Papa Hollande, les enfants et les friandises

Par Momar Mbaye - Les Africains, ces grands enfants ! Pourrait-on commenter au lendemain de la visite très mouvementée de François Hollande à Dakar. Une « contre-visite » pour réparer, dit-on, les fautes de la France, notamment liées à l’esclavage et à la colonisation. L’occasion aussi d’effacer le discours mémorable d’un autre président, qui estimait que l’Afrique n’était pas assez entrée dans l’histoire.


Papa Hollande, les enfants et les friandises
A-t-on besoin de François Hollande pour savoir que l’Afrique est le berceau de l’humanité ? Ou pour s’apercevoir que l’Afrique est le continent de l’avenir ?

La réponse est non. Et pourtant, on se réjouit d’être les premiers à recevoir en terre africaine, Papa Hollande tout en sourire, fraîchement débarqué du ciel hexagonal, avec dans les mains des friandises par milliers, non sans repartir avec les requêtes des grands comme des petits, un cahier de doléances : visas pour les uns, appuis budgétaires ou contrats pour les autres, tout y passe. François Hollande à Dakar, et l’Afrique s’arrête de respirer, comme dans les rues de la capitale où certains axes routiers sont interdits à la circulation, empêchant populations et riverains de vaquer à leurs occupations. Sécurité oblige !

D’autres ruelles ont profité de la visite du « père » Hollande pour faire peau neuve, un toilettage inhabituel mais à la dimension de l’hôte qui foule le sol dakarois pourtant habitué aux ordures qui ont l’air de ne déranger personne. Parce que nos élus, très peu soucieux de l’insalubrité galopante qui a fini de transformer le visage de la capitale, verraient mal qu’un hôte puisse découvrir, le temps d’une visite, le triste quotidien des populations en proie à la saleté ambiante, ces plaies ouvertes sur le monde que nos autorités chercheraient à dissimuler pendant les quelques heures de visite d’un président qui ne connaît rien de l’Afrique, en dehors d’un bref séjour appuyé d’un discours rédigé pour la circonstance (non par lui) mais par des « Guaino » que certains qualifient de nègres de service.

Mais là n’est pas la question. Demain est un autre jour, le soleil se lèvera sur Dakar qui se souviendra de la visite d’un certain Papa Hollande.

Mais Dakar devra garder son mal en patience et supporter de nouveau le poids de son insalubrité, malgré ce tonitruant remue-ménage de circonstance que l’on ne voit que dans les pays moins avancés comme les nôtres, où tout est question de circonstance, d’opportunisme. Ce, pour démontrer à Papa Hollande qu’on est propres, qu’on ne p… pas comme disait Jacques, le prédécesseur du prédécesseur de Papa Hollande.

Fidèles à nos habitudes, nous les grands enfants, avons dansé une fois de plus : hier devant De Gaulle, ensuite Mitterrand, puis Chirac et dernièrement Sarkozy, aujourd’hui Hollande, qui à son tour s’est amusé à nous jeter des fleurs en même qu’il nous sermonnait, tout en nous rassurant qu’il n’était pas en train de nous donner des leçons, comme l’autre, le nain. Nous, Africains, grands enfants que nous sommes, l’avons cru, avons gobé ses dires en toute fierté et en toute naïveté, comme si ce discours, à lui seul, pouvait changer tel un disciple de Poudlard muni d’une baguette, le sort de tout un continent dont Papa Hollande vient de lister les maux qui freinent son envol.

D’éternels grands enfants, soucieux de leur image auprès du père, qui ce 12 octobre à Dakar, a distribué de bons et de mauvais points, tout en se gardant de fâcher les moins méritants.

Mais une chose est sûre : il faut que l’Afrique cesse d’être le lieu de tournage du grand théâtre de l’Occident, une tribune ouverte à des politiques parfois en manque de popularité ou en quête de reconnaissance, prêts à jouer les humanistes et redorer leur image auprès des leurs, afin de gagner quelques points dans les sondages, ce, au travers de discours fleuve noyés dans des généralités, une manière à eux de soigner leur stature à l’international. Car on imagine mal Macky Sall, en sa qualité de président de la République du Sénégal, centraliser l’attention du Palais Bourbon ou encore du Parlement européen comme l’a fait Hollande ce 12 septembre devant les députés sénégalais à Dakar, à l’heure où l’on parle réciprocité.

Parce que la France et les Français n’aiment pas perdre leur temps, l'Européen d'une manière générale, tout le contraire des élites africaines, qui doivent arrêter d’impliquer leurs populations dans ces visites d’Etat ! On ne change pas l’avenir d’un continent par des discours, à Dakar ou à Kinshasa, la capitale congolaise qui s’apprête à prendre la relève, et jouer à son tour, le rôle de l’idiot utile, le temps d'un week-end.

Momar Mbaye
Momar.dna@gmail.com
Thiesvision.com
Rédigé par le Samedi 13 Octobre 2012 à 10:28 | Lu 647 fois




1.Posté par amadou le 13/10/2012 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Momar

Apparemment c'est vous qui considérez François HOLLANDE comme Papa, pas du tout le peuple Sénégalais, c'est fou que de vouloir toujours au nom du peuple alors que ne parlez qu'à votre modeste nom.

Que le gouvernement de Macky SALL, comme celui de WADE, DIOUF et SENGHOR accueille toujours de cette façon tous leurs hôtes ( pas que François HOLLANDE et même le Pape) étrangers, n'est pas la faute de l'hôte qui n'a rien exigé...que tu t'en prennes à nos dirigeants, si tu veux, mais pas aux présidents qui viennent faire leur visite officielle.

Ensuite je trouve démagogique de dire que si un président africain visite Paris, tout le monde s'en fout oui c'est vrai tout le monde des toutes les visites officielles, pas que celles des présidents africains...les visites de Merkel, et autres tout le monde à Paris s'en tape, donc il faut dire la vérité la dessus.
Sur la fâcheuse habitude de repeindre et de nettoyer nos rues, pendant ces moments de visite officielle, qui est d'hypocrisie totale...je suis avec toi, mais je trouve qu'il faut le faire, une façon de respecter son hôte, même si ce dernier n'est pas dupe. Car nous quand nous recevons des invités chez nous, on fait un minimum de rangement...c'est juste naturel...à moins de n'avoir aucun respect pour son hôte.

Et quand François HOLLANDE a eu besoin de tribune, de popularité, il est allé voir Obama, et cette visite a été largement repris par les médias, ce qui n'est pas le cas de sa visite en Afrique, où c'est juste le minimum qui a été fait.

Enfin, certes t'es un bon blogeur, mais tu n'es pas obligé d'écrire un article si t'as grand chose d'intéressant à dire et aussi ne te sens pas dans l'obligation d'aller forcément à l'encontre de ce que disent les journaux locaux, pour juste prendre le contre pied = zéro intérêt.

Et un peu de respect pour, tu n'as aucune raison de nous traiter de grands enfants, nous sommes un peuple assez mature et les alternances l'ont assez prouvées.

Ton problème d'IDENTITE n'est pas forcément le nôtre.

Le peuple sénégalais a beaucoup de problèmes à résoudre, mais François HOLLANDE n'est pas notre problème. Et le peule sénégalais s'en fout aussi. Sauf toi on dirait...

Moi Amadou mon problème il est ailleurs...

Bonne continuation Momar...tu étais souvent plus inspiré que cette fois-ci

2.Posté par alikalo le 13/10/2012 23:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ amadou

Bonjour

J'suis allé à Dakar une fois en 2009 et... C'EST SALE!!! Bon, ce n'est pas aussi sale que Conakry mais bon... Si vous reconnaissez que nettoyer sa ville (par exemple) est un signe de respect, vous insinuez indirectement que les Sénégalais ne se respectent pas eux-mêmes. Il respectent leur hôte mais pas eux-mêmes.
Pour ce qui est du qualificatif de "grands enfants", perso je n'aurai pas utilisé ce terme mais avouez que mettre tant d'espoir, accorder une si grande importance juste pour un discours est quand même troublant. Même si apparemment ça ne vous intéresse pas, il semble que ce soit un véritable évènement au Sénégal. Cela ne me parais pas être un comportement très mature.

Pour finir vous reprochez à l'auteur du blog de généralisé alors qu'il ne parle qu'en son nom propre. Seulement vous faites exactement la même chose ("Le peuple sénégalais a beaucoup de problèmes à résoudre, mais François HOLLANDE n'est pas notre problème. Et le peule sénégalais s'en fout aussi."). Visiblement, beaucoup ne s'en foutent pas...

Cdlt.
PS: Hollande n'était pas tout seul chez Obama. Il y avait quand même Merkel, Cameron... faut le préciser

CONTRIBUTION | Article recommandé


ACTU REGION

[PHOTOS] Thiès: Retour à la normale après l'accident d'un car Ndiaga Ndiaye sur l'Avenue de Caen

Le cours magistral du "Professeur" Idrissa Seck sur l’éducation: « Les échecs scolaires d’aujourd’hui, les échecs économiques de demain » (vidéo)

Avortement médicalisé, prostitution, homosexualité : Réécouter l’intégral du sermon de imam Babacar Ndiour de Thiès

[EDUCATION] Ouagadougou: La belle moisson de l’Université de Thiès à la 36ème session du CAMES

Passation de témoin entre Idrissa Seck et Talla Sylla, aujourd'hui

PEOPLE

Le jeune réalisateur malien Bakary Diallo, mort dans le crash du vol d'Air Algérie

Aliou-Sall, Des salles de rédaction à la mairie

Exit le Ramadan, bonsoir les boîtes de nuit

Vidéo. Mbagnick Ndiaye avoue: "Si Macky nous a nommés dans le gouvernement, c'est grâce à Marième faye"

Le Colonel Aziz Ndao fusille Yaya Jammeh : «Il était planton dans mon secrétariat, chaque matin je l’envoyais m’acheter des cigarettes»

CULTURE

Fêtes de l'aid: le sévère réquisitoire de Jammeh contre le "ndiguel"

Thiès/ Imam Mbaye Sèye Guèye : «C’est parce que le monde musulman est désuni qu’Israël peut tout se permettre»

Une partie de la communauté musulmane va célébrer la Korité mardi, selon la CNOCL

Lamine Ndiaye, artiste comédien sur les sketches de ramadan: «Si toutes les télés continuent à faire la même chose, nous aurons un peuple médiocre»

La Korité fêtée (encore) dans la confusion : Lunes de fiel

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter