Page

L’invraisemblable histoire du faux petit-fils de Cheikh Ibra Fall

IGFM-Un individu qui se faisait passer pour le petit-fils de Cheikh Ibra Fall, a été lynché, samedi dernier, par une foule de personnes au quartier Grand-Mbour. Démasqué, le faux fils de Cheikhouna Mbacké a échappé à la mort. Son portable et ses deux cartes d’identités différentes ont été saisis. Depuis ce jour, ses disciples, disséminés un peu partout à travers le monde, appellent pour lui faire part des «Adiya» collectés pour la Korité.


L’invraisemblable histoire du faux petit-fils de Cheikh Ibra Fall
Il est fort, Pape Ibrahima Sagna, à 30 ans à peine de sa vie (il est né le 16 août 1988), il s’est renié afin de se faire passer pour le petit-fils de Cheikh Ibra Fall. De son accoutrement de marabout et de ses gestes de saint, le faux Serigne Omar Fall se présentait sous des traits de bigot exemplaire sans tache. Avec le manteau de religieux qui lui va à merveille, le «marabout bon viveur» se mettait à contracter des mariages à travers ses rencontres et ses nombreux déplacements au gré du vent et de la jouissance sentie. Ayant connu son bienfaiteur à Touba, un commerçant du nom de Mouhamadou Boussou, l’escroc lui fit part de son ardent désir de convoler en secondes noces. C’est ainsi que le marabout commerçant lui propose, sans hésiter, une de ses talibés établie au quartier Grand-Mbour. Sans perdre de temps, Mouhamadou Bousso unit le faux marabout à sa disciple.

Des vidéos pornographiques d’homosexuels découverts dans son téléphone

Comme cela arrive souvent pour les escrocs en manque de pot, un jour, son masque tombe grâce à un voisin qui a connu le faux marabout à Kaolack et qui a été lynché pour avoir commis des faits similaires. La nouvelle mariée s’en ouvre à son jeune frère, lui disant avoir des doutes sur son nouveau mari, suite aux témoignages du voisin. Le jeune frère, lui aussi, commence à raconter qu’un jour, son beau-frère avait une petite panne sur son téléphone portable et lui avait demandé de le réparer. A sa grande surprise, il a constaté dans le téléphone des enregistrements pornographiques entre hommes et femmes et des ébats entre homosexuels.

C’est à partir de ce moment qu’il avait commencé à avoir des doutes sur lui. Le marabout commerçant, Mouhamadou Bousso, sera mis au parfum par le frère de la nouvelle mariée qui débarque sur les lieux et trouve le faux petit-fils couché sur le lit, enveloppé dans une couette. Sans hésiter, il lui demande de lui présenter sa carte d’identité pour faire une photocopie, mais le quidam lui dit que l’ancienne carte d’identité est égarée et dans sa nouvelle, il y a eu des omissions sur le nom de famille. Selon le marabout commerçant, il lui a demandé de descendre du lit et a appelé la dame pour lui présenter des excuses, car ils ont découvert que l’homme qu’on lui avait donné en mariage n’est personne d’autre qu’un usurpateur. Et en présence de cinq personnes, on lui a demandé de libérer la dame en prononçant le divorce.

Lynché à Bissau, en Mauritanie, Touba…

Pour le marabout commerçant, il a découvert qu’il a été une fois pris en Mauritanie et à Bissau pour des faits d’homosexualité et même à Touba où il a été lynché. Fortement acculé et dos au mur, le faux petit-fils a reconnu les faits devant une foule qui lui a fait la fête jusqu’à ce qu’il sorte des excréments. Après sa libération, le téléphone confisqué ne cessait de sonner avec des appels d’une de ses épouses qui habite à Samba Dia et avec qui, il a eu un fils qui n’a jamais été déclaré à l’Etat civil. Et Samedi prochain, il devait se marier à Dakar, nous apprend une dame sur le téléphone saisi de l’escroc, et le 22 juin, il avait prévu d’organiser des chants religieux à Koumpentoum. Même un appel a été intercepté par le marabout commerçant, de la part des talibés du Bénin pour lui dire que «le Adiya» a été amassé pour les besoins de la Korité.

Au Niger, des talibés ont également appelé pour faire la Ziarra. Selon la maman de l’escroc, une certaine Aïda Ndiaye appelée au téléphone par les soins du commerçant, elle a raconté que, depuis 15 ans, elle avait rompu ses relations avec son fils du fait de ses pratiques et s’était repenti un jour en l’appelant au téléphone et qu’en réalité son fils est né en Mauritanie.

ALIOUNE DIOP
Lobservateur, Igfm.sn
Par Le Jeudi 7 Juin 2018 à 10:31 | Lu 46 fois


ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES