Page

Abus de confiance : Me Abdoulaye Babou jugé par la Cour d'appel, Alioune Ndao demande sa condamnation


Abus de confiance : Me Abdoulaye Babou jugé par la Cour d'appel, Alioune Ndao demande sa condamnation
Six mois assortis du sursis et une amende de 500.000 francs, c'est la peine requis par l'avocat général, Alioune Ndao, représentant du parquet général de la Cour d'appel, contre l'avocat Me Abdoulaye Babou, jugé hier, pour abus de confiance portant sur la somme de 28 millions. Une somme représentant la vente d'une villa située à Derklé Darou Salam, lot n°19. Le parquetier a estimé que les faits reprochés à l'avocat sont constants et a demandé à la Cour d'appel de Dakar de le condamner.

Devant la barre, Me Abdoulaye Babou a nié les faits. “Avant que je ne sois nommé ministre (sous Wade), j'ai pris comme clerc mon cousin Mor Ndaw. Ce dernier voulait vendre la maison de son père et je me suis impliqué dans ce dossier en tant que son avocat. Je lui ai cherché un avocat du nom de Bienvenu Ntap qui devait acheter la villa à 28 millions de Fcfa. C'est ainsi que l'acheteur et deux membres de la famille de Mor Ndaw et Abdoulaye Diop ont signé un contrat en mon absence pour la vente du terrain. Mais ils ont convenu que l'argent sera versé dans mon compte. C'est par la suite que j'ai été informé de la signature du contrat par l'intermédiaire de mon cousin, Mor Ndaw. Le lendemain, on est parti pour récupérer l'argent et le mettre dans mon compte. C'est ainsi que j'ai remis deux chèques, l'un de 10 millions et l'autre de 10 millions 25 mille à mon cousin, Mor Ndaw, pour l'achat du terrain. Le reste de l'argent était destiné aux frais du dossier. Entretemps, je suis devenu ministre et lorsque j'ai quitté le gouvernement, les membres de la famille, propriétaire du terrain, sont venus me voir dans mon bureau. C'est ce jour-là qu'ils ont su que j'ai remis plus de 20 millions à Mor Ndaw car il n'en a jamais parlé. C'est un coup qui est monté contre moi par un avocat pour tout simplement nuire à ma réputation”, se défend le mari de Déguène Chimère Diallo.

Des propos battus en brèche par le témoin Abdoulaye Diop qui déclare que l'argent de la vente a été versé à Me Babou qui l'a mis dans son compte. Et c'était en l'absence de Mor Ndaw.

Le président de la Cour, Demba Kandji, s'est, lui, étonné que l'avocat puisse vendre un terrain qui était sous séquestre alors que Mor Ndaw n”était pas le seul héritier.

Le verdict sera connu le 26 mai prochain.

Cette affaire avait valu à l'avocat en 2013 une suspension par le Conseil de l’ordre des avocats pendant trois mois et à une interdiction, durant cinq ans, d'être élu au Conseil de l’Ordre.

seneweb News
Par Le Mercredi 29 Avril 2015 à 10:38 | Lu 55 fois


Tags : me babou

Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE