Page

Ismail Madior Fall, constitutionnaliste : «Ce référendum a été trop audacieux»

Du nombre des panélistes chargés d’animer la Table ronde pour présenter la réforme constitutionnelle présidée ce mardi 15 Mars 2016 par le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, Pr Ismaïla Madior Fall, a assuré que le projet de réforme qui sera soumis au vote, dans le cadre du référendum est «la plus profonde et la plus consolidante»




Constitutionnaliste, il s’est félicité de cette réforme. «Ce projet de réforme est bien plus que 15 mesures. Le président s’inscrit un peu dans la lignée de ses prédécesseurs. Senghor a posé les jalons de l’Etat, de la démocratie, il a fait passer le pays du parti unique au multiparti. Diouf, a réussi à élargir le champ des libertés. Il a fait de sorte que le nombre de partis ne soit plus limité. Quand on parle du président Wade, on pense à la loi sur la parité. Le président Macky s’inscrit dans cette lignée. Il a pensé qu’il lui faut apporter sa pierre. C’est ainsi qu’il a proposé aux Sénégalais ces 15 points au référendum», a confié le professeur qui entendait plaider la cause du « Oui ».

Après être revenu sur l’historique des révisions constitutionnelles au Sénégal, et évoqué le passage du parti unique au multipartisme, il a estimé que «la révision proposée par Macky est la révision la plus profonde et la plus consolidante. On a eu 38 révisions de la constitution de l’indépendance à nos jours. Et justement, toutes les révisions qui ont été faites, toutes les constitutions qui ont été élaborées ont toujours été faites par un comité d’experts. Le président Macky Sall, quand il est venu, a arrêté de faire de la révision une affaire d’élites. Il a voulu que cela soit une affaire populaire. Une affaire de tout le monde. C’est ainsi qu’il a mise sur pied la Cnri (Commission nationale de réforme des institutions). C’est une première».

Toutes choses qui l’ont poussé à contredire ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de consultations. Partageant le présidium avec le ministre conseiller, Youssou Ndour et Marième Badiane, présidente des femmes de Benno book yakaar et de l’Aprn, Pr Ismaïla Madior Fall trouve, que cette réforme prochaine «est la révisions la plus consolidante, par son modèle inclusif, durant les consultations. Elle est, aussi, la plus grande révision pour son impact constitutionnel».

Pour preuve, «autrefois les révisons touchaient toujours un ou deux points. Chaque fois, les révisions étaient ponctuelles. Ici, elles multidimensionnelles, pluri-matérielles». Il trouve même que «ce référendum a été trop audacieux. C’est une constitution qui ferme la porte à toute tentative de changer la Constitution».

A 5 jours de la date du vote référendaire, le constitutionnaliste annonce qu’après le 21 mars, le président va ouvrir un chantier. Il faudra une loi pour le statut de l’opposition. Il va avoir une loi organique relative aux collectivités territoriales. Cela veut dire qu’on revoit la loi organique. En réalité, après le 20 mars, les choses ne seront pas finies», conclut-il.
Seneweb
Par Le Mercredi 16 Mars 2016 à 10:55 | Lu 32 fois



Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES