Moustapha Niasse, Le « justicier » du Perchoir

L’ancien Premier ministre Moustapha Niasse est aux anges. Habitué des seconds rôles, Niasse ne se plaint pas de ses nouveaux pouvoirs tentaculaires qui lui donnent de droit de faire et de défaire.


Moustapha Niasse, Le « justicier » du Perchoir
La cohabitation avec l’Apr de Macky Sall a fini de faire du socialiste et leader de l’Alliance des forces de progrès, un homme de pouvoir, conforté puis renforcé par la suppression du Sénat. Si puissant que sa main invisible est bien en évidence derrière tout ce remue-ménage dont s’est emparé l’hémicycle depuis l’avènement de la phase 2 de l’alternance au Sénégal. Le nouveau président de l’Assemblée nationale serait-il en train de régler des comptes politiques avec les enfants de Wade, traqués de tous bords et soupçonnés d’enrichissement illicite ? En tout état de cause, on imagine mal Macky Sall en vouloir à ce point à ses anciens frères de parti.
L’Apr, une formation politique embryonnaire, peine à s’imposer dans le paysage politique malgré l’appareil d’Etat entre ses mains. Alors que le Ps et l’Afp, ont l’air de plus profiter du départ de Wade. Wade justement : « C’est Macky qui est au pouvoir », aurait rassuré l’ancien chef de l’Etat, s’adressant à ses collaborateurs au lendemain de la débâcle du 25 mars. Mais aujourd’hui, l’ancien directeur de Petrosen est devenu méconnaissable, impitoyable avec ceux qui lui ont permis de gravir les échelons du pouvoir et d’accéder à la station suprême. Méconnaissable, car beaucoup redoutent que certaines initiatives prises par le nouveau pouvoir ne soient que les vœux exhaussés d’un homme, Moustapha Niasse, qui chercherait à prendre sa revanche sur l’histoire, et sur Wade qu’il a soutenu en 2000 contre Abdou Diouf, avant d’être écarté de la gestion du pouvoir. Un pouvoir que Niasse a retrouvé aujourd’hui, car conscient des limites du successeur de Wade, Macky Sall qui ne serait qu’une caisse de résonance à la merci et au service d'alliés de circonstance. Des alliés dont il est difficile de s’en départir, et qu’on est tenu de ménager pour éviter de se les mettre à dos.
De Benno Siggil Senegal dont il fut le leader déclaré et légitime, l’opposition sénégalaise est passée par le cap Benno Bokk Yakaar (Bby) pour renverser Wade et s’emparer du pouvoir. Un pouvoir qu’exerce en définitive, le président d’un parlement qui se plaît à la cohabitation, tirant les ficelles et faisant de l’ombre à l’exécutif à certains égards. Dans les contextes que l'on connaît, est-il préférable sans doute, d’être influent que d’exercer le pouvoir même. Car l’influence, aussi, est une forme de pouvoir, si ce n’est le pouvoir, peu importe qui l’incarne.
La suite logique de l’enquête sur les biens mal acquis, n’est-elle pas la levée de l’immunité qui protège l’ancien chef de l’Etat, lequel maintient avoir enrichi toutes ces personnes poursuivies aujourd’hui. Un ancien président devenu le dénominateur commun de tous les scandales qui ont jalonné l’alternance, Abdoulaye Wade que Niasse rêverait d’ajouter à son tableau de chasse, une fois qu’il aura envoyé à la potence le trio de députés libéraux dont le parlement examine ce jeudi, la levée de leur immunité.
Seneweb, avec Thiesvision
Rédigé par le Jeudi 10 Janvier 2013 à 14:40 | Lu 49 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


PEOPLE

Radisson : Accrochage verbal entre Iran Ndao et Abdoul Aziz Kébé

Banqueroute frauduleuse : Me Ndèye Maty Djigueul réclame 150 millions à Ahmed Khalifa Niass

Gambie : Le message touchant de Zineb Jammeh à son époux sur Twitter

[ Carnet Rose ] Tounkara ca kanam: L'animateur choisit sa Niarél* parmi les journalistes d' El Hadji Ndiaye

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015