Page

Macky Sall à Paris : "une visite d'Etat couronnée de succès"

La visite d’Etat du président de la République en France est couronnée d’un "succès incontestable" tant du point vue de l’organisation que de ses retombées économiques, a salué une source proche du chef de l’Etat ayant requis l’anonymat.





"Cette visite est couronnée d’un succès incontestable du point de vue l’organisation et des retombées économiques. La République française s’est mobilisée, ce qui est une marque d’amitié pour le Sénégal et pour le président Macky Sall", a dit l’officiel, rappelant que c’est la première visite d’Etat d’un chef d’Etat sénégalais en France depuis 1992.

Cette mobilisation, a-t-il ajouté, traduit "l’excellence et la qualité des relations entre les deux pays".

Une visite d’Etat est le plus haut niveau dans l’ordre protocolaire et la France n’en organise généralement que deux par an, a fait remarquer la même source, soulignant que c’est une visite qui traduit "une marque d’amitié et de respect".

Le fait que le président de la République soit accueilli à son arrivée par la ministre de la Fonction publique n’enlève en rien à la solennité de cet accueil, a relevé notre interlocuteur, parlant de traditions selon les pays dans ce domaine.

Il arrive qu’un chef d’Etat soit accueilli par le directeur d’un département au ministère des Affaires étrangères ou par un ambassadeur, a-t-il expliqué.

La même source a également mis en exergue la présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve à la cérémonie d’honneurs militaires aux Invalides. "C’est une exception et du point diplomatique, c’est important".

Il arrive que ce soit uniquement le gouverneur militaire de Paris qui assiste à la cérémonie d’honneurs militaires aux Invalides.

Pour les retombées économiques de cette visite, il y a la signature de 7 protocoles ou accords dont un protocole financier d’un montant de 93 millions d’euros du Trésor français dans le cadre du projet du Train express régional (TER), et un protocole d’accord entre l’Agence française de développement (AFD) et le Sénégal pour un montant de 100 millions d’euros, toujours pour le projet TER.

La même source a mis en exergue le protocole tripartite entre le Sénégal, la RATP et la SNCF pour le développement et l’extension du TER, la lettre d’intention de financement concernant le Centre de calcul prévu à Diamniadio.

Il y a aussi le protocole avec l’IFPEN dans le cadre du projet de création de l’Institut du pétrole et du gaz qui vise à former les jeunes sénégalais aux métiers du pétrole et du gaz afin de mieux encadrer l’exploitation de ces ressources naturelles.

L’IFPEN se veut "un acteur majeur de la recherche et de la formation dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement".

Au cœur de son action, il y a la recherche, l’industrie, l’innovation technologique articulée autour de trois priorités stratégiques : mobilité durable, énergies nouvelles et hydrocarbures responsables.

L’IFP Energies nouvelles (Institut français du pétrole et des énergies nouvelles), ex Institut français du pétrole, a été créé en 1944.

Cet organisme public français qui a pour mission, par le biais de la recherche et de la formation, "d’encourager le développement des technologies et des matériaux du futur dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement".

Alors que les recherches menées par IFP Energies nouvelles depuis sa création jusqu’aux années 2000 ont exclusivement concerné les secteurs pétrolier et gazier, aujourd’hui, la moitié des programmes de recherche sont consacrés au développement des énergies alternatives et à l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Parmi ses objectifs, il y a l’amélioration des techniques d’exploration et de production du pétrole et du gaz, l’amélioration du processus de raffinage, la diversification des sources de carburant, le développement des véhicules propres et la maîtrise des émissions de CO2.

Notre interlocuteur a aussi souligné la remise de deux millions d’images d’archives sur les tirailleurs sénégalais et la signature d’une convention entre le Musée du Quai Branly Jacques Chirac et le Musée des civilisations noires (MCN) de Dakar.

Il y a aussi la signature d’un protocole entre le Conservatoire national des arts et des métiers (CNAM), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le Conservatoire, doté du statut de grand établissement, est placé sous la tutelle du ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et se veut "un formidable outil au service du développement des actifs (salariés et demandeurs d’emploi), des entreprises, des territoires et de l’emploi".

Il remplit trois missions principales : la formation professionnelle supérieure tout au long de la vie, la recherche technologique et l’innovation, la diffusion de la culture scientifique et technique.

Macky Sall termine, ce jeudi, sa visite d’Etat entamée lundi. Il regagne Dakar dans la soirée.

OID/PON
APS
Par Le Jeudi 22 Décembre 2016 à 12:46 | Lu 81 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES