Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Banque mondiale avertit sur un risque élevé de pénurie d’eau dans les régions côtières

Au Sénégal, il plane aujourd’hui un risque élevé de pénurie d’eau dans les régions côtières. Cela à court et moyen terme, a souligné le Groupe Banque mondiale dans un rapport intitulé «Economic and spacial study of the vulnerability and adaptation to climate change of coastal areas in Sénégal».


La Banque mondiale avertit sur un risque élevé de pénurie d’eau dans les régions côtières
Dans ce document de 38 pages, la Banque mondiale a révélé, sur la base de certaines prévisions, le réchauffement de la planète dû aux changements climatiques qui va entraîner une montée du niveau des mers de 20 cm d’ici 2030 et 80 cm en 2080. Combinée aux prévisions de diminution des précipitations, à l’urbanisation croissante et aux risques actuels de crues du fleuve, à l’érosion côtière, à la submersion marine, à la faible capacité de gestion et d’évacuation des eaux de ruissellement au niveau des bas-fonds et des zones urbaines ainsi qu’à l’augmentation de la salinité, la vulnérabilité du littoral sénégalais en sera grandement exacerbée, prévient ledit rapport.

A titre d’exemple, d’ici 2080, les trois quarts du littoral sénégalais seront exposés à un risque élevé d’érosion, par rapport au chiffre actuel de 25% et aux risques d’inondations causées par les tempêtes maritimes. Ce risque déjà très élevé (plus de 50% du littoral), devrait s’étendre aux deux tiers du littoral d’ici 2080.

«A l’embouchure du Fleuve Sénégal, la ville de Saint Louis représente l’exemple le plus extrême de combinaison de risques, note les études du Groupe de la Banque mondiale qui précise, en ce sens que «cette ville est déjà soumise à d’importants risques de crues du fleuve qui s’intensifieront avec l’élévation du niveau des mers qui empêche les eaux de fleuves de se jeter dans l’océan. Ainsi d’ici 2080, il est possible que 80% de la ville soient submergés tous les ans.

Dans le cas de Dakar, des résultats similaires ont pu être observés dans les quartiers de Pikine et de Guédiawaye, en raison d’un mauvais assainissement et du fait de leur situation immédiate en contrebas du niveau des mers.

Toutes choses qui font qu’aujourd’hui, l’amplification de l’aridité, combinée à l’accroissement de la salinité des sources d’eaux du littoral causé par l’élévation du niveau des mers, pose un risque encore plus élevé de pénurie d’eau dans le court et moyen terme pour l’ensemble des régions côtières, et plus particulièrement pour les zones côtières.

Youssoupha MINE-
Seneweb.com
Par Le Vendredi 17 Avril 2015 à 22:03 | Lu 45 fois

Tags : alerte, eau, penurie


Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIAS | POLITIQUE | SPORTS | CULTURE | SOCIETE | CHRONIQUE | PEOPLE | HUMOUR | LA PAROLE AUX THIESSEOIS | ECONOMIE | INTERNATIONAL | EDUCATION | NOUVEAUTéS - MUSIQUE | AFRIQUE | FAITS-DIVERS | WEEK-END PRESSE | VIDEOS | Annuaire du lien | LE BILLET DU JOUR | WEEK-END PRESSE | MŒURS LÉGÈRES, Le Blog des infidélités | THIES PEOPLE & CELEBRITES