Page

Changements dans la Magistrature : Macky secoue thémis


D

epuis hier, Samba Sall est le nouveau Doyen des juges, Ibrahima Ndoye prend la suite de Antoine Diome à la Crei et Malick Lamotte occupe la présidence du Tribunal régional hors classe de grande instance de Dakar. Ces nominations ont été entérinées hier par le Conseil supérieur de la magistrature.

Il souffle un vent de changements dans la Magistrature sénégalaise. Depuis hier, le Président Macky Sall a procédé à de nouvelles nominations qui visent à améliorer le bon fonctionnement de la justice. Vacant depuis le départ de Mahawa Sémou Diouf à la Haute cour de justice de l’Uemoa, le cabinet du Doyen des juges d’instruction aiguisait tous les appétits. Samba Sall, jusqu’ici juge du deuxième cabinet, prend la place de Diouf. C’est une évidente promotion pour cet homme qui pilotait ces dernières années les dossiers les plus chauds comme les affaires Aïda Ndiongue et Thione Seck, entre autres. Ibrahima Ndoye, procureur de la République à Thiès, qui a piloté l’arrestation de Cheikh Béthio Thione après le drame de Médinatoul Salam, re­joint la Cour de répression de l’enrichissement illicite en remplacement de Antoine Félix Diome qui est devenu depuis quelques semaines l’Agent judiciaire de l’Etat.

Par ailleurs, Aminata Ly Ndiaye, précédemment présidente par intérim du Tribunal de grande instance hors classe de Dakar est nommée conseillère à la Cour suprême. Elle cède son fauteuil à Malick Lamotte. La valse est presque générale dans les tribunaux régionaux de grande instance. Par exemple, Ndigue Diouf rejoint Kaolack, Mamadou Diouf migre à Thiès, Madické Diop atterrit à Louga et Saliou Diouf pose sa toge à Fatick. En plus, les tribunaux d’instance changent de pa­tron. Aïssatou Diallo Bâ, conseillère à la Cour d’appel de Dakar, préside désormais celui de Dakar, Mouhamadou Lamine Bâ atterrit à Pikine, Ibrahima Baldé est affecté à Kaffrine et Bathie Mbaye rejoint Nioro du Rip. Il s’agit là des nominations les plus significatives entérinées hier par le Conseil supérieur de la magistrature. On a appris que ces décisions «visent à reprendre en main l’administration de la justice» pour avoir une meilleure célérité dans le fonctionnement de ce pilier de la démocratie.

bsakho@lequotidien.sn
Me Quotidien
Par Le Dimanche 18 Octobre 2015 à 13:29 | Lu 62 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE