des cigarettes»

Gackou: «Je ne fais partie d’aucun lobby maçonnique ni homosexuel»

Souleymane Keita inhumé au cimetière de Yoff

CULTURE

Lamine Ndiaye, artiste comédien sur les sketches de ramadan: «Si toutes les télés continuent à faire la même chose, nous aurons un peuple médiocre»

La Korité fêtée (encore) dans la confusion : Lunes de fiel

"Safinatoul amane" décidé à faire respecter le "ndiguel" du Khalif général des mourides

Sénégal : Touba hors la loi ?

Culture: Mbagnick Ndiaye invité à poursuivre les chantiers des professionnels

Inscrivez-vous à la newsletter