Page

Abdoulaye Balde devant la commission d’instruction de la CREI (médias)

Le maire de Ziguinchor (sud), Abdoulaye Baldé, directeur exécutif de l’ex-Agence nationale de l'organisation de la conférence islamique (ANOCI), était mardi matin devant la commission d'instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour justifier une fortune estimée à 1,4 milliard de francs CFA, selon plusieurs médias sénégalais.


Abdoulaye Balde devant la commission d’instruction de la CREI (médias)
Le 11 juillet dernier, la CREI avait mis ce député en demeure de dire comment il a acquis une fortune estimée à 1,4 milliard de francs CFA.

Baldé avait fourni des réponses consignées dans des documents de quelque 1.000 pages.

Le quotidien sénégalais Libération annonce dans sa parution de ce mardi que le procureur spécial de la CREI "a requis le placement sous mandat de dépôt de l'ancien secrétaire général de la présidence la République", en l'occurrence Abdoulaye Baldé.

Abdoulaye Baldé, réélu maire de Ziguibchor en juin dernier, a été directeur exécutif de l’ex-ANOCI, dont le budget se chiffrait à des centaines de milliards de francs CFA.

Ces dotations devaient servir à préparer et organiser le 11e sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), en mars 2008 à Dakar.

Abdoulaye Baldé, officier de police judiciaire devenu inspecteur général d’Etat, a été ministre des Forces armées, puis des Mines et de l’Industrie, sous le régime d’Abdoulaye Wade.

Avant ses fonctions ministérielles, il occupait le poste de secrétaire général de la présidence de la République.

Il a été maire de Ziguinchor (sud) de 2009 aux élections départementales et municipales du 29 juin dernier, lors desquelles sa liste avait remporté la majorité des sièges du conseil municipal de la principale ville du sud.

A la suite de la défaite d’Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle de 2012, il a quitté le parti de ce dernier, pour créer l’Union des centristes du Sénégal (UCS).

Depuis novembre 2012, il figure sur une liste de proches de M. Wade soupçonnés de s’être enrichis avec de l’argent public. Son immunité parlementaire a été levée par l'Assemblée nationale.

OID/ESF
APS
Par Le Mardi 26 Août 2014 à 17:23 | Lu 41 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE