[Grand Entretien] Louis Alphonse Sarr, auteur d’un livre hommage à «Serigne Saliou Mbacké: «On ne peut pas être un chrétien accompli si on n’intègre pas la dimension spirituelle de l’islam»

L’auteur de « Serigne Saliou Mbacké ou exaltation d’une énigme de fin de cycle » était l’invité ce vendredi du Grand Entretien de Seneweb. A quelques jours de la célébration du Magal de Touba, Louis Alphonse Sarr revient sur les motivations qui l’ont amené à publier un ouvrage sur le dernier Khalife de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme, dont il dit qu’il « a réceptionné une lumière et en a fait le socle d’une culture, d’une civilisation ». Il s’agit, souffle-t-il, de montrer à l’humanité qu’« une des phases de la marche de cette lumière s’est retrouvée en Afrique de l’Ouest ».


Le Khalifa de Serigne Saliou, rappelle-t-il, « a coïncidé avec la fin des cycles, la tradition cyclique des fils de fondateurs des confréries ». Car « tous ceux qui étaient comme lui (Ndlr : Seringe Saliou) ont hérité de cette lumière », a révélé l’auteur du recueil de poèmes de 102 pages dédié au fils de Serigne Touba.
« Quand la lumière du Saint-Esprit m’a parlé, elle avait le voile de Cheikh Ahmadou Bamba »
L’ésotérisme négro-africain, la spiritualité, voilà le point commun entre Serigne Saliou et Léopold Sédar Senghor, le président poète avec qui Louis Alphonse Sarr partage le même lieu de naissance, Joal. Un Serigne Saliou qui « a incarné le fond spirituel de l’Afrique noire, ce qu’il représentait dans l’islam est surtout ésotérique », avance le poète qui n’est pas loin de souligner l’ininterruption doctrinale de toute la révélation, « tout se suit dans l’intemporalité », dit-il. Et si l’auteur se réclame de toutes les religions, c’est parce qu’« on ne peut pas être un musulman sans avoir intégré les principes et les mystères chrétiens ; on ne peut pas être un chrétien accompli si on n’intègre pas la dimension spirituelle de l’islam, ce n’est pas possible », a-t-il réfuté.

S’étant senti investi d’une mission, un concept qui toutefois peut être équivoque pour certains de ses détracteurs. « La révélation a été scellée », lui ont signifié certains, mais « la miséricorde de Dieu n’est pas tarie sur terre », leur rétorque le poète. Car des critiques, Louis Alphonse Sarr en a fait l’objet après la publication de son livre.
A l'endroit de ceux qui « contestent la légitimité de cette mission », l’auteur ne se montre guère ébranlé, conforté qu’il est par sa rencontre avec Serigne Saliou, rencontre dont la première remonte au mardi 27 juillet 1999, à Dianatoul Mahwa, un quartier de Touba. « Quand la lumière du Saint-Esprit m’a parlé, elle avait le voile de Cheikh Ahmadou Bamba », a confié Louis Alphonse Sarr, lauréat en 2009 du concours international de la poésie sur « Cheikh Ahmadou Bamba et son apport à l’humanité ».
Seneweb, avec Thiesvision
Rédigé par le Samedi 22 Décembre 2012 à 11:59 | Lu 171 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


Dernières vidéos
Thiesvision.com | 14/03/2014 | 1078 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Thiesvision.com | 05/02/2014 | 3792 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Thiesvision.com | 10/01/2014 | 1034 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Inscrivez-vous à la newsletter