L'Arche de Zoé jugée à partir de lundi

Les deux principaux protagonistes seront absents des débats qui s’ouvrent lundi contre l’Arche de Zoé, cette association qui avait tenté en 2007 d’exfiltrer 103 enfants vers la France en les faisant passer pour orphelins.


L'Arche de Zoé jugée à partir de lundi

Le procès des six membres de l’Arche de Zoé, qui avait tenté en 2007 d’exfiltrer 103 enfants vers la France en les faisant passer pour orphelins, s’ouvre lundi à Paris en l’absence de deux de ses principaux protagonistes et sur fond de colère des familles au Tchad. Eric Breteau, président de l’association humanitaire et sa compagne Emilie Lelouch ont fait savoir qu’ils refusaient de comparaître devant le tribunal correctionnel pour « exercice illicite de l’activité d’intermédiaire pour l’adoption », « aide au séjour irrégulier » et « escroquerie » au préjudice des 358 familles accueillantes.

En revanche, les quatre autres prévenus – le médecin Philippe van Winkelberg, le logisticien Alain Péligat, la journaliste Agnès Pelleran et Christophe Letien, un membre de l’association resté en France – seront présents. Une vingtaine de familles française se sont constituées partie civile, estimant que l’Arche de Zoé a abusé de leur désir d’enfant, en jouant sur « les sentiments, l’affectif ».

6,3 millions d’euros de dommages et intérêts

Le 25 octobre 2007, dix-sept Européens, dont neuf Français, étaient arrêtés à Abéché (est du Tchad), alors qu’ils s’apprêtaient à faire embarquer illégalement vers la France 103 enfants affublés de faux pansements, présentés comme des orphelins du Darfour, région soudanaise frontalière du Tchad. Les enfants, promis à des familles d’adoptants en France, étaient en réalité pour la plupart tchadiens et la quasi-totalité d’entre eux n’étaient pas des orphelins, comme l’association l’affirmait sur internet, appelant à leur adoption.

En juillet 2007, près de quatre mois après cet appel, la justice française avait ouvert une enquête à la suite d’un signalement du ministère des Affaires étrangères sur les agissements de l’Arche de Zoé. En novembre, le gouvernement tchadien avait libéré les trois journalistes, le pilote belge et des Espagnols, impliqués dans cette opération rocambolesque.

Le 26 décembre, un mois après leur arrestation, les six Français de l’Arche de Zoé avaient été condamnés à N’Djamena à huit ans de prison assortis de travaux forcés. Ils étaient en outre condamnés à verser « solidairement » aux familles des enfants 6,3 millions d’euros de dommages et intérêts. Trois mois plus tard, le régime tchadien avait gracié les membres de l’Arche de Zoé, mais la question des dommages et intérêts reste entière. Selon une source proche de la présidence de la République tchadienne, qui fait état de l’exaspération des familles, « le gouvernement français s’était engagé à payer l’indemnisation aux parents de victimes, mais jusqu’à maintenant rien n’a été fait ». La France a toujours nié cet accord, affirmant ne rien devoir au Tchad. Le procès doit durer jusqu’au 12 décembre.

Source : TF1

Rédigé par Neega Mass le Lundi 3 Décembre 2012 à 15:10 | Lu 77 fois


ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE


PEOPLE

Banqueroute frauduleuse : Me Ndèye Maty Djigueul réclame 150 millions à Ahmed Khalifa Niass

Gambie : Le message touchant de Zineb Jammeh à son époux sur Twitter

[ Carnet Rose ] Tounkara ca kanam: L'animateur choisit sa Niarél* parmi les journalistes d' El Hadji Ndiaye

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Baptême : Souleymane Faye donne le nom de son fils à Macky

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015