Page

CREI - Aveu de Cheikh Diallo : un cd de déballages - «Je suis l’exemple parfait de prête-nom»

L’ancien directeur de la société Cd médias, éditrice du journal Le Pays, a martelé hier devant la Crei que Karim Wade est le seul bailleur et propriétaire de cette entreprise de presse. Cheikh Diallo dit sentir la nécessité d’avouer «la vérité» lorsque son ex-patron a voulu le lâcher pour mieux affûter sa défense. Il lâche : «Je suis l’exemple parfait de prête-nom.»


CREI - Aveu de Cheikh Diallo : un cd de déballages - «Je suis l’exemple parfait de prête-nom»
Les questions de la Cour

Comment avez-vous connu Karim et depuis quand avez-vous commencé à collaborer avec lui ?
J’ai des relations amicales avec Karim Wade avant 2000, lors de la campagne présidentielle. J’ai noué des relations avec Abdoulaye Wade et Karim en tant que jeune journaliste. Wade m’a même dit qu’il va développer ces relations après la victoire. En 2002, j’ai obtenu une bourse de l’Etat du Sénégal pour aller étudier en France. Karim Wade m’a payé le billet d’avion alors qu’il était banquier à Londres. En 2004, il m’a invité à revenir au pays pour l’accompagner parce qu’il venait d’être nommé à la tête de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci). J’ai travaillé avec lui jusqu’en 2009. J’étais le chargé des relations presse du candidat Abdoulaye Wade en 2007. Quand il a été nommé ministre, j’ai continué d’être son conseiller en communication.

En tant que directeur général de Cd médias, pouvez-vous nous dire comment cette société a été créée ?
J’étais directeur général, salarié de Cd médias. C’est lors d’une réunion, tenue dans le bureau du ministre d’Etat Karim Wade le 11 mai 2011, que la société Cd médias group a été théoriquement créée. Il y avait Karim Wade, Me Patricia Lake Diop et moi-même. Karim Wade m’a attribué 20% des actions avant de les porter à 30%. Les 70% appartenaient à Patrick William. Le capital était de 10 millions de francs Cfa. Je vous lie le document que m’a envoyé la notaire le 16 octobre 2011. Elle y a mentionné que je serai l’administrateur. Elle m’a dit que le montant du capital avait été totalement libéré. Me Mamadou Diop était nommé Président du conseil d’administration (Pca). L’objectif était de créer un journal, un site internet, une radio, une imprimerie et une télévision. D’ailleurs, Cheikh Thiam, directeur général du quotidien national Le Soleil et moi-même avions effectué une visite à Londres pour chercher une machine d’impression. Ce voyage n’a abouti à rien.

Comment est venu le nom Cd médias ?
Karim Wade m’a proposé que la société s’appelle Cd médias qui signifie Cheikh Diallo médias. Je lui avais dit qu’il n’y avait pas de problème à cela. Donc, Cd médias, c’est bien Cheikh Diallo médias. Le 19 mars 2013, Karim Wade m’a écrit par l’intermédiaire de ses avocats pour me demander de justifier que Cd médias ne lui appartient pas. Karim voulait que je me considère comme propriétaire. A défaut, vu la procédure en cours, je ferais l’objet d’une expropriation. Je me suis dit qu’on ne va m’exproprier de rien, même pas un cheveu, parce que rien de Cd médias ne m’appartient. Au moment de nos arrestations, nous devions trois mois d’arriérés à l’imprimerie. Le 29 mars 2013, Karim Wade m’a remis plus de 5 millions de francs Cfa pour les salaires des journalistes du site (Le Sénégalais.net et Le Pays). Mon salaire et celui du président du Conseil d’administration (Me Mamadou Diop) avaient été supprimés parce qu’on vivait des difficultés.

Avez-vous une fois rencontré les autres actionnaires ?
Nous n’avons jamais tenu un Conseil d’administration. Je n’ai jamais eu une entrevue avec l’actionnaire majoritaire. Patrick William est allé faire une cession des ses 70% à Karim Wade chez la notaire Patricia Lake Diop. Je l’ai appris ailleurs. On ne me l’a jamais notifié.

Pouvez-vous nous parler des biens de Cd médias ?
Victor Kantoussan (agent de sécurité de Karim Wade) a été chargé de livrer les deux premiers véhicules de reportage. Avant l’élection présidentielle de 2012, nous avons reçu quatre autres véhicules de seconde main déposés par Djibril Sow de la part de Kantoussan. Un jour, le Pca, Me Diop, est venu me présenter un véhicule de marque Ford que Karim Wade lui a donné. Pour le matériel de bureau et le groupe électrogène, le 9 juin 2011, Victor Tendeng (chauffeur de Karim) l’a livré. Je ne sais pas combien ils ont coûté parce que je ne les ai pas achetés.

Et pour le matériel de radio ?
Karim Wade m’a envoyé un message sur mon téléphone pour me demander de me rapprocher de Mamadou Amar, un consultant en radio, pour le matériel radio. Je l’ai rencontré avec le Pca Me Mamadou Diop. Je n’ai jamais vu ce matériel. Au niveau de Cd médias, on n’était pas prêt. On a travaillé pendant plus de 20 mois avec tous les salaires entièrement pris en charge par Karim Wade.

Connaissez-vous Bibo Bour­gi, Pape Mamadou Pouye et Pierre Agboba ?
J’ai rencontré Bibo à deux reprises. Quand je devais sortir mon livre en France, Karim Wade m’a mis en rapport avec lui. Une fois là-bas, il m’a bien traité et il a acheté quelques exemples de mon livre. J’ai connu Pierre Agboba et Pape Mamadou Pouye en prison.

Au début, vous ne disiez pas tout ça. A quel moment avez-vous senti nécessaire de dire la vérité ?
Karim m’a envoyé la mise en demeure par son chauffeur. Lorsque je l’ai reçue, puis la demande de justifier Cd médias, j’ai senti un lâchage. Je m’étais senti poignardé. Ils m’ont demandé de défendre que Cd médias n’appartient pas à Karim, sinon elle risque d’être expropriée. Or, tout était concocté dans le bureau de Karim Wade.

Donc, vous êtes d’accord que vous êtes un prête-nom de Karim Wade…
Je n’en savais rien parce que même pour libérer les trois millions constituant ma part du capital (3%), c’est à la Section de recherche que le commandant Cheikh Sarr m’a montré le reçu de versement de cet argent à la banque par Victor Tendeng. Je dis oui et mille fois oui, car Cd médias est mon nom. Je suis l’exemple parfait de prête-nom.

Les questions du Parquet spécial

A l’étape des enquêtes préliminaires, vous aviez déclaré que vous aviez versé les trois millions de francs Cfa correspondant à vos actions. Vous aviez dit que les 70% appartenaient à Patrick William. On allait vous rembourser votre part. Qu’est-ce qui explique votre virage ?
Je n’ai jamais dit que Patricia Lake Diop allait me rembourser les trois millions de francs Cfa. Monsieur le Procureur spécial, c’est la première fois que nous avons un échange. Nous ne nous sommes jamais rencontrés. En plus de cela, ce n’est pas moi non plus qui ai versé ces trois millions à Me Patricia Lake Diop, mais plutôt Victor Tendeng.

Lors des enquêtes préliminaires, vous vous êtes approprié la totalité des actions de l’entreprise Cd média. Pourquoi ?
Parce que c’était la première phase de mon audition.

Quelle est votre participation dans la constitution de Cd média group ?
C’est le 11 mai 2011 que le directeur de Cabinet de Karim Meïssa m’a appelé pour répondre à Karim qui, par la suite, a émis l’idée de créer un groupe de presse.

Pourquoi avez-vous accepté d’être actionnaire à auteur de 30% dans l’entreprise Cd média ?
Parce que Karim me l’a demandé en tant que son ami.

Receviez-vous des dividendes ?
Non, je n’en recevais pas.
LeQuotidien
Par Le Mardi 21 Octobre 2014 à 12:33 | Lu 68 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE