Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Lune des Médias (Par A. Aziz Mbacké Majalis)

(Samedi – Première Lune)


La Lune des Médias  (Par A. Aziz Mbacké Majalis)
Les titres barrent toutes les unes. «Un peuple, un but, trois fois Korité », « Korité dans la division », « Korité 2012 à trois vitesses ». Les unes après les autres, les unes de la lune étalent leurs titres accrocheurs. L’unanimité sur la division semble être consommée. Au moins un avis qui ne divise plus chez nous. L’Etat, au plus haut sommet, y est même convié. Au bout, l’engagement d’y remédier si les religieux lui confèrent ce pouvoir. Des religieux dont certains, se sentant interpelés par l’opinion, fustigent eux-mêmes cette division. Tentant, chacun, de tirer sa couverture cultuelle sur soi. Égratignant même au passage « l’échec des chefs religieux du Sénégal (sic) à s’unir pour célébrer ensemble les fêtes religieuses ».

Qu’en est-il exactement ?

La question peut, certes, paraître banale. Trop banale même. Car tellement « évidente ». Trop évidente, peut être. Mais n’est-ce pas plutôt cette « évidence » même, ces multitudes de fausses « évidences » médiatiques sédimentées, quotidiennement assénées sur nos pauvres têtes, par le marteau du facile consensus, qui ont fini par anesthésier celles-ci ? Peut-on encore aujourd’hui, au Sénégal, se permettre le luxe de prendre du recul et de ne pas céder au diktat de cette fantastique machine à « fabriquer l’opinion » que sont devenus nos médias ? La lucidité, la rigueur d’analyse et l’indépendance d’esprit ne sont-elles pas devenues, à la longue, une hideuse et intolérable difformité ou, pis, un simple suicide intellectuel ?

Troublant. N’est-ce pas ?

Certes, il faut le concéder d’emblée. Nous avions décidé, et résolument même, de ne pas nous immiscer dans le débat récurrent et ô combien oiseux des « lunes » dans lequel se complaisent périodiquement tous les ans, l’on ne saurait trop en comprendre la raison, nombre de nos compatriotes. Le temps étant trop précieux, la mort proche, les priorités nombreuses, les futilités de ce monde infinies et encombrantes, nos courtes vies fort insuffisantes face à l’effrayante éternité de l’autre monde… Mais force nous fut bientôt de reconnaître que, malheureusement, la responsabilité envers nos semblables, piégés malgré eux dans ce tourbillon étourdissant et déboussolés, faisait précisément partie de ces priorités sur lesquelles nous pourrions un jour être interrogés.

Bon. Une Korité n’étant point coutume. Contre mauvaise fortune ou modeste « ndéweuneul », comme l’on dit, bon cœur…

La fausse évidence de la « division »

Lire la suite sur le Blog de Khidma
Par Le Dimanche 26 Août 2012 à 00:52 | Lu 324 fois


RELIGION