Page

Chambre criminelle de Thiès : Khaly Boye risque 10 ans de travaux forcés pour avoir heurté une fillette avec une moto transportant du chanvre indien

Le détenu Khaly Boye doit conjurer le mauvais sort. Après avoir purgé une peine de 15 ans pour le délit d’association de malfaiteurs dont il clame toujours son innocence, le voilà encore une fois encore dans les griffes de la justice pour des faits non moins graves. Poursuivis pour trafic de chanvre indien, Khaly Boye, un mécanicien demeurant à Guédiawaye risque de passer encore 10 bonnes années en prison.


Chambre criminelle de Thiès : Khaly Boye risque 10 ans de travaux forcés pour avoir heurté une fillette avec une moto transportant du chanvre indien
En effet, tout est parti d’un accident de la circulation que le sieur Khaly Boye a eu en août 2017 à Thialy, un quartier de la commune nord de Thiès. A bord d’une moto Beverly 250, il heurte violemment un enfant qui traversait la route. Le choc est si violent que Khaly est tombé de sa moto. Il tente de prendre la fuite mais c’était sans compter avec la hargne des conducteurs de motos Jakarta qui, témoins des faits, vont se lancer à ses trousses avant de le neutraliser quelques mètres plus loin. C’est par la suite qu’un Agent de sécurité de proximité (Asp) l’a conduit au commissariat central de Thiès. Les policiers à leur tour vont se déporter sur les lieux de l’accident pour les constatations d’usage. Une fois sur place, les agents de police judiciaire vont trouver dans la moto, un sac noir contenant 7 blocs de chanvre indien pour un total de 16 kilos 200 et grammes. Pour sa défense, Khaly Boye déclare qu’il était venu à Thiès pour acheter un mouton de Tabaski à bord d’une moto Beverly 250 et soutient qu’il détenait par devers lui une somme de 450.000 FCFA et un téléphone portable que les conducteurs de motos Jakarta auraient subtilisé au moment de sa fuite, selon lui.

Par ailleurs, il soutient que la moto sur laquelle le chanvre indien a été découvert ne lui appartient pas. « C’est trois heures de temps après mon arrestation que les policiers sont venus pour me montrer une moto Beverly 200 et me dire qu’ils avaient trouvé de la drogue à l’intérieur. Mais je leur ai signalé que cette moto ne m’appartenait pas. Puisque je conduisais une Beverly 250 », clame le prévenu.

Dans son réquisitoire, le procureur est revenu sur la nature belliqueuse de Khaly Boye. Avant de rappeler que lorsqu’il était en détention, il a eu des démêlés avec les gardes pénitentiaires. Ce qui lui a valu d’être traduit devant la barre des flagrants délits pour outrage à agents des forces publiques. Il a requis une condamnation de 10 ans de travaux forcés contre Khaly Boye qui sera fixé sur son sort, le 06 mai prochain.
Momar Mbaye

Seneweb.com
Par Le Mercredi 10 Avril 2019 à 13:40 | Lu 49 fois

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE