Page

Affaire(s) DSK : Exit Nafissatou, Entrée Banon : Qu’en dit La Presse Française ?

La presse française a largement fait écho de la confrontation prochaine entre la jeune journaliste Tristane Banon, l’autre accusatrice de DSK, qui a souhaité un « tête à tête » avec celui qu’elle accuse d’avoir tenté de la violer en 2003.


Affaire(s) DSK : Exit Nafissatou, Entrée Banon : Qu’en dit La Presse Française ?
"Le parquet de Paris a décidé de faire procéder à une confrontation entre Tristane Banon et Dominique Strauss-Kahn", l’ancien directeur du FMI, informe LePoint.fr qui cite un communiqué de l’AFP selon lequel les avocats de DSK ont indiqué avoir « pris connaissance de la décision du parquet de faire procéder à la confrontation habituelle dans l'enquête préliminaire ouverte ». Le figaro quand à lui donne la parole à DSK, qui s’est dit prêt à une confrontation avec son accusatrice, tout en rappelant que « l'ancien dirigeant du FMI n'aurait admis que des «avances» vis-à-vis de la journaliste, sans aucune forme d'insistance ni de violence. » Mais pour Lefigaro.fr toujours, une confrontation, en principe, « est faite pour observer la spontanéité des uns et des autres, les réponses, mais aussi la gestuelle », selon l’avocat pénaliste Avi Bitton. Et de préciser : « Ici les deux protagonistes auront eu bien le temps de travailler leur intervention… On pourrait donc penser que le parquet prévoit davantage cette confrontation pour convaincre de son objectivité», a indiqué l’avocat dans les colonnes du canard.
Qu’en pense le mis en cause alors, Dominique Strauss-Kahn ? « J'ai été entendu comme témoin. J'ai dit la vérité, que, dans cette rencontre, il n'y avait eu aucun acte d'agression, aucune violence. Je n'en dirai pas plus », poursuit le site du Point qui cite DSK. Des propos appuyés par Le Figaro qui par ailleurs s’est intéressé à l’avis de Claude Katz, un autre avocat spécialisé. Selon ce dernier, « l'enjeu d'une confrontation consiste, pour les victimes présumées, à crédibiliser leur parole par des faits précis et étayés de détails - des détails sur lesquels les enquêteurs vont interroger les deux parties. » Toujours à propos de cette affaire, le Nouvel Obs a choisi de mettre l’accent sur la mobilisation de ces femmes et associations féminines qui ont décidé de rejoindre Tristan Banon, dont l’appel sur Facebook à marcher samedi a fait le tour de la toile. « Un rassemblement samedi 24 septembre à 14h devant le Palais de Justice de Paris "aux côtés de celles et ceux qui voudront dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. », note le site du canard qui publie une intervention vidéo de Tristane Banon sur RTL. Toutefois, quels que soient les avis des uns et des autres sur la question, la confrontation s’annonce déjà rude sur la toile, qui pour jeter la pierre à DSK, qui pour se demander pourquoi avoir attendu l’épisode de la suite 2806 du Sofitel de New York pour déterrer une supposée histoire de viol qui date de huit ans.
«La brigade m'a demandé si j'acceptais la confrontation, j'ai dit évidemment oui. Je voudrais qu'il soit en face de moi et qu'il me dise droit dans les yeux que ce sont des faits imaginaires», a martelé l’accusatrice de DSK citée par Le Figaro. En attendant de savoir ce qu’il adviendra des accusations de celle qui dans les palabres et dans la presse, a remplacé Nafissatou Diallo, du moins, le temps d’une confrontation.
Thiesvision.com
Par Le Samedi 24 Septembre 2011 à 00:30 | Lu 1200 fois



Nouveau commentaire :

La Chronique de Seydina Seck | ARCHIVES D'ACTU | REVUE DU NET: L'actualité vue Par Les sites internet