Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

BIGNONA - Affrontements entre populations pour la construction d'une mosquée: Une dizaine de blessés par balle et par machette...

Des coups de feu et des coups de machette ont transformé Mahmouda Chérif hier mardi 28 avril en un véritable champ de bataille. Les populations de cette localité située dans l’arrondissement de Kataba 1 dans le département de Bignona se sont affrontées à cause de l’érection d’une nouvelle mosquée. Elles se sont offertes en spectacle aux environs de 8 heures. Le bilan est lourd avec une dizaine de blessés dénombrés dont sept grièvement atteints par balles ou par coup de machette.


BIGNONA - Affrontements entre populations pour la construction d'une mosquée: Une dizaine de blessés par balle et par machette...

C’est le triste bilan de cette bataille rangée entre les habitants de Mahmouda Chérif, localité chérifienne de Casamance. Les blessés ont été évacués au Centre de Santé de Bignona. En effet c’est la construction d’une nouvelle mosquée qui a divisé les populations. Opposé à la construction de cette nouvelle mosquée, le Khalife Général de Mahmouda Chérif a envoyé sur les lieux du chantier des émissaires qui sont pour la plupart ses proches parents pour sommer les ouvriers de surseoir aux travaux. Il s’ensuivit alors une bataille rangée entre ceux qui sont favorables à l’érection de cette infrastructure religieuse et ceux qui s’y opposent farouchement.

Des coups de feu ont même été tirés, tout comme des coups de machette utilisés, imprimant ainsi une violence inouïe dans cette localité. La gendarmerie et l’armée sont descendues sur les lieux pour s’enquérir de la gravité de la situation. Aucune arrestation n’a été opérée mais une enquête est ouverte pour situer les responsabilités dans cette affaire. La tension était latente depuis quelques mois si l’on en croit certains témoignages recueillis sur place. « L’autorité administrative a même été saisie sur la question », renseignent-ils. Cette situation remonte en 2012 lorsqu’un fils de ce village appuyé par une ONG basée en Gambie avait émis l’idée de construire une nouvelle mosquée dans le village. Une initiative qui se heurte alors à l’opposition d’une partie de la population qui brandit l’argument selon lequel il ne peut y avoir deux mosquées distantes seulement de quelques mètres dans ce petit village.

Devant la persistance du promoteur, des notables du village se concertent et rencontrent le sous-préfet d’alors qui, loin d’atténuer les ardeurs et de trouver un consensus demande au bienfaiteur de surseoir à son projet de construction d’une nouvelle mosquée. Le temps passe et l’affaire prend une autre tournure. Les détracteurs de ce projet d’une deuxième mosquée voient à travers les agissements de cette ONG une volonté d’introduire l’intégrisme dans leur localité. Suffisant, selon eux, pour montrer leur opposition au projet. Le village est plongé dans une situation intenable où la méfiance est de mise. Les populations sont divisées par la construction de cette nouvelle mosquée et se regardent désormais en chiens de faïence. La situation est certes redevenue calme après ces violents affrontements, mais la tension reste toujours vive au sein de la communauté de ce village.
Sudonline.sn
Par Le Mercredi 29 Avril 2015 à 19:23 | Lu 111 fois



Nouveau commentaire :

RELIGION