Touba, une vie, une identité: Genèse du nom «Tûbâ»

TOUBA - Touba est un produit fini de son père fondateur, Cheikh Ahmadou Bamba surnommé «l’abreuvoir des assoiffés».


Touba, une vie, une identité: Genèse du nom «Tûbâ»
La ville de Touba est l’aboutissement d’un périple qui a duré cinq années entre Mbacké Baol et Darou Salâm (1883-1886). Les déplacements fréquents, d’après le Hizbut Tarqiyyah, étaient motivés par une volonté de fuir les foules pour se consacrer uniquement à l’adoration de Dieu et au service de son Maître, le prophète Mouhammad (Psl). Par conséquent, si l’on en croit au Daari précité, «Touba est une récompense du Seigneur à Cheikh Ahmadou Bamba pour sa ferveur et sa haute détermination dans la quête d’une terre de paix où il voue à Dieu un culte exclusif». Quant à son nom «Tûbâ», il tire son origine du Saint Coran et signifie : «Félicité, Bonheur» en référence à l’arbre paradisiaque du même nom que le Coran cite à la sourate 13 verset 29 : «Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres, gagneront la félicité et aussi le bon retour». Il faut cependant souligner que le mouridisme est né en pleine période coloniale sous la domination française.

La Constitution de «Touba»
Touba est une ville sainte, une maison de Dieu et à ce titre, les résidents et les pèlerins doivent scrupuleusement respecter les règles prescrites par son fondateur, Cheikh Ahmadou Bamba. Il y a des limites à ne pas franchir, comme dans toute demeure sacrée. D’après le Dahira des étudiants mourides (Dem) devenu Hizbut-Tarqiyyah, créé sous le Khalifa de Cheikh Abdoul Ahad Mbacké en décembre 1975 à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), «tous les habitants de cette cité bénie, ainsi que les visiteurs sont tenus de se conformer à la Charte qui engage chacun, par respect et révérence envers le fondateur de la ville et pour bénéficier des grâces et bienfaits intarissables», comme nous le confirme Cheikh Ahmadou Bamba lui-même. C’est-à-dire, que ses demeures et ses voisins que Dieu a choisis pour lui «sont préservés de tout ce qui est générateur de disgrâce, absous de leurs pêchés premiers et derniers». Par conséquent, à «Tûbâ», il est formellement interdit de consommer ou de vendre de la boisson alcoolisée, d’user et de trafiquer du chanvre indien, de la drogue et tout autre stupéfiant. Les jeux de hasard de toutes sortes (loterie, cartes, Casino) sont, aussi prohibés. De même que le vol, le recel et la complicité de vol, le tam-tam, la musique et les danses. La consommation et la vente du tabac sont bannies, ainsi que le port de vêtements indécents et non conformes aux prescriptions de l’islam. Dans le même registre, les sept Khalifes de la communauté mouride opposent leur veto à la tenue de meetings politiques ; ainsi que tout rassemblement à caractère politique.

Les sept Khalifes généraux des mourides
Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké (1925-1945) ; Cheikh Mouhamadou Fadel Mbacké (1945-1968) ; Cheikh Abdoul Ahad Mbacké (1968-1989) ; Cheikh Abdou Khadr Mbacké (1989-1990) ; Serigne Saliou Mbacké (1990-2007) ; Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké (2007-2010) ; Serigne Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké (depuis 2010).

Plus de 543 mosquées dénombrées
D’après les derniers statistiques (Ndlr : source Siggil 2006), il y a plus de 543 mosquées à Touba. Parmi celles-ci on peut énumérer Guédé, Darou Khoudoss, la mosquée de Corniche, Jannatu Mahwa et Darou Miname.
Mously NDIAYE, Seynabou FALL & Moustapha BA
Popxibaar.com (Le Populaire)
Rédigé par le Samedi 5 Janvier 2013 à 00:56 | Lu 92 fois


RELIGION


PEOPLE

Radisson : Accrochage verbal entre Iran Ndao et Abdoul Aziz Kébé

Banqueroute frauduleuse : Me Ndèye Maty Djigueul réclame 150 millions à Ahmed Khalifa Niass

Gambie : Le message touchant de Zineb Jammeh à son époux sur Twitter

[ Carnet Rose ] Tounkara ca kanam: L'animateur choisit sa Niarél* parmi les journalistes d' El Hadji Ndiaye

Bamba Fall sur le sextape à la Médina : “C'est un politicien qui est dans le cabinet présidentiel qui a tout manigancé”

Dernières vidéos
Inscrivez-vous à la newsletter

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès

ThiesVision.com - Victime d’un Avc le 1er mars dernier, Meissa Fall, Professeur à l’université de Thiès est décédé ce lundi 23 mars 2015 à l’hôpital Principal de Dakar, a appris ThiesVision de sources univeritaires.

Décès du Professeur Meissa Fall, Directeur-fondateur de l’Ufr Si de l’université de Thiès
La levée du corps a eu lieu à Hlm Baye Gaïndé au domicile de son père à Dakar, suivi de son inhumation le même jour au cimetière musulman de Yoff.
Né le 1er novembre 1962 et domicilié au quartier Hann Mariste à Dakar, Meissa Fall était ingénieur géologue, Professeur de géotechnique, et directeur fondateur de l’Ufr Sciences de l’ingénieur (Si) de l’université de Thiès.
Une perte immense pour toute la communauté universitaire du Sénégal. Selon son collègue Mapathé Ndiaye, vice-directeur des sciences de l’ingénieur, Meissa Fall a été parmi les plus jeunes maîtres-assistants recrutés à l’Ucad.
ThiesVision présente ses condoléances à sa famille, au recteur Matar Mour Seck de l'université de Thiès et à toute la communauté universitaire du Sénégal.

Thiesvision.com
24/03/2015