Page

L’inspecteur des impôts suspendu de ses fonctions : Amadou Ba gèle Sonko

Le leader de Pastef a été suspendu de ses fonctions d’inspecteur des impôts et des domaines hier. La tutelle estime que Ousmane Sonko a manqué à son «obligation de réserve».


C’est fait ! Ousmane Sonko a été suspendu de ses fonctions d’inspecteur des impôts et des domaines hier, «jusqu’à nouvel ordre». Une décision prise par les autorités après que le leader de Pastef a révélé que les députés ne reversaient pas leurs impôts. En fait, cette sanction était réclamée par des hommes du pouvoir. Moustapha Diakhaté a été le premier à demandé plus que la suspension du haut fonctionnaire. «Un fonctionnaire digne de ce nom ne doit pas se comporter comme ça», avait-il dit, interpellant du coup la tutelle. «Il faut immédiatement qu’il enclenche les deux procédures», disait-il. Le responsable de l’Apr suggérait une procédure disciplinaire d’abord en demandant la radiation de M. Ousmane Sonko de la Fonction publique. «Parce qu’il n’y a pas sa place. Quelqu’un qui n’a pas sa langue dans sa poche ne peut pas être dans une administration aussi importante que les Impôts et domaines», estimait-il. Mieux, M. Diakhaté voudrait que l’Etat aille plus loin en déclenchant une procédure pénale. Là aussi, expliquait-il, «parce qu’il a violé les règles déontologiques de son métier». Un scénario peu probable. Le président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar (Bby) attendait par conséquent une «réaction immédiate du ministre de l’Economie, des finances et du plan Amadou Ba», avait déclaré le président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar dans un entretien avec Igfm. Amadou Bâ avait justement «lavé» les députés. «Cette idée que les députés doivent de l’impôt à l’Etat n’a pas de sens. Ce débat est insensé», avait-il soutenu lors du vote de la Loi de finances rectificatives 2016.
Sonko répliquera plus tard : «Le problème, monsieur Diakhaté, est que vous êtes techniquement et intellectuellement limité et ne comprenez rien aux débats que je soulève. Et cela n’honore ni votre fonction ni l’institution que vous représentez. Vos invectives et menaces ridicules je n’ai qu’en faire.» Des partis et mouvements politiques comme Moom sa rew, Rnd, Taxaw temm, Yoonu askanwi s’étaient constitués en boucliers pour avertir le gouvernement d’une éventuelle sanction contre le leader de Pastef. Depuis, Sonko n’a pas levé le pied sur le frein. Au contraire, il multiplie et accélère les sorties au vitriol contre le régime. Et vendredi dernier, en conférence de presse, il a encore révélé que le gouvernement a inscrit 9 milliards de F Cfa dans la loi de finances rectificatives de 2016 au profit d’une entreprise dénommée «Envol Immobilier sur un marché total de 150 milliards qui a été gracieusement attribué à cette entreprise sans appel d’offres, c’est-à-dire par gré à gré». La goutte de trop ? C’est tout comme.
Dans son entourage, l’on affirme que Ousmane Sonko a été «verbalement informé par des collègues» et qu’il n’a pas encore reçu la notification de la sanction. «Le parti se réunit dans la soirée (hier) pour voir quelle attitude adopter», confie-t-on. Une conférence de presse n’est pas exclue.
hamath@lequotidien.sn
LeQuotidien
Par Le Jeudi 28 Juillet 2016 à 12:14 | Lu 70 fois



Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES