Page

Italie : un Sénégalais condamné à 30 ans de prison pour le meurtre d’une jeune Américaine

Tidiane Cheik Diaw, un Sénégalais de 27 ans, a été condamné jeudi par la justice italienne à 30 ans de prison pour le meurtre d'Ashley Olsen, une Américaine de 35 ans retrouvée en janvier, étranglée dans son appartement du centre historique de Florence.


Tidiane Cheik Diaw a été reconnu coupable d’homicide volontaire, cependant la cour d’assise de Florence n’a pas retenu la circonstance aggravante de la cruauté avancée par l’accusation. La famille de la victime était présente jeudi au tribunal pour l’annonce du verdict.

Arrêté le 14 janvier 2016, cinq jours après la découverte du corps, Tidiane Cheik Diaw a été identifié grâce aux caméras de surveillance qui l’ont filmé entrant au domicile de sa victime puis par les traces ADN sur un préservatif et sur un mégot de cigarette retrouvés dans l’appartement.

L’enquête a permis de déterminer que le condamné avait rencontré la jeune femme dans une discothèque le soir du drame avant de passer la nuit chez elle. Selon les conclusions de l’enquêtes, tous deux avaient consommé de l’alcool et de la drogue ce soir-là et se sont battus après avoir eu un rapport sexuel consenti.

À LIRE AUSSI :Tunisie : mobilisation contre « l’article de la honte » autorisant le mariage d’une mineure enceinte d’un proche
Le « roi de la discothèque »

Le Sénégalais de 27 ans a reconnu que la jeune femme s’était cognée après qu’il l’a poussée, mais a assuré qu’elle était encore en vie et qu’ils étaient réconciliés quand il a quitté l’appartement. D’après les résultats de l’autopsie, la victime a trouvé la mort par strangulation et présentait une double fracture du crâne. Le parquet a toutefois exclu le scénario d’un jeu érotique ayant mal tourné.

En situation irrégulière, Tidiane Cheik Diaw était considéré comme un « roi de discothèque ». Selon l’accusation, qui avait requis la réclusion à perpétuité, c’est lui qui a d’ailleurs fourni la drogue de la soirée. Native de Floride, Ashley Olsen travaillait comme organisatrice d’événements. Décrite par ses proches comme une jeune fille « créative » et « généreuse », elle s’était installée en Toscane il y a plusieurs années pour se rapprocher de son père, un professeur d’art.
JeuneAfrique.com
Par Le Vendredi 23 Décembre 2016 à 19:23 | Lu 293 fois


ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE