Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A la Une : la presse mondiale découvre François Hollande


A la Une : la presse mondiale découvre François Hollande
Par Valérie Rohart
L’élection de François Hollande ne fait pas forcément la Une de toute la presse des Amériques, mais tous les journaux y consacrent quelques colonnes. Comme El Heraldo en Colombie qui annonce que François Hollande a gagné l’élection présidentielle avec « un programme basé sur la stimulation de la croissance, la réforme du traité européen sur l’austérité et sur une politique sociale, comme la création de milliers de postes d’enseignants ». « François Hollande a d’ores et déjà annoncé que dès son élection il irait à Berlin pour négocier avec Angela Merkel une réforme de ce traité afin d’y introduire des mesures de relance économique plutôt que de nouvelles mesures de rigueur », souligne encore El Heraldo qui égrène toutes les mesures du programme socialiste.

Le Québec vote aussi François Hollande…

« Avec 1 757 voix pour le candidat socialiste contre 1 539 pour le président sortant, le score est de 53,3% pour François Hollande et 46,7% pour Nicolas Sarkozy », raconte Le Devoir. « Hollande a trouvé les mots justes, c'est pour ça qu'il a gagné. Il doit maintenant rassembler une population que l'ancien gouvernement avait beaucoup divisée », a expliqué Manon qui participait aux manifestations de joie dans les rues de Québec. « Les partisans de François Hollande à Québec ont profité de l'ivresse de la victoire pour créer la première section du Parti socialiste français dans la province », raconte encore Le Devoir. « Il en existait une à Montréal, mais pas à Québec. Ça aidera à la mobilisation », explique Fabien Marianne, futur secrétaire de cette section socialiste au journal. Mais même chez les Québécois, le débat semble avoir fait rage. « Dans les rues, chaque fois qu'on entendait une conversation, on entendait les noms de Hollande et Sarkozy », racontait la députée néo-démocrate de Québec Annick Papillon. Le député libéral, Denis Coderre, a, quant à lui, proposé trois raisons pour expliquer la défaite de Sarkozy, raconte encore Le Devoir : « Il y a la crise économique importante, l'usure du pouvoir et le style abrasif de Nicolas Sarkozy qui ne passait plus du tout dans une bonne partie de la population », dit-il.

L’apocalypse ne s’est pas produite

« Jusqu'au bout, le président Nicolas Sarkozy aura prédit l'apocalypse en cas de victoire du socialiste François Hollande », estime l’éditorialiste du journal Le Devoir. « Les classes moyennes ruinées. Le déficit qui devient une sorte de Frankenstein échappant à tout contrôle. Quelques jours de plus, et parions que Nicolas Sarkozy aurait fini par prédire 60 mois consécutifs de mauvais temps, entrecoupés de pluies de grenouilles et de grêlons gros comme des balles de golf, en cas de victoire socialiste ». Et l’éditorialiste de conclure : « A la fin, la peur n'a pas donné le rendement espéré ». Le journal rappelle l’engagement de Nicolas Sarkozy : « En cas de défaite vous ne me verrez plus », a-t-il promis. « Loin de s'émouvoir, ses adversaires en ont profité pour l'humilier davantage : encore des promesses, qu'il ne pourra pas tenir », raconte Le Devoir.

Le Brésil perplexe sur le parcours de François Hollande

Pour le Jornal do Brazil, « Rien ne laissait prévoir un tel parcours politique ». Le journal rappelle qu’il est diplômé de Sciences politiques, d’une haute école de commerce et de l’Ecole nationale d’administration, l’ENA, mais il a été pendant longtemps, un « petit conseiller économique du gouvernement sans aucune influence politique », estime le journal. « Il était seulement apprécié pour sa gentille et son caractère affable », affirme le Jornal Do Brazil.

François Hollande change la donne en Europe

« François Hollande change la donne en Europe », titre le Los Angeles Times. « Le continent va devoir faire avec un dirigeant essentiel qui a promis un nouveau départ et estime que l’austérité, malgré l’insistance de l’Allemagne, n’est pas la bonne réponse ». Le journal rappelle que le nouveau président français a annoncé hier que « Pour toute l’Europe c’est le temps du changement ».

Coup d’arrêt aux politiques d’austérité

« Les électeurs européens se prononcent pour un coup d’arrêt aux politiques d’austérité », titre le Washington Post. Le journal fait un parallèle entre la France et la Grèce qui, selon lui, ont redessiné en une journée, la carte politique de l’Europe. « Dimanche a marqué un terrible retour de bâton contre la douloureuse politique d’austérité imposée par l’Allemagne », estime le journal. « Pour Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, l’urgence était de ramener la confiance dans l’euro avec une sévère discipline fiscale. Au contraire, Hollande est focalisé sur la croissance économique. Potentiellement plus dangereux pour la politique menée actuellement en Europe, le vote des électeurs grecs en colère : les centristes vont avoir la tâche très délicate de former un gouvernement qui sera forcément fragile », estime encore le Washington Post.
Source: RFI.fr
Par Le Lundi 7 Mai 2012 à 21:34 | Lu 482 fois



Nouveau commentaire :

La Chronique de Seydina Seck | ARCHIVES D'ACTU | REVUE DU NET: L'actualité vue Par Les sites internet