Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Foncier Aibd : Les paysans dépossédés de leurs terres

«Les riverains de l’Aibd sont plongées dans le noir et boivent de l’eau des puits»


Le forum civil, en partenariat avec le mouvement «Sam sa momel» a organisé ce weekend à Soun, un forum sur le thème : «La gestion foncière dans la commune de Keur Mousseu». Occasion pour les participants et organisateurs d’aborder le foncier autour de l’aéroport international Blaise Daigne de Diass, notamment la question du relogement des riverains.


«La nuit, l’Aibd scintille de mille feux alors que les populations riveraines sont plongées dans le noir et boivent de l’eau de pluie», fait remarquer d’emblée Abdou Aziz Diouf, secrétaire général du mouvement «Sam sa momel», qui souligne que depuis le lancement du projet de construction de l’aéroport international Blasie Diagne de Diass, c’est la ruée vers les terres des paysans.

Dans le quotidien L’As du jour, il rappelle que le projet a nécessité la délocalisation des villages de Mbadat, Kathalite, Kesoukhate, qui ont été relogés au site de recasement, mais il y a des dysfonctionnements dans le dédommagement et c’est pourquoi, des populations refusent toujours de rejoindre le site de recasement qui appartient à des paysans. Il s’y ajoute que les maisons qui ont accueilli les délogés ont été construites sur un site qui appartient à des paysans, qui n’ont jamais été indemnisés. Beaucoup d’impactés de l’autoroute à péage n’ont pas été indemnisés et le projet du Train Express Régional est également lancé et les populations redoutent de subir encore le même sort, redoute-t-il.

Des inquiétudes également partagées par le coordonnateur du forum civil.

«Il est important que les populations qui sont autour de ces ouvrages soient consultées, que leur intérêts soient préservés et qu’elles n’aient pas l’impression d’être sacrifiées. Des cultivateurs dont la principale activité est d’exploiter les champs pour en tirer le maximum de profit, n’en disposent plus et de ce point de vue, ils n’ont plus de travail. Certains ont été recasés dans des maisons construites, c’est bien mais cela ne suffit pas, car ils sont toujours au chômage et n’ont plus aucune source de revenus. Le gouvernement n’a pas su consulter ces populations comme il se devait, pour voir comment les déplacer, les reloger, leur donner la possibilité d’avoir d’autres champs pour pouvoir poursuivre leurs activités économiques», souligne Me Moussa Felix Sow coordonnateur général du Forum civil.
avec Seneweb
Par Le Lundi 30 Avril 2018 à 17:24 | Lu 52 fois

Tags : Aibd, foncier, Thiès

ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région