Page

Dialogue interreligieux: Serigne Fallou Mbacké, Un calife musulman supporter d'un Président catholique

Il fut le deuxième calife de Touba de 1945-1968: El Hadj Fallou Mbacké, plus connu sous Serigne Fallou, fut un grand supporter du président Senghor, un catholique. TVM vous propose de redécouvrir le portrait de l'initiateur du grand Magal de Touba, un modèle d'ascétisme et de vertu.


EL HADJ FALLOU MBACKE : L'ELOQUENCE DE LA SAGESSE (1945-1968)
Serigne Fallou MBACKE, fils de Sokhna Awa Bousso est né en 1888 à Darou Salam au mois de « Kazou Radiab ». Cadet de 6 mois de Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké, il fut initié au Coran par Serigne Abdou Rahmane LÔ. C'est cependant chez Mame Mor Diarra Mbacké qu'il apprit la théologie. À son retour d'exil, Serigne Touba le récupéra et compléta sa formation mystique.
Il était aussi bien connu pour son ascétisme et ses prières miraculeuses. Le développement de la ville s'est effectivement effectué avec Serigne Falilou Mbacké qui a pu achever la construction de la mosquée, augmenter le nombre de forages et créer le marché "occasse" qui a une importance économique pour la ville surtout en période de traite.
Il entreprit aussi de nouveaux plans d'urbanisation avec la construction de nouvelles habitations, les rues convergeant toutes vers la grande mosquée.
Initiateur du Grand Magal qui consiste à célébrer le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba le 18 safar, il a fait de la ville non seulement un lieu de pèlerinage mais aussi un lieu d'immigration car constituant à cet événement une sorte de foire rassemblant un nombre important de commerçants qui finissent par s'installer.

Dialogue interreligieux: Serigne Fallou Mbacké, Un calife musulman supporter d'un Président catholique
Très intelligent, érudit en arabe et poète de grande envergure, il a en plus copié de ses propres mains quarante exemplaires du Saint Coran. «Il a fait pour Ahmadou Bamba tout ce qu'un talibé peut faire pour son Marabout ». Une marque d'estime pour celui dont la générosité et la sagesse confinèrent au mythe.
Chargé de poursuivre l'édification de la mosquée entreprise par son prédécesseur, il décida de l'agrandir. Il avait prévu que la cité bénite de Khadimou Rassoul allait connaître une évolution spectaculaire.
Durant son Khalifat, Serigne Falilou mit en valeur les sites de Ndindy Abdou Madinatoul Salam, Alia-Mbepp et Touba Bogo. Tous ces fiefs sont des Darras et des champs supervisés par des anciens Talibés de son père. Le produit des champs était destiné à la construction de la mosquée, à aider les Talibés en détresse et les nombreux Mauritaniens qui ont suivi Serigne Touba depuis «ganaar ».
À son actif, notons que la ville de Touba a connu un développement réel avec le bitumages des routes et l'amélioration des infrastructures existantes. C'est lui qui a procédé au lotissement de la ville sainte avec le concours de l'architecte réalisateur de la mosquée de Touba et qui a distribué gratuitement les terres. Il a réalisé le premier forage de Darou Marnane.
Parti à la Mecque en 1928 (exaucer un vœu de son père) sous la houlette de Mame Cheikh Anta MBACKE, il fut distingué dans ce haut-lieu de l'Islam.
Le 07 juin 1963, en présence du Chef de l'Etat de L'époque, Léopold S. Senghor, il inaugura la Grande Mosquée de Touba.
Sur les rapports entre le spirituel et le temporel, Serigne Fallou a été sans équivoque.
Il disparut en 1968 avec son éloquence légendaire et sa sagesse.
Source (texte): khadimrassoul.net
Images: telegramme24
Par Le Mercredi 26 Octobre 2011 à 00:00 | Lu 1457 fois



Nouveau commentaire :

ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région