Page

L'actualité politique en exergue

Dakar, 2 avr (APS) - Les quotidiens parvenus jeudi à l'APS semblent être sous l'emprise de la politique qui relègue au second plan les autres sujets d'actualité.


L'actualité politique en exergue
Le président Macky Sall, en quête d'un second mandat, "n'exclut rien. Il neutralise de potentiels adversaires, fusionne avec des mouvements ou partis politiques et +blanchit+ les transhumants", rapporte le quotidien L'Observateur, par exemple.

"Cette méthode +hideuse+ dénoncée dans son propre camp est-elle plus efficace qu'un bilan reluisant pour réélection en 2017 ?", se demande le même journal, avant d'ajouter, via sa manchette : "La transhumance, un couteau à double tranchant".

Point de vue que Le Populaire semble conforter, en rapportant que des "compagnons de la première heure du chef de l'Etat, regroupés (au sein) du Mouvement des apéristes authentiques 26% (MAA), en ont marre d'avaler les couleuvres".

"Ces derniers, qui condamnent +le traitement de faveur+ réservé aux transhumants, à leur détriment, sonnent la révolte", ajoute Le Populaire. Cela fait dire à Babacar Gaye, porte-parole du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), que "Macky Sall sera la prochaine victime de la transhumance".

Les déclarations de M. Gaye sont rapportés par Le Témoin quotidien, qui rappelle que le parti fondé par l'ancien président Abdoulaye Wade "subit une forte saignée de certains responsables politiques qui ont décidé de transhumer vers l'Alliance pour la République", l'APR, le parti présidentiel.

"Le phénomène a pris des proportions déroutantes. Il donne une mauvaise image des hommes politiques de notre pays qui ne seraient intéressés que par un souci de prébendes, mais surtout pour obtenir une certaine protection politique leur épargnant le glaive de la justice", écrit Le Témoin quotidien.

Ce faisant, "Macky Sall a enclenché la même procédure de dégénérescence qui a perdu le Parti démocratique sénégalais (PDS)" lors de son passage au pouvoir, analyse l'enseignant-chercheur Papa Fara Diallo, dans les colonnes du quotidien Enquête. "La majeure partie des transhumants n'ont pas les mains propres", fait ensuite valoir cet analyste.

Tout se passe comme si on n'en est pas à une contradiction près, si l'on en croit Waa Grand place. "Ça cafouille !", affiche ce journal, selon lequel la tension "semble montée d'un cran ces derniers temps au niveau de la mouvance présidentielle".

"À quelques encablures de la présidentielle de 2017, les contradictions sont de rigueur dans le camp présidentiel(…)", au point de faire craindre "une situation de guerre fratricide", avec notamment des attaques entre responsables du même bord politique, écrit le journal.

Le quotidien national Le Soleil ouvre sur un tout autre sujet et annonce que le président de la République, Macky Sall, en déplacement en Arabie saoudite, a reçu "la plus haute distinction" de ce pays, des mains du roi Salmane.

Direct Info s'intéresse aux questions sécuritaires, affirmant que les cambrioleurs "font la loi à Touba", la capitale du mouridisme, l'une des principales confréries musulmanes sénégalaises. "Des millions de francs et des téléphones portables" y ont été dernièrement emportés par des cambrioleurs, précise le journal.

BK
APS
Par Le Jeudi 2 Avril 2015 à 21:08 | Lu 30 fois


Tags : politique, presse

Nouveau commentaire :

ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région