Page

Entendu par le juge pour offense au chef de l’Etat : Samuel Sarr se dégonfle, «Je ne dirai plus rien sur Macky»

Face au juge d’instruction pour son audition dans le fond du dossier pour lequel il est inculpé pour offense au chef de l’Etat, Samuel Sarr a reprécisé sa pensée en soutenant qu’il s’adressait au chef de l’Alliance pour la République et non au chef de l’Etat. Il soutient qu’il ne s’attaquera plus à Macky Sall conformément aux recommandations de son guide religieux.


Entendu par le juge pour offense au chef de l’Etat : Samuel Sarr se dégonfle, «Je ne dirai plus rien sur Macky»
C’est un revirement à 360 °. L’ex-ministre de l’Energie sous le règne de Me Wade, s’est dégonflé devant le juge d’instruction. Auditionné par le magistrat du deuxième cabinet, Samuel Sarr a fait un glissement sémantique qui exprime peut-être des regrets après son placement sous mandat de dépôt pour des manœuvres, actes de nature à troubler la sécurité publique, à attenter, à saper le moral de la population, diffusion de fausses nouvelles et offense au chef de l’Etat.
Face au magistrat, le Wadiste éternel explique qu’il s’adressait au Macky Sall chef de l’Apr (Alliance pour la République) et nom au Macky Sall, président de la République. Vu le flou qui entoure les deux positions, l’ancien directeur général de la Senelec s’est engouffré dans la brèche pour repréciser sa pensée.
D’après son avocat, devant le juge d’instruction, Samuel Sarr n’a pas tergiversé. Selon Me Alioune Badara Cissé, l’ancien ministre de l’Energie a réitéré ses propos en mettant néanmoins un peu de bémol dans le contenu. Seule­ment, informe son conseil, le Wadiste éternel prétend que ses propos ne sont pas adressés au chef de l’Etat, mais à Me William Bourbon qui s’est constitué pour défendre les intérêts de l’Etat dans le dossier de Karim.
Me Cissé soutient qu’il a promis de ne plus s’attaquer au chef de l’Etat comme le lui a recommandé son marabout. Devant le juge, il a lu une déclaration tirée de son entretien avec son guide religieux, Serigne Cheikh Mbacké, qui lui a enjoint de ne plus s’adresser au chef de l’Etat. Il s’est engagé à respecter cette directive. En attendant, il reste encore au chaud à Rebeuss.
Par ailleurs, Me Alioune Badara Cissé explique que le pool des avocats a introduit une demande de mise en liberté provisoire en attendant la fin de l’instruction. Pour rappel, Samuel Sarr disait dans un texte publié dans sa page facebook qu’il vient d’être informé «que Macky Sall serait titulaire d’un compte dans un pays étranger et qui accuserait un solde en 2007 d’un montant de 7 milliards de francs.» L’ancien ministre sous Wade disait aussi qu’il y a des avocats étrangers qui ont été grassement payés par le budget de l’Etat. Alors que des étudiants sont morts en réclamant leur bourse.

justin@lequotidien.sn
Par Le Jeudi 11 Septembre 2014 à 11:52 | Lu 76 fois



Nouveau commentaire :

ARCHIVES | IMMIGRATION | SANTE | JUSTICE