Page

Série de meurtres : OUMAR ne voit pas le MAL dans le pays

Il n’y a pas une situation d’insécurité au Sénégal, mais un sentiment d’insécurité. C’est ce qu’a fait savoir hier, le Dg de la Police nationale face à la presse. Présent à la foire de Dakar dans le cadre des journées portes ouvertes dédiées à sa structure, Oumar Mal a tenu à lever «toute équivoque» concernant les crimes notés ces derniers temps et fait état d’une baisse relative de la délinquance au Sénégal.


Le directeur général de la Police nationale est formel. Oumar Mal estime que la criminalité au Sénégal a connu une «baisse relative assez substantielle». Et ce, malgré tous les cris d’orfraie et autres vives réactions qu’ont engendré les nombreux meurtres enregistrés ces derniers temps. Le Dgpn, qui s’exprimait lors d’un point de presse à l’occasion des journées portes ouvertes de la police à la Foire internationale de Dakar (Fidak), a développé son propos avec des chiffres sur le niveau de délinquance et les opérations de sécurisation menées cette année. A en croire Oumar Mal, «par rapport à la délinquance du point de vue de la réalité, on a une baisse relative assez substantielle de la criminalité au niveau du Sénégal».
S’agissant des opérations de sécurisation, en 2016, il y a eu 49 mille 951 individus arrêtés dont 387 étrangers. Pour les individus déférés, il y en a eu «10 mille 204 dont 406 étrangers en 2015 et 11 mille 061 en 2016 soit hausse de 7,74%».
Concernant les personnes interpellées pour trafic et usage de stupéfiants en 2015 c’était «3 955 dont 356 étrangers, cette année il y a eu 4 473 dont 766 étrangers, soit une hausse de 11,58%». Quid des vols avec violence ? «En 2015 il y a eu 224, et en 2016 197, soit une baisse de 12, 5%». Pour les vols avec effraction, il y a «67 cas en 2015 et 19 cas en 2016 soit une baisse de 71,64%». Et le vol de voiture et engins à deux roues, il y a eu 15 cas en 2015 et 7 en 2016.

«La police ne peut pas gérer les violences domestiques»
Les crimes notés ces derniers temps ne relèvent pas d’une situation d’insécurité au Sénégal. C’est en substance ce que le Directeur général de la Police nationale a fait savoir hier. Interpellé à ce sujet dans le cadre des journées portes ouvertes de la police à l’occasion de la foire, Oumar Maal a fait savoir qu’il y a un «sentiment d’insécurité» mais pas une «situation d’insécurité». M. Mal a ainsi tenu à «lever toute équivoque» soutenant que «tous les jours que Dieu fait il n’y a pas une seule nuit où les policiers ne patrouillent pas à travers le pays». Mettant les meurtres enregistrés ces derniers jours dans le lot des violences domestiques, M. Mal informe que la police ne peut pas gérer ce type de violences. «Les derniers cas qu’on a enregistrés relèvent de ce domaine. La vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a été victime de son chauffeur. Ce dernier était considéré comme un membre de la famille. Elle devient une proie facile pour le chauffeur. Le douanier dont le fils a poignardé l’infirmier, la police ne peut pas être présente dans le domicile et réagir à temps opportun à une scène domestique. Il en est de même avec ce qui se passe dans les bars et ça ne date pas d’aujourd’hui», a-t-il expliqué.
Interpellé sur la sortie des membres du mouvement «Tout va mal» qui réclament sa tête de la direction de la Police nationale, Oumar Mal soutient n’avoir pas de réponse à donner à ceux-là.
Par ailleurs, le Dg de la Police nationale a réitéré l’engagement des autorités de renforcer davantage la sécurité. «Aujourd’hui plus qu’hier nous sommes déterminés à investir davantage la voie publique et vous commencez à le voir sur le terrain. Nous allons engager incessamment des opérations conjointes avec la gendarmerie. Parce que ni la gendarmerie ni la police, à l’heure actuelle, ne peut réussir sa mission de façon isolée», a-t-il fait savoir.
Dans la même veine, Oumar Mal, dans le cadre de cette mission, a sollicité la collaboration des populations. Il soutient qu’elles «doivent venir en appoint aux forces de sécurité» pour sécuriser le Sénégal. D’après lui, quels que soient les résultats engrangés dans le cadre de sa mission, la police ne saurait «réussir qu’avec l’implication dynamique de la population». A son avis, «la population a une part très grande à jouer dans la mise en œuvre de sa propre sécurisation». «S’il y a un appel nouveau à lancer à l’endroit de la population, il s’agira de demander aux uns et aux autres de rester vigilants, de guetter le comportement des jeunes. Parce que tout part des jeunes et tout revient aux jeunes», a-t-il dit.
dkane@lequotidien.sn
LeQuotidien
Par Le Jeudi 1 Décembre 2016 à 19:34 | Lu 32 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES