Page
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La fête du travail et la candidature d'Aliou SAll aux législatives à la Une

Dakar, 2 mai (APS) – Les quotidiens reçus mardi à l’APS se font largement écho de la célébration de la fête du 1er mai et du débat au sujet de la candidature de Aliou Sall à Guèdiawaye lors des élections législatives prévues en juillet.


La fête du travail et la candidature d'Aliou SAll aux législatives à la Une
Au sujet de la fête du Travail, Enquête note que les syndicalistes "plaident pour l’unité syndicale". "L’unité des centrales syndicales, reste aujourd’hui le défi à relever pour répondre efficacement aux préoccupations des travailleurs", selon le coordonnateur général de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (UNSAS), Mademba Sock.

Il s’exprimait hier, lors de la marche des syndicats (….), rapporte Enquête qui souligne que les centrales ont également exposé leurs doléances au chef de l’Etat.

Parlant de la séance de remise des cahiers de doléances au chef de l’Etat, Vox Populi écrit : "des doléances tous azimuts, de chaudes empoignades, les confédérations syndicales ont vidé leur sac devant le président Macky Sall (…..) notamment pour l’apurement du passif social".

Pour Libération, Macky Sall a donné des "assurances" aux centrales syndicales, en leur rappelant que : "Notre marche vers l’émergence économique, dépend de la refondation de notre système de dialogue social, gage de la préservation de la paix sociale dans notre pays".

Le Soleil souligne que l’Etat est "déterminé à asseoir un climat de sérénité et de dialogue" tandis que pour Sud Quotidien, "Macky joue la carte du dialogue social".

Vox Populi met exergue les élections législatives en s’intéressant au cas de Aliou Sall, maire de Guédiawaye et frère du chef de l’Etat. "Aliou Sall se rebiffe et tire sur les +faucons+ et +taupes du Palais", titre le journal qui note que "le +Macky (est) dans tous ses états".

"Quand le président m’a demandé de retirer ma candidature (aux législatives), je ne l’ai même pas laissé développer. Mais dés le lendemain, quand j’ai entendu ces faucons danser comme des diables pour fêter leur victoire, j’ai compris que tout cela n’était que le fait de comploteurs et je n’accepte pas de me défaire devant les comploteurs", déclare-t-il lors d’un meeting, samedi.

"Ecarté des investitures aux législatives, Aliou Sall envisage un maintien de sa candidature", selon Enquête qui titre : "Le malaise Aliou Sall".

"Après avoir été invité à se retirer de la liste des candidats aux prochaines législatives, Aliou Sall a fait deux sorties ce week-end".
Selon lui, le retrait de sa candidature était une décision prématurée, tout en précisant qu’il n’est pas dans une logique de défier le président Macky Sall, mis dans cette situation par les faucons du palais", écrit Enquête.

Dans le journal, le député Farba Ngom soutient : "Personne n’a une influence politique pour décider à la place du chef de l’Etat (….) Macky Sall n’est pas un homme à accepter des complots".

Pour Walfadjri, "Aliou Sall dézingue les faucons du palais" au sujet de sa candidature alors que L’As note que "c’est la guerre entre Aliou Sall et les faucons du palais".

Le Quotidien parle de "Sall défiance de Aliou à Macky". "Il avait accepté de renoncer à sa candidature à la tête de liste de Bennoo Bokk Yaakaar à Guédiawaye. Mais Aliou Sall demande à Macky de revoir sa décision au nom de ceux qui lui ont fait confiance. Le maire de Guédiawaye accuse d’ailleurs des +comploteurs au palais+ d’être derrière cette mesure", écrit le journal.

L’Observateur compare ce "jeu de yoyo politique" du maire de Guédiawaye à une "Sall de Théâtre". "En 24h, le maire de Guédiawaye maintient sa candidature, accuse le palais, puis la retire de nouveau".
OID/ASB
APS
Par Le Mardi 2 Mai 2017 à 09:28 | Lu 120 fois


ENVIRONNEMENT | LA PRESSE DU JOUR | Journal de la Présidentielle. Par Binta Diallo (RFM-Archipo) | PORTRAIT | RECHERCHE | THIES - Actu Région