Salman Rushdie, une vie dans la clandestinité

Ni peur ni colère. Dans ses Mémoires, publiés mardi, Salman Rushdie n'a voulu céder à aucune de ces deux tentations. Au fil des 636 pages de son récit, intitulé Joseph Anton – alias utilisé en référence à ses deux écrivains favoris, Joseph Conrad et Anton Tchekhov –, l'auteur des Versets sataniques, âgé de 65 ans, a préféré se livrer sobrement ; sur ses années de clandestinité après la fatwa édictée en 1989 par l'ayatollah Ruhollah Khomeyni pour blasphème contre le prophète Mahomet ; sur cette "expérience kafkaïenne" (The Globe and Mail) au cours de laquelle il est devenu un "homme invisible".


Salman Rushdie, une vie dans la clandestinité
Près d'une décennie passée à se terrer à l'ombre de l'humanité, changeant perpétuellement de domicile afin d'éviter la sentence funeste des sicaires du régime iranien, rappellent le Guardian et le NY Times. Depuis 1998, date à laquelle le "réformateur" Mohammad Khatami a assuré que la fatwa khomeyniste ne serait pas appliquée, l'écrivain britannique d'origine indienne mène une vie "semi-normale", pointe The Guardian Express.

Mais la haine des extrémistes musulmans ne s'est pas éteinte. Ainsi, la prime pour son assassinat vient d'être portée à 3,3 millions de dollars (2,5 millions d'euros) par l'ayatollah Hassan Saneii, proche du guide suprême Ali Khamenei, soulignent le Daily Telegraph et le Guardian. Salman Rushdie balaie la menace d'un revers de main (LA Times), tout en reconnaissant "qu'il serait difficile de publier aujourd'hui un livre critique sur l'islam" (BBC). Il assure être optimiste sur l'issue du "printemps arabe", note le Wall Street Journal, lui-même plus circonspect à l'aune des troubles observés ces derniers jours. L'hiver islamiste aura-t-il lieu ? Pour le New Yorker, un duel larvé est déjà à l'œuvre entre le monde des lumières et celui de l'obscurantisme. Preuve que "l'affaire Rushdie" est plus que jamais d'actualité...
Source: Lemonde.fr
Rédigé par le Mercredi 19 Septembre 2012 à 23:50 | Lu 259 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | "Faites-Entrer l'Invité" | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités


PEOPLE

Radisson : Accrochage verbal entre Iran Ndao et Abdoul Aziz Kébé

Banqueroute frauduleuse : Me Ndèye Maty Djigueul réclame 150 millions à Ahmed Khalifa Niass

Gambie : Le message touchant de Zineb Jammeh à son époux sur Twitter

[ Carnet Rose ] Tounkara ca kanam: L'animateur choisit sa Niarél* parmi les journalistes d' El Hadji Ndiaye

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015