Page

Bien investir, synonyme de victoire en LDC ?

Cette année, la Ligue des Champions sera l’une des plus disputées depuis de longues années maintenant. Malgré la domination territoriale de l’Espagne depuis plus de 5 ans, des clubs comme Manchester City, Manchester United ou le Paris Saint-Germain se sont lourdement renforcés afin de briser les lignes espagnoles. Le mercato estival a donc été le lieu d’une lourde bataille entre les « gros clubs » et les écuries ambitieuses, désireuses de briller sur la scène internationale.


Avec l’avènement du Paris Saint-Germain et de Manchester City, la Juventus, le Real Madrid ou le FC Barcelone peuvent trembler. Les deux clubs, soutenus par des nations comme le Qatar et les Émirats Arabes Unis, sont bien décidés à s’offrir, à court terme, une Ligue des Champions. Pour ce faire, la planche à billets a été sortie et les sommes ont été alignées, pour le plus grand bonheur des anti-football. Le PSG n’a pas eu peur des représailles de l’UEFA en s’offrant Neymar pour 222 millions d’euros et Kylian Mbappé pour 180 millions. De quoi s’attirer les foudres du Barça ou du Real, pour une fois d’accord sur un point.

Côté mancunien aussi, le mercato n’a pas été de tout repos. City a recruté pour plus de 200 millions d’euros en achetant Benjamin Mendy, Bernardo Silva, Kyle Walker, Ederson pour près de 50 millions d’euros chacun. L’autre club de Manchester, United, s’est aussi renforcé en conséquence avec Lindelöf, Matic ou encore Lukaku qui a coûté, à lui tout seul, 80 millions d’euros. Au cours des cinq dernières saisons de la Ligue des champions, les clubs de la Premier League ont dépensé au cours de l’été plus que les autres championnats.

En revanche, les lourds investissements anglais n’ont porté leur fruit qu’en 2012, avec la victoire de Chelsea. Lors des cinq dernières campagnes européennes, les fonds investis n’ont pas permis, non plus, d’offrir la meilleure marge bénéficiaire des 5 grands championnats. Les fonds sont calculés, entre autre, grâce aux revenus de droits télés ou les primes de matchs. Comme sur le terrain, ce domaine est marquée par l’excellence espagnole. Les clubs de Liga ont toujours réalisé la meilleure marge sauf en 2012-2013, où les clubs de la Bundesliga étaient supérieurs.

L’Angleterre n’est donc pas récompensée de tous ses investissements. En 2014-2015 par exemple, les sorties télévisuelles des équipes allemandes leur ont permis de gagner plus (53%) que ceux de leurs rivaux anglais (41%) tout en dépensant en moyenne 84,85 millions d’euros de moins. Des écarts importants qui prouvent que l’argent ne fait pas le bonheur. En revanche, ces sommes sont bien loin des standards habituels. Les clubs européens profitent, forcément, de l’attractivité des joueurs présents dans la compétition et se remplissent donc les poches facilement. Cette différence handicape forcément les autres compétitions internationales, comme la Ligue des Champions africaine ou la coupe Sud Américana. Cet écart, nous le retrouvons également lors de la Coupe du Monde des Clubs, puisque les Européens marchent trop souvent sur leurs adversaires.
ThiesVision
Par Le Mardi 3 Octobre 2017 à 18:07 | Lu 774 fois



Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES