Page

UN GOUVERNEMENT DE COMBAT OU DE DIALOGUE ?

Le sens véritable de la démission du gouvernement de la République à l’issue d’élections législatives – parfois même municipales – ne se limite pas à son seul caractère de rituel républicain. C’est surtout l’occasion de tirer les leçons des résultats du scrutin, qu’on se devrait d’analyser sous toutes les coutures.


UN GOUVERNEMENT DE COMBAT OU DE DIALOGUE ?
Dans cet exercice capital pour un homme politique désireux d’améliorer ses performances électorales, il s’agit de se faire une idée précise de l’état de l’opinion, compte non tenu des facteurs de confusion que peuvent constituer les fraudes ou manipulations électorales. Dans le cas d’espèce, à savoir, les dernières élections législatives, il est évident que les franges jeunes et/ou citadines ont été discriminées, au profit des couches rurales et/ou plus âgées, plus faciles à manipuler ou plus lentes à s’engager dans la remise en cause de l’ordre établi.
UNE ANCIENNE ÉQUIPE NE PEUT CONDUIRE UNE POLITIQUE NOVATRICE
Toujours est-il que la lecture de la liste des membres du gouvernement a été précédée d’un long argumentaire du Premier ministre Dionne, aux allures de discours anticipé de politique générale, pour convaincre l’opinion et surtout la Jeunesse, que des efforts inédits seront faits en matière d’emploi, de promotion de la femme, de gestion transparente du pétrole et du gaz…
Or, pour conduire cette politique novatrice en moins de 18 mois, le président de la République et son Premier ministre nous proposent une équipe, qui ne nous fait plus rêver.
Nous avons certes, parmi eux, de grandes personnalités, mais le plus déterminant, dans le cas d’espèce, c’est l’offre politique définie par le premier magistrat de la Nation, qu’ils ont conduite pendant cinq longues années et qui au finish, s’est traduite par une perte de quinze points par rapport au score obtenu par Benno Bokk Yakaar, au soir du 25 mars 2012 (de 65% à 49,5%). II est vrai qu’ils ont fait montre d’autres "qualités" en matière d’inscription massive et frauduleuse de leurs militants, de transfert d’électeurs, d’intimidation de paysans craintifs et/ou de corruption électorale qui, aux yeux des pontes de la Coalition gouvernementale, semblent importer plus que toutes autres aptitudes pour conduire leurs Partis vers la victoire électorale plutôt que notre Patrie commune vers une Émergence hypothétique.
UNE BASE SOCIALE EN CONTINUELLE ÉROSION
Les experts et analystes politiques de notre pays – de quelque bord qu’ils puissent être – sont unanimes à reconnaître que la configuration du nouveau gouvernement aura très peu de chances de faire obtenir la majorité absolue à la Coalition Benno Bokk Yakaar, au soir du premier tour de la prochaine élection présidentielle.
D’ailleurs, les lenteurs constatées dans le remaniement ministériel et l’installation assemblée nationale sont révélatrices de difficultés croissantes du pouvoir apériste sinon à gouverner, tout au moins, à rénover son offre politique, alors que des indices concluants montrent une baisse graduelle de la côte de popularité du PR, dont la Coalition vient de perdre le suffrage populaire lors de ces élections législatives.
Et cela, pour la raison très simple, que la base sociale du pouvoir, loin de s’élargir, s’est au contraire rétrécie. Malgré les rumeurs sans fondement, distillées à dessein, faisant état du ralliement de certaines personnalités de l’Opposition, on note une incapacité à étoffer la base sociale du régime, à trouver des hommes politiques nouveaux, en dehors de la "Constellation du Yakaar déçu" doublée de la mise au placard de personnalités politiques de grande envergure sous prétexte qu’elles ne disposent pas de base politique consistante.
Au final, on a la désagréable impression que ce sont des lobbies ou groupes de pression parfois claniques voire familiaux, qui ont joué un rôle décisif dans la composition du Gouvernement de la République.
DES SIGNAUX PEU PROPICES AU DIALOGUE
Les gesticulations du pouvoir apériste relèvent du pathétique. Faisant fi de notre héritage politique national et des acquis universels en matière de sciences politiques, les dinosaures de la Coalition au pouvoir, au lieu de s’atteler à la résolution de la crise politique qui couve, font dans la fuite en avant. Ils appellent au dialogue politique tout en posant des signaux négatifs allant dans le sens de crisper davantage le jeu politique.
Au lieu de confier la gestion des élections à une personnalité consensuelle acceptée par l’ensemble de la classe politique, le Président de la République, tout en maintenant le processus électoral parmi les prérogatives du Ministère de l’Intérieur, y nomme un autre responsable politique de son parti à la place du son controversé prédécesseur.
Alors que les conflits répétitifs au niveau du Secteur de la Justice laissaient penser qu’on allait prendre des mesures d’apaisement, on y nomme un professeur de droit convaincu de la nécessaire soumission des Juges à l’Exécutif et qui s’est illustré, ces dernières années, comme le plus grand pourfendeur des réformes institutionnelles proposées par la Commission Nationale de Réforme des Institutions et allant dans le sens d’un équilibre des différents pouvoirs.
Par ailleurs, la décrispation de l’atmosphère politique est loin d’être à l’ordre du jour. Refusant au maire Khalifa Sall le bénéfice de son immunité parlementaire, depuis que le Conseil Constitutionnel a validé les résultats des élections législatives, le pouvoir du Président Macky Sall, continue de restreindre les libertés démocratiques. Nous n’en voulons pour preuve que la levée de boucliers des organisations des droits de l’Homme devant les multiples arrestations pour délits d’opinion, le refus persistant d’autoriser les marches et l’expulsion inexplicable et arbitraire d’un activiste panafricaniste.
A mesure qu’approchent les élections présidentielles de 2019, se pose la nécessité d’apaiser le jeu politique. La méga-coalition Benno Bokk Yakaar est devenue minoritaire de fait et connaît des fissures dans ses diverses composantes (PS, AFP et LD plus récemment). D’un autre côté, certains secteurs de la société civile, qui jusque-là avaient fait preuve de retenue vis-à-vis du nouveau pouvoir de Benno Bokk Yakaar, commencent à interpeller le gouvernement sénégalais sur ses violations répétées des libertés individuelles et collectives.
A la différence des élections législatives, qui malheureusement, restent encore trop souvent l’affaire des appareils politiques et de mouvements citoyens ayant une diversité d’agendas, l’élection présidentielle, qui consacre le choix de l’homme qui incarne la clé de voûte des Institutions et qui détermine la politique de la Nation, est capitale. Autant dire que les citoyens ne se laisseront pas aussi aisément duper avec des rétentions de cartes électorales ou leur distribution sélective.
Il ne reste alors plus à la Coalition au pouvoir qu’à se convaincre de la nécessité d’un véritable dialogue politique devant déboucher sur des élections présidentielles transparentes et apaisées.
NIOXOR TINE
Par Nioxor TINE Le Lundi 11 Septembre 2017 à 15:34 | Lu 29 fois


CONTRIBUTION | Article recommandé