Page

A six mois du Mondial, le Brésil est-il prêt?

Il reste six mois au Brésil pour faire en sorte que la Coupe du monde se passe dans les meilleures conditions. A quatre jours du tirage au sort attendu par la planète entière, où en est le chantier du Mondial 2014 ? Après l’accident tragique du stade Sao Paulo qui a fait deux morts la semaine dernière, les problèmes refont surface.


Des inspecteurs de la FIFA dans le stade de Sao Paulo en octobre dernier. AFP PHOTO / Nelson ALMEIDA
Des inspecteurs de la FIFA dans le stade de Sao Paulo en octobre dernier. AFP PHOTO / Nelson ALMEIDA
Par Farid Achache

A ce jour, difficile de dire si l’on doit rester optimiste ou commencer à se poser de sérieuses questions concernant le Mondial 2014. Tour d’abord, en ce qui concerne les stades, il est désormais clair que le chantier de celui qui accueillera le match d’ouverture à Sao Paulo, où un accident a fait deux morts le 27 novembre, ne sera pas terminé en temps voulu.

Des stades qui ont été un gouffre pour l'Etat

Si la FIFA avait exigé dans son cahier des charges que les stades soient livrés le 31 décembre, celui de Sao Paulo accuse un retard qui pourrait aller jusqu’à 60 jours. Pourtant, la FIFA tient absolument à y organiser trois événements tests avant le Mondial. De plus, depuis l'accident, le projet a été considéré comme « irrégulier » selon les juges du parquet brésilien. L’enceinte a subi des modifications au cours de la construction. Par exemple, la capacité des sièges est passée de 51 542 à 46 116. Les travaux ont repris ce lundi et l’entreprise doit vérifier que la structure du stade n’a pas été touchée.

Au cœur de la capitale de l’Amazonie, c’est le stade de Manaus qui fait débat. Alors que la région n’a pas de club en première division, 1 900 ouvriers travaillent sans relâche à la construction de l’Arena da Amazonia qui aura une capacité de 44 000 places pour seulement quatre rencontres. Il devrait être livré le 20 décembre. Coût total : 211 millions d’euros d’argent public. « Ils ont dépensé des millions alors que les gens manquent de tout, qu'ils ont faim et meurent à la porte des hôpitaux ! », a lancé recemment une habitante à l'Agence France-Presse. Dans un pays où descendre dans la rue n'est pas habituel, une partie de la population avait manifesté, parfois violemment, son mécontentement en juin dernier lors de la Coupe des confédérations.

Selon le gouvernement brésilien, le prix de construction par siège sur l’ensemble des douze stades est deux fois plus élevé que lors du Mondial en Afrique du Sud en 2010. Sans parler de la corruption, fortement répandue depuis que, pour gagner du temps, l'Etat fédéral a voté une loi supprimant l'obligation de passer par des appels d'offres.

Aujourd'hui, six stades sont déjà prêts : le Maracana de Rio, le stade Mané Garrincha de Brasilia, le Mineirao de Belo Horizonte, le Castelao de Fortaleza, l'Arena Pernambuco de Recife et le stade Octavio Mangabeira de Salvador de Bahia. Les six autres stades sont donc encore en construction.

Des prix qui s'envolent

Les prix. Voilà ce qui fait aussi bondir les Brésiliens. Si en 2007 la population dans son ensemble avait salué l’attribution du Mondial, depuis les choses ont bien changé. L’euphorie des années Lula est bel et bien passée et le géant émergent d’Amérique du Sud pourrait bien faire face à une grogne sociale sans précédent lors du Mondial. Ce qui serait un vrai cauchemar pour la FIFA dont l'événement planétaire est la vitrine et le tiroir-caisse. Pour la population, la facture est salée avec un coût qui avoisine les 8 milliards d’euros. Près du double de l'édition précédente ! Et ce n'est sans doute pas fini.

D’ailleurs depuis plusieurs mois, une expression s’est emparée de l’homme de la rue : « Imagina na Copa! » (Imagine à la Coupe du monde !). Une consommation payée un peu trop chère et le refrain est lancé... Dans un pays où le salaire minimum est d’environ 230 euros, l’inflation qui a atteint plus de 6% en juin dernier fait frémir une grande partie de la population. Pour exemple, les loyers ont augmenté de 118% depuis 2008.

A Rio de Janeiro, le tarif des hôtels a explosé de près de 80% pour atteindre 246,71 dollars la chambre en moyenne, faisant de l'ancienne capitale de l'Empire du Brésil la troisième ville la plus chère du monde. Le prix des vols intérieurs en a aussi pris un coup, dans un pays où il est impossible de se déplacer autrement, vu l’étendue du territoire, grand comme quinze fois la France. Les tarifs des vols entre Sao Paulo et Rio ont déjà augmenté de 30%.

Le Brésil et la FIFA : je t'aime moi non plus

En 2007, le gouvernement avait promis que le Mondial serait financé à 100% par l'initiative privée. Mais faute d'engouement suffisant, il a dû réviser ses plans et mettre la main à la poche pour financer les stades.

Et entre le Brésil et la FIFA, les relations se sont très vite détériorées. En 2011, le secrétaire général de l'institution, Jérôme Valcke, inquiet des retards, frôle le carton rouge en intimant aux autorités brésiliennes de se « botter les fesses ». Ce qui n'a pas été du goût du gouvernement et de la population qui se sont sentis humiliés.

« Je ne crois pas que le Mondial résolve tous nos problèmes. Ce méga-événement risque même de les aggraver », a récemment écrit le Brésilien Romario, vainqueur de la Coupe du monde 1994, dans une tribune publiée par le quotidien français Le Monde. « Sous le régime de Lula, poursuit-il, la proposition était celle d'un Mondial s'appuyant sur la participation massive de l'initiative privée et la transparence des dépenses publiques. Le contraire s'est produit ». Et l'ancien Ballon d'or conclut : « Jusqu'ici, seule la FIFA engrange des bénéfices et c'est aussi pour cela que la population descend, à juste titre, dans la rue pour protester ».
RFI
Par Le Lundi 2 Décembre 2013 à 23:16 | Lu 54 fois



Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES