Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fièvre Ebola : le Sénégal n'ouvrira pas le corridor humanitaire aux malades

Le corridor humanitaire prévu au Sénégal pour permettre aux organisations humanitaires de "porter assistance" aux pays de la sous-région touchés par l’épidémie de fièvre Ebola ne prendra pas en compte le transfert des personnes vivant avec cette maladie, a précisé la ministre sénégalaise de la Santé et de l’Action sociale, Awa Marie Colle Seck, mercredi à Dakar.


Fièvre Ebola : le Sénégal n'ouvrira pas le corridor humanitaire aux malades
"Les malades sont exclus du protocole que nous allons avoir avec les agences. Les malades internationaux seront pris en charge directement dans les pays où il y a tous les moyens" de leur traitement, a-t-elle dit lors d’une conférence de presse.

Le Sénégal a décidé d’ouvrir un corridor humanitaire, afin de permettre aux organisations humanitaires de "porter assistance'' aux pays de la sous-région touchés par l’épidémie de fièvre Ebola.

Des organisations humanitaires désireuses de faire de Dakar la base de leurs équipes médicales, de leur matériel et de l’aide alimentaire destinée aux régions touchées par la maladie ont invité le Sénégal à ouvrir un corridor humanitaire.

Tous les bureaux régionaux des organisations de l’ONU, ainsi que des ONG comme Médecins sans frontières sont installés à Dakar, selon un communiqué du ministère de la Santé et de l’Action sociale.

L’aéroport militaire de Ouakam (Dakar) servira de "siège" à ce corridor humanitaire, selon Mme Seck.

"Tous les moyens [nécessaires seront déployés] et toutes les mesures prises pour que ce soit un vrai corridor, et qu’il n’y ait pas de risques pour les populations", a assuré Awa Marie Coll Seck.

La fièvre hémorragique à virus Ebola a entraîné la mort de 2.288 personnes en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par l'épidémie, selon un bilan arrêté samedi et publié mardi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette institution spécialisée des Nations unies signale que 4.269 personnes ont été infectées par le virus Ebola, dans ces trois pays d'Afrique de l'Ouest, de février à ce jour.

Selon l'OMS, 47% des décès signalés et 49% des cas de fièvre Ebola dénombrés l'ont été "lors de ces 21 derniers jours".

BHC/ESF
APS
Par Le Jeudi 11 Septembre 2014 à 01:04 | Lu 73 fois




1.Posté par Atypico le 11/09/2014 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention Madame la ministre à ne pas faire de la politique politicienne sur la question du traitement de cette maladie. J'observe en effet qu'à l'image de Macky Sall votre discours laisse la porte ouverte à ce que vous dites ne pas vouloir faire, à savoir stigmatiser et encourager la chasse aux ressortissants oiginaires des pays les plus contaminés .Le renvoie du jeune malade guinéen chez lui est une concession indigne à la plèbe ignorante, mal informée, paniquées et/ou remplie de haine de l'autre. Si le Sénégal n'a pas les moyens de soigner tous les malades des pays frères, il a par contre comme devoir de leur venir en aide.Pour cela on ne demande pas au Sénégal d'inventer une nouvelle solution médicale mais de recommander aux diver systèmes de santé africains de pratiquer le traitement des symptômes ( hydratation et perfusion plus vitamine C et D ) du fait que ce sont la déshydraation et l'hémorragie qui provoquent la mort. Le Sénégal par votre voix madame laministre a pour devoir d'informer ses citoyens et ceux de s pays frères que Ebola ne s'attrape pas par voie aérienne , en croisant dans la foule une persone contaminée qui tousse par exemple ; que les malades ne sont contagieux que lorsqu'ils vomissent du sang et ont des diarhéees , que l'on atrrape Ebola qu'au contact direct de la sueur, du sang, du sperme et des selles des malades contagieux , donc qu'il faut et il suffit de prendre des gants et de mettre des masques pour se protéger quand on les soigne . Madame la ministre, combattre la peur et la haine qui montent contre les habitants des pays frères exige de votre part de faire publiquement beaucoup plus de travail d'explication sur cette maladie et la façon de la soigner à ce jour dans tous les médias plutôt que de consentir à reculer, pour des raisons électoralistes, sur l'éthique répubicaine , médicale et musulmane. Ainsi les citoyens sénégalais comprendront mieux la décision de fermer les frontières et d'ouvrir un corridor humanitaire pour acheminer l'aide alimentaire et médicale basique dans les pays déjà cotaminés. Chacun sait que la désinformation, et la panique feront sauter toutes les frontières d'afrique et du monde, si au moins une personne faisant autorité ou occupant une fonction d'autorité ne vient pas ramener les choses à leur justes proportions et au contraire se met à nourrir par politicaillerie la panique et la haine de l'autre malade !

Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES