Page

Justice, politique et diplomatie font le menu des quotidiens

Dakar, 8 nov (APS) – Le Témoin Quotidien et Enquête ont évoqué, dans leur livraison du weekend, l'audition "avortée" du banquier Abdoul Mbaye, ancien Premier ministre du Sénégal, dans le cadre des poursuites judiciaires visant concernant l'ex-président tchadien Hissène Habré.


Justice, politique et diplomatie font le menu des quotidiens

"Le Parquet général des Chambres africaines extraordinaires (CAE) avait formulé une demande d’audition, pour qu’Abdoul Mbaye vienne s’expliquer, à titre de témoin, sur les fonds d’Hissène Habré", révèle d’abord Le Témoin Quotidien.

Mais "la chambre d’instruction des CAE a formellement rejeté la demande du Parquet", ajoute ce journal, qui cite des sources "dignes de foi".

Il affirme qu’"en sa qualité d’ancien directeur général de la CBAO, Abdoul Mbaye avait été accusé à tort d’avoir recelé et blanchi les fonds d’Hissène Habré", quand l’ex-président tchadien s'est réfugié au Sénégal, au début des années 1990.

"Le Parquet désavoué, Abdoul Mbaye hors de cause", titre Le Témoin Quotidien.

Enquête évoque "le jeu trouble du Parquet" et annonce une "convocation avortée d’Abdoul Mbaye".

"La chambres d’instruction rejette la demande du procureur général", rapporte ce journal, en ajoutant que le rejet de cette requête "ouvre la saisine de la chambre d’accusation pour arbitrage".

Il explique, en citant des "sources dignes de foi", que le procureur général des CAE "a encore la possibilité de saisir la chambre d’accusation" des mêmes Chambres africaines extraordinaires, "pour obtenir un arbitrage en sa faveur".

"Mais cela est loin d’être gagné", poursuit Enquête, sur la base de ses informations. Il évoque "l’acte infructueux […] posé par le procureur général" des CAE, le tribunal créé au Sénégal pour juger l’ex-président tchadien, qui est accusé de "crimes de guerre, crimes contre l’humanité et actes de torture".

En 2013, l’Assemblée nationale du Sénégal avait rejeté une motion de censure visant le Premier ministre de l’époque, Abdoul Mbaye.

La motion soumise à l’examen des députés par le groupe Liberté et démocratie, accusait M. Mbaye d'avoir - quand il était directeur général de la CBAO - transgressé les règles de sa profession, en ce qui concerne l’argent appartenant à l’ex-président tchadien.

Le Populaire et La Tribune ont préféré donner la priorité à la mesure qu’aurait prise le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, pour interdire aux militants du Parti démocratique sénégalais (PDS) d’organiser une marche de protestation, le 21 novembre prochain, à Dakar.

"Le ministre de l’Intérieur brandit ses matraques" contre ceux qui tenteront de braver l’interdiction de manifester ce jour-là, écrit Le Populaire.

Dans la Tribune, le président du Comité sénégalais des droits de l’homme (CSDH), Alioune Tine, considère que le fait d’interdire à l’opposition de tenir un emarche de protestation est "un mauvais message" du gouvernement à l’attention de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

L’OIF, qui tient son 15e sommet les 29 et 30 novembre, à Dakar, a à son sein un département chargé des droits humains, de la démocratie et de la paix, lequel pourrait voir d’un mauvais œil l’interdiction des marches au Sénégal, a laissé entendre M. Tine.

Le CDSH , qu’il dirige, est une structure d’Etat censée conseiller le gouvernement en matière des droits de l’homme, a-t-il rappelé dans La Tribune.

Sud Quotidien évoque "la guerre des mots", entre le pouvoir et une partie de l’opposition menée par le PDS, en ce qui concerne la marche du 21 novembre.

Selon ce journal, les organisateurs de cette manifestation entendent braver passer outre l’arrêté du gouverneur de Dakar interdisant les marches à Dakar, entre le 10 novembre et le 5 décembre.

Parce que "nous allons vers un sommet [NDLR : celui de l’OIF) particulièrement important (…) nous mobilisons nos efforts ailleurs que dans l’encadrement de manifestations", fait valoir Abdoulaye Daouda Diallo, cité par Sud Quotidien.

"La Constitution nous garantit le droit de marcher", rapporte Le Soleil, en citant Mamadou Diop "Decroix", l’un des organisateurs de la manifestation.
L’Observateur annonce qu’"un courant [est] en gestation au sein de l’AFP", l’Alliance des forces de progrès, le parti de Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale.

"Mamadou Goumbala [est] parmi les animateurs de la fonde", ajoute-t-il. Le docteur Malick Diop, ex-maire de la commune d’arrondissement de Fann-Point E-Amitié, à Dakar, explique "dans les textes du parti (AFP), il n’y a pas de disposition autorisant la création d’un courant".

Walfadjri annonce que "Dakar mijote une réponse graduée" à la recommandation faite jeudi par la Cédéao à ses Etats membres de maintenir les frontières ouvertes, en dépit de la présence de la fièvre Ebola dans certains pays.

"Le Sénégal travaille à une réouverture graduée de ses frontières avec les pays touchés par l’épidémie d’Ebola", écrit-t-il, en citant des "sources" non identifiées.

ESF
APS
Par Le Samedi 8 Novembre 2014 à 12:20 | Lu 60 fois



Nouveau commentaire :

ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région