Obama, et l’Amérique récidive ! Par Momar Mbaye

Thiesvision.com - L’Amérique n’a pas fini de surprendre. Particulièrement ceux qui l’estimaient incapable d’élire un Afro-Américain à qui elle a fait confiance il y a quatre ans, accompagné tout un mandat, puis conforté dans nombre de ses choix politiques avant de lui réitérer sa confiance ce 6 novembre 2012.


Obama, et l’Amérique récidive ! Par Momar Mbaye
C’est la maturité de tout un peuple qui est saluée par les grandes démocraties de ce monde. Quatre ans après avoir porté à sa tête un président noir, le pays de l’Oncle Sam vient de « récidiver » en renouvelant sa confiance à Barack Obama qui rempile pour un nouveau mandat. Malgré la crise et les difficultés qui ont jalonné quatre ans de mandature pendant lesquelles il fallait redresser l’Amérique, la réconcilier avec elle-même et avec ses partenaires et alliés d’antan, Barack Obama a montré qu’il méritait le grade de Capitaine à bord que lui ont concédé ses concitoyens. Lesquels ont choisi, à l’heure où les sortants se font réélire difficilement, de l’accompagner une nouvelle fois, dans un contexte international où la crise et ses corollaires amènent les électeurs à ne plus se contenter que de paroles, mais d’actes. D’actes concrets comme la couverture sociale qui, désormais, bénéficie aux plus modestes de la population américaine, malgré les réticences auxquelles le président américain a dû faire face.
Successeur de George Bush, l’élection d’Obama en 2008 répondait plus à un souci de corriger l’image d’une puissance qui avait fini de se positionner comme l’ennemi déclaré de nombre d’Etats et de groupuscules extrémistes, y compris les plus radicaux, qui s’en prennent à ses biens et intérêts à travers le monde. Barack Obama a aujourd’hui la charge de redresser un pays, de redynamiser son économie, de booster son emploi et de concrétiser en actes le message d’espoir formulé dans son discours, hier, au soir de la victoire. Le suspense a été long, l’attente d’autant plus importante pour des millions de citoyens que certains analystes politiques voudraient voir confinés dans des logiques raciales, identitaires voire ethniques. Les électeurs ont démontré qu’ils valaient mieux que cela.
Aujourd’hui, l’Amérique poursuit son processus de réconciliation avec ses enfants entamé il y a quatre ans. Elle corrige et redresse un pan de son histoire en réitérant à sa tête un Afro-descendant, un Africain-Américain symbole d’une diversité culturelle tant vantée par un pays où des lois racistes étaient en vigueur il y a quelques décennies encore. Mais ce serait se tromper d’analyse que de vouloir réduire Obama à la seule question de la race. Car au-delà de la minorité qu’il représente, c’est moins sa couleur de peau et plus son pragmatisme ou sa capacité à relever les défis, qui a fait la différence dans les urnes. Rassembleur, le président américain l’a été dans son discours, un appel à la paix à l’endroit des Américains, démocrates comme républicains. Une victoire synonyme de fierté pour les Africains, nombreux à percevoir sa réélection telle une satisfaction personnelle, une revanche sur l’histoire. Le suspense maintenu jusqu’au bout, il est évident qu’une débâcle d’Obama constituerait une déception pour tout un continent, l’Afrique, un désaveu de la part d’une Amérique qui, il y a quatre ans justement, s’était laissé tenter par la sauce ‘tropicale’ « Obama ». Elle s’y est habituée le temps d’un mandat, pour finalement y prendre goût au bout de quatre ans. Ce que certains désignent par l’Obamania.
Momar Mbaye
Rédigé par le Mercredi 7 Novembre 2012 à 21:18 | Lu 179 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE


CULTURE

Le Cardinal Sarr dénonce 'les esclavages du mal'

Décès du prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez

Pr Omar Sankharé invité de l'émission Entretien : "Abdoul Aziz Sy Dabakh était convaincu que Platon était un prophète"

Dakaa de Médina Gounas : les dispositions sécuritaires et sanitaires renforcées

Touba : Le khalife général réitère les 14 interdictions contre les manifestations politiques, le vice, les tenues indécentes, etc.

Dernières vidéos
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 23/08/2012 | 379 vues
00000  (0 vote)
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 28/02/2012 | 1416 vues
00000  (0 vote)
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 29/11/2011 | 581 vues
00000  (0 vote)
CHRONIQUE
Thiesvision.com | 02/09/2011 | 594 vues
00000  (0 vote)
Inscrivez-vous à la newsletter
Vidéos Populaires
FAITS-DIVERS
Thiesvision.com | 31/08/2011 | 13740 vues
00000  (0 vote)
Vidéo à la Une
Thiesvision.com | 21/09/2011 | 12737 vues
00000  (0 vote)
1 sur 399