SENEGAL / Deuxième anniversaire de Y’en a Marre : Le mercure de la révolte n’est pas retombé

Pour la célébration du deuxième anniversaire du mouvement Y’ en a marre, le discours n’a pas varié : les Sénégalais sont fatigués et l’autorité tarde à régler les problèmes. En attendant des lendemains plus contestataires si les choses n’évoluent pas dans le sens souhaité, les Y en a marristes poursuivent leur mue.


SENEGAL / Deuxième anniversaire de Y’en a Marre : Le mercure de la révolte n’est pas retombé
2 ans. C’est encore l’âge du berceau. Mais, le mouvement Y’en a marre, qui fêtait hier son deuxième anniversaire, affiche ostentatoirement les acquis de ses deux millésimes de lutte contre le pouvoir politique. A leurs yeux, l’enfant grandit et continue sa croissance pour rester toujours ce contre-pouvoir qui a profité du contexte politique de l’époque lourd de danger et d’incertitudes pour s’imposer. Hier, c’était le moment de l’auto-évaluation. Aliou Sané, co­ordonnateur de la communication du mouvement fondé dans l’obscurité d’une lugubre chambre des Parcelles assainies, fait l’inventaire des actes posés depuis l’avènement du nouveau régime : «Y’en a marre a rappelé ce que désirait le Peuple qui voulait la suppression du Sénat, une institution budgétivore. Il a rappelé les priorités qu’il avait exprimées : couverture médicale, emploi des jeunes, questions des audits. On n’avait pas vu d’actes concrets posés pour aller dans le sens de rassurer les Séné­galais…» Au grand complet, les «esprits» du mouvement pensent que l’Orfée n’est pas revenue de l’enfer. Kilifa, Simon, Aliou Sané, Fou malade pensent qu’il est logique de rappeler au président de la République les engagements qu’il avait pris lors de la Prési­den­tielle. Ce rappel, considèrent-ils, est juste une alerte pour éviter sans doute de passer à une vitesse supérieure. Mais, Y’en a marre semble pourtant convaincu que le salut du Sénégal ne dépend point de la vi­sion d’une seule personne. Il soutient : «Le changement escompté ne viendra ni d’un parti politique, ni d’une coalition de partis encore moins d’un hom­me politique. Ce changement viendra de la ferme détermination de chaque Séné­galais.»

Les Sénégalais sont fatigués
Porte-parole autoproclamé du Peuple, Y’en a marre tient toujours à son indépendance. Et celle-ci a un prix qu’ils sont en train de payer comme la structuration du mouvement qu’ils ont toujours refusée. «Si on ne veut pas être récupéré par le système, il faut se donner les moyens d’exister hors du système. Et par rapport à cela nous nous sommes fait les critiques qu’il fallait à l’interne avec une structuration du mouvement et une visite au niveau des esprits.»
En tout état de cause, l’objectif visé par Y’en a marre est de participer à la consolidation de l’édifice na­tional et la construction d’une Ré­pu­blique forte et l’émergence d’une citoyenneté active et constructive à travers les chantiers du «Nou­veau type de Sénégalais». Donc, la traque des biens mal acquis est une initiative à encourager pour recouvrer l’argent présumé détourné des Séné­galais. «Y’en a marre encourage l’action judiciaire en cours. Les audits doivent être suivis jusqu’au bout. Que la justice fasse son travail en toute sérénité. Nous, on ne s’immisce pas dans leurs actions ; nous at­tendons les conclusions qui seront tirées de ces au­dits», suggère Kili­feu. «Il appartient au gouvernement d’assumer sa res­ponsabilité de déterminer la vision et les stratégies aptes à améliorer les conditions de vie matérielle et mo­rale des Sénégalais», poursuit Si­mon. De­puis deux ans, le slogan n’a pas évolué : «les Séné­ga­lais sont fatigués.» Et y en a marre de ça !
Par Oumar Cheikh LY
LeQuotidien.sn
Rédigé par le Samedi 19 Janvier 2013 à 19:08 | Lu 86 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


PEOPLE

Banqueroute frauduleuse : Me Ndèye Maty Djigueul réclame 150 millions à Ahmed Khalifa Niass

Gambie : Le message touchant de Zineb Jammeh à son époux sur Twitter

[ Carnet Rose ] Tounkara ca kanam: L'animateur choisit sa Niarél* parmi les journalistes d' El Hadji Ndiaye

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Baptême : Souleymane Faye donne le nom de son fils à Macky

Dernières vidéos
Thiesvision.com | 01/02/2015 | 83 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Thiesvision.com | 22/01/2015 | 71 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015