Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre ouverte sur….Fayil, une vieille chrétienté

Fayil est certes un village enclavé mais très ouvert au christianisme. On peut s’y rendre facilement à partir de Diouroup (15km), Ndiongolor (10km), Ndioudiouf-Sowane (6km 10). La cérémonie d’inauguration de sa chapelle nouvellement agrandi nous sert de prétexte pour ouvrir une fenêtre sur quelques étapes du parcours évangélique de cette vieille chrétienté qui a su résister au temps et aux aléas climatiques.


Fenêtre ouverte sur….Fayil, une vieille chrétienté
Les habitants de Fayil sont bien sûr forts de caractère mais réputés pour leur hospitalité et leur accueil. Les fidèles catholiques qui représentent 90% de la population forment la majorité des baptisés de la mission de Fatick.

Les missionnaires spiritains ont sillonné ce village à partir de Diohine (1929) puis de Fatick (1949). Tous marchaient jusqu’à Ngasobil d’abord, puis Diohine, mission-mère du Sine, pour les grandes célébrations chrétiennes.

Le Père Gravrand ouvre l’école à partir de 1951. Les Sœurs de L’immaculée Conception, Mame Mélanie Loquais en tête, ont parcouru le village en calèche.

Les vocations sacerdotales et religieuses de Fayil ont fleuri à l’ombre de ces grands missionnaires : Feu Sr Marie Renée Niane, Sr Marie Edouard Diouf, Sr Clotilde Senghor, (Immaculée Conception) Fr Henri Biram Ndong (Saint Gabriel), Sr Marie Thérèse Diouf (n°1), Sr Madeleine Ngom, Sr Marie Thérèse Diouf (n°2), Sr Lucie (Immaculée Conception), Abbé François Ousmane, Père Vincent Diouf (OMI) et son neveu abbé Jacques Ngom du diocèse de Kaolack.

Elles continuent de fleurir et de grandir avec un bon groupe bien accompagné par des laïcs et leur aumônier Abbé Jean Félix Diandy, vicaire à la paroisse sainte Jeanne d’Arc de Fatick.

Fayil, c’est aussi le village de grands catéchistes, avec les figures remarquables de Charlot Sarr, Jean Mbap Niane, Armel Sarr, Edouard Ndong, Joseph Marie Sarr, Alphonse Diouf.

Que de souvenirs qu’on ne saurait consigner dans des écrits en un laps de temps.
source: Oficom
Par Le Lundi 22 Juin 2015 à 19:23 | Lu 327 fois



Nouveau commentaire :

RELIGION