Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Imam Ndongo Gaye de la mosquée de Fahu contre les sermons dits dans la langue arabe


Imam Ndongo Gaye de la mosquée de Fahu contre les sermons dits dans la langue arabe
ThiesVision.com - La communauté musulmane du Sénégal ne maîtrise pas la langue arabe dans son écrasante majorité. Partant de ce constat, l’imam Ngongo Gaye de la grande mosquée de Fahu à Thiès, a pris le contre-pied de ses coreligionnaires et imams qui disent le prêche dans la langue arabe. Ce, alors que les personnes à qui ils s’adressent, sont loin de comprendre un seul mot d’arabe.

« Il faut parler aux gens dans une langue qu’ils comprennent », suggère-t-il dans son sermon de ce vendredi 8 novembre, citant au passage un verset du Coran selon lequel les prophètes et envoyés de Dieu s’adressaient aux destinataires de leurs messages, dans une langue intelligible.

« Le sermon doit être dit dans la langue du pays ou de la localité », a-t-il réitéré

« Ce n’est pas à cause (ou grâce à) la langue arabe que l’islam est arrivé là où il est aujourd’hui, répandu à travers le monde », renchérit Ngongo Gaye, qui dit lancer un appel en direction de tous les imams qui officient dans les moquées du pays, les invitant à dire le prêche dans la langue que parle l’auditoire, les personnes à qui l’on s’adresse.

Et de regretter enfin, que certains parmi les fidèles musulmans, ne parlant pas la langue arabe, disent «amen» à tout bout de champ, surtout lorsque l’imam parle de quelque chose comme l’enfer, ou de tout autre chose qui n’a rien d’une prière à l’issue de laquelle il faut dire « amen ».

Une responsabilité qui selon lui, incombe aux imams et prêcheurs.
Par Le Vendredi 8 Novembre 2013 à 19:12 | Lu 108 fois



Nouveau commentaire :

RELIGION