Page

Coronavirus : L'ambassadeur de la Chine dédramatise et rassure

La barre des 1000 décès a été franchie depuis la déclaration du nouveau coronavirus en Chine. Face à cet état de fait, l’Ambassadeur du Chine au Sénégal Sem Zhang Xun a fait face à la presse hier, mardi 11 février à Dakar. S


elon le diplomate, à l’heure actuelle, l’épidémie est bien contenue et son pays est capable de vaincre l’épidémie. Des chiffres à l’appui, il annonce que 3 996 cas ont été guéris pour un total de 42 638 cas confirmés. «Le rapatriement n’est pas le choix prioritaire, ni le choix impératif, même si certains pays l’ont fait», tranche-t-il. Et de poursuivre: «la façon la plus sûre pour les étrangers à Wuhan, c’est de rester sur le terrain car, il existe de nouvelles incertitudes en déplacement ». Revenant sur les Sénégalais à Wuhan épicentre de la maladie, l’Ambassadeur de Chine rassure : «d’après mes connaissances, ils sont en bonne santé. Ils peuvent naviguer sur Internet, regarder la télé en restant chez eux, se promener dans le campus, aller faire des achats au supermarché».

Situation actuelle du Coronavirus

«Jusqu’au 10 février 2020, à minuit, un total de 42 638 cas, ont été confirmés. 1 016 décès constatés, 3 996 cas guéris et 21 675 cas suspects signalés en Chine continentale». L’information a été donnée par l’Ambassadeur de la Chine au Sénégal Sem Zhang Xun qui a tenu à faire le point sur le nouveau type de coronavirus qui touche son pays. Selon le diplomate, le taux de mortalité est d’environ 2%, ce qui est beaucoup plus faible que le virus du Sras (10%), la grippe H1N1 des États-Unis en 2009 (17,4%) et le virus Mers (35%).

«Les cas d’infection dans le reste du monde représentent moins de 1% des cas signalés en Chine» a-t-il renseigné.

Face à la situation préoccupante de l’épidémie qui a été déclarée «urgence de santé publique» par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Chine a pris plusieurs mesures pour lutter contre le nouveau coronavirus. Selon l’Ambassadeur du Chine au Sénégal, les faits ont prouvé que ces mesures dont déclarer le plus haut niveau d’urgence de santé publique à l’échelle nationale et lancer le mécanisme multisectoriel de prévention et de contrôle, enrayer la propagation de l’épidémie, renforcer les moyens et rassembler les ressources, accélérer la recherche et le développement scientifiques, publier en temps réel les informations avec l’esprit d’ouverture, de transparence et de responsabilité en renforçant la coopération avec la communauté internationale, ont donné de bons résultats à savoir la maitrise de la épidémie.

«À l’heure actuelle, l’épidémie est bien contenue. Nous avons confiance que sous la direction ferme du PCC, et qu’en s’appuyant sur les avantages institutionnels de la Chine et les expériences qu’elle a acquises dans la lutte contre l’épidémie du SRAS, de la grippe aviaire et de l’Ebola, ainsi que sur les solides bases scientifiques, technologiques et matérielles accumulées au cours des 70 dernières années depuis la fondation de la République populaire de Chine, la Chine est capable de vaincre cette épidémie » a déclaré l’Ambassadeur.

Une maladie moins dangereuse que les autres épidémies surgies dans le monde
«Je tiens à souligner qu’il ne faudrait pas céder à la terreur», a déclaré l’ambassadeur du Chine au Sénégal Sem Zhang Xun. Selon lui, le rédacteur en chef de The Lancet, journal médical leader du monde, Docteur Horton a fait savoir que le taux d’infection du virus «2019-nCoV» est modéré et que l’OMS a affirmé que la pneumonie au nouveau coronavirus n’est pas une pandémie mais plutôt une épidémie.

«Le directeur général de l’Oms, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a souligné que nous devons agir dans un esprit rationnel, scientifique et professionnel, au lieu de céder à la panique. Le virus fait peur, mais ce qui est pire que le virus, ce sont les rumeurs et la terreur » a-t-il fait comprendre.

Une maladie évitable

La maladie est évitable dans une certaine mesure selon le diplomate. «Des études ont montré que le nouveau coronavirus est sensible aux ultraviolets et à la chaleur, et que des genres de solvant lipidique tels que l’éther et l’éthanol à 75% peuvent inactiver le virus», a-t-il avancé. Et de poursuivre : «Porter correctement les masques et se laver les mains fréquemment aident à réduire le risque d’infection. Les mesures de protection appropriées peuvent assurer une bonne protection».

Revenant sur le cas du Sénégal, l’Ambassadeur préconise l’adaptation des règles d’hygiène, mais renseigne qu’avec la situation climatique du pays, le virus aura du mal à se développer. Ce qui l’amène à dire que «le Sénégal est moins exposé» que d’autres pays où la température est basse.

Situation des Sénégalais à Wuhan

Concernant les 13 étudiants sénégalais à Wuhan épicentre de l’épidémie du nouveau coronavirus, l’Ambassadeur a tenu à rassurer : «d’après mes connaissances, ils sont en bonne santé. Ils peuvent naviguer sur Internet, regarder la télé en restant chez eux, se promener dans le campus, aller faire des achats au supermarché».

Et de poursuivre : «certes, leur quotidien ne jouit pas de la même diversité qu’avant, mais tout cela va bientôt relever de mauvais souvenirs». Le corps diplomatique chinois a tenu aussi à dire que le gouvernement chinois s’acquitte toujours activement ses obligations internationales.

«Accordant une grande attention à la santé et à la sécurité des étrangers résidant en Chine, le gouvernement chinois répond à temps à leurs besoins légitimes et continue à coordonner avec les autorités locales afin d’assurer leurs droits et intérêts légitimes. Le gouvernement central est en train de transporter des fournitures à Wuhan sans arrêt. La vie et les soins médicaux locaux sont tous garantis», a fait savoir l’Ambassadeur.

Le rapatriement n’est pas à l’ordre du jour

Pour la Chine, à l’heure actuelle de l’épidémie, le rapatriement n’est pas le choix prioritaire, ni le choix impératif, même si certains pays l’ont fait, mais la plupart des autres pays ont choisi de ne pas le faire. Selon les recommandations professionnelles du directeur général de l’OMS, la façon la plus sûre pour les étrangers à Wuhan, c’est de rester sur le terrain, nous fait savoir l’Ambassadeur du Chine au Sénégal, car il existe selon lui de nouvelles incertitudes en déplacement.

«Certains pays ont recensé des cas importés après le rapatriement, ce qui a fait monter le risque de propagation de ce virus. Nous conseillons à tous les pays de suivre les recommandations de l’Oms et de guider leurs ressortissants en Chine de prendre des mesures nécessaires et propices selon la situation locale. Le gouvernement chinois fera son maximum pour les assister» a-t-il évoqué.

Selon les statistiques de la Chine, environ cinq mille étudiants étrangers dont trente-quatre étudiants sud-africains, quatre-vingt-cinq kenyans, près de trois cents tanzaniens et quatre-cents éthiopiens ont tous choisi de rester à Wuhan.

«Lorsque l’épidémie d’Ebola a éclaté en Afrique de l’Ouest en 2014, la Chine n’a pas évacué ses ressortissants, et a même envoyé 175 millions de dollars de matériel et 1 000 personnels médicaux par 23 vols d’avion affrété pour contribuer à lutter contre l’épidémie» a dit l’Ambassadeur.

Coût sur l’économie

L’épidémie n’est pas sans effets négatifs sur la coopération économique et commerciale entre le Sénégal et la Chine. «C’est plutôt quelques inconvénients des échanges humains à cause de l’annulation de certains vols. Mais l’impact n’est pas significatif, car à l’heure actuelle des vacances du Nouvel An chinois, les échanges de personnel sont généralement moins nombreux», a essayé de justifier le diplomate. Et de poursuivre : «au sein de notre pays, c’est l’économie numérique qui a pris le dessus. Les gens travaillent via internet. Beaucoup de magasins sont fermés, mais, avec la fin de l’épidémie, les échanges de personnel vont bientôt reprendre.»
SUDONLINE.sn
Par Le Jeudi 13 Février 2020 à 10:16 | Lu 26 fois


ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE