Page

Convoqué à la police pour destruction de panneaux publicitaires : Barth’ fait faux bond

En invoquant son statut de député, le maire de Sacré-Cœur/Mermoz a refusé de répondre à la convocation de la Sûreté urbaine. Il devait y être hier pour être entendu après la plainte des propriétaires de régies publicitaires pour destruction de biens appartenant à autrui. En attendant, six employés de la mairie sont en garde à vue.


Convoqué à la police pour destruction de panneaux publicitaires : Barth’ fait faux bond
Il a tenu parole. Convoqué hier à 8h à la Sûreté urbaine (Su) pour l’affaire opposant sa mairie aux propriétaires de régies publicitaires, Barthélemy Dias n’a pas finalement déféré à la convocation des flics. Le maire de Mermoz/Sacré Cœur a porté hier son effigie de député pour justifier son refus de répondre à la convocation de la police. Pour lui, «si les gens veulent le convoquer à la police, ils n’ont qu’à respecter la procédure en s’adressant, au préalable, au président de l’Assemblée nationale pour obtenir l’autorisation de l’entendre». «C’est pour cela qu’il ne s’est pas rendu hier à la Sûreté urbaine et qu’il ne s’y rendra d’ailleurs pas», corrobore un proche collaborateur du maire socialiste.

Des agents de la voirie en garde à vue
Si Barthélemy Dias, qui est actuellement en voyage, peut se dissimuler sous l’ombre de sa fonction de député, tel n’est pas le cas pour les autres agents de la mairie. On a appris que 6 employés de la mairie ont été hier placés en garde à vue au Commissariat central.
Pour rappel, le maire de la commune de Sacré Cœur/Mermoz a été convoqué hier à la Sûreté Urbaine pour avoir commandité la démolition de panneaux publicitaires se trouvant dans sa commune. Le maire socialiste a procédé ainsi parce qu’il juge que certains de ces panneaux se trouvent dans des emplacements illégaux et que les régies publicitaires refusent de payer les redevances qui leur sont fixées. En tout cas, les patrons de ces régies sont déterminés à obtenir gain de cause. Ils se sont regroupés en collectif et estiment les dégâts à 500 millions de F Cfa.

aly@lequotidien.sn
LeQuotidien
Par Le Mercredi 24 Juin 2015 à 15:18 | Lu 35 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE